Je ne peux m’arrêter de manger : causes et solutions

18 décembre 2020
Lorsqu'il manque la volonté de cesser de manger, il se peut qu'il existe une cause émotionnelle sous-jacente. Vous ne pouvez vous empêcher de manger ? Savez-vous comment dépasser ce phénomène ?

Vous avez tout le temps faim ? Vous ne pouvez pas vous empêcher de faire une descente dans le frigo en pleine nuit ? De même, vous mangez plus que vous ne le souhaitez et vous sentez ensuite coupable ? Si vous avez le sentiment de ne pas pouvoir vous arrêter de manger, il est fort probable que ce problème soit d’ordre émotionnel, du moins en grande partie.

Le sentiment de ne pas pouvoir contrôler l’ingestion d’aliments peut être angoissante. En effet, la culpabilité de se faire du mal, non seulement dans l’apparence mais également à la santé, est bien présente. Pourtant vous ne savez pas comment vous arrêter. Dans tous les cas, la solution consiste à modifier son rapport à la nourriture. Nous vous en expliquons davantage dans cet article.

Pour quelles raisons je n’arrive pas à m’arrêter de manger ?

Se nourrir est une fonction essentielle pour notre survie. Il s’agit du moyen par lequel l’organisme obtient les nutriments dont il a besoin pour fonctionner jour après jour. Le problème réside dans la quantité d’aliments ingérés, et notamment du choix de ces aliments.

En général, les personnes qui présentent des difficultés à se limiter dans la nourriture choisissent des aliments à faible valeur nutritionnelle et à forte valeur calorique. Mais qu’est-ce qui conduit à ces comportements nuisibles ?

Déconnexion de son propre corps

L’une des raisons d’une ingestion démesurée d’aliments est l’incapacité d’identifier ses propres sensations corporelles. A la naissance, chaque être est programmé pour reconnaître le signal de la faim et agir en conséquence. Dans ce cas, pleurer pour obtenir une satisfaction.

Cependant, au fil du temps, le lien avec ces sensations intéroceptives se perd. Cela se produit pour plusieurs raisons. Tout d’abord, parce que la nourriture est associée aux réunions, à la compagnie et l’interaction avec les autres. Manger devient alors un acte social et agréable au-delà de sa valeur nutritionnelle.

D’autre part, le rythme accéléré de notre vie actuelle ainsi que le stress deviennent une entrave à la pause et à l’écoute du corps. Dès lors, cela réduit la capacité à identifier la faim réelle, un ennui ou le désir de partager ce moment de connexion sociale.

Une femme anxieuse devant deux pizzas et un coca cola.

“Souvent, cette sensation de ne pas pouvoir s’arrêter de manger est la manifestation de problèmes émotionnels sous-jacents.”

La faim émotionnelle

Un autre aspect qui empêche d’arrêter de manger par désir est l’alimentation émotionnelle. Ce concept fait référence au fait d’utiliser la nourriture comme régulateur des émotions. Avez-vous remarqué que vous mangez davantage lorsque vous êtes anxieux, triste, épuisé ou déçu ?

Il y a une explication à cela. En effet, certains aliments stimulent le circuit cérébral du plaisir car ils libèrent divers neurotransmetteurs qui entraînent des sensations agréables. Par conséquent, en cas d’ingestion, nous percevons un soulagement, une satisfaction et un plaisir.

Mais, malheureusement, il s’agit d’un état transitoire qui n’est en aucun cas une solution efficace ou permanente. Au bout de peu de temps, les effets agréables disparaissent et les émotions non résolues reviennent. Ajoutées également à la culpabilité d’avoir mangé sans contrôle.

Régimes restrictifs

Si vous luttez depuis un certain temps contre les problèmes avec la nourriture, vous avez probablement déjà expérimenté cette situation paradoxale : faire des régimes très restrictifs peut accroître l’impulsion et le désir incontrôlé de manger des aliments malsains.

L’adoption d’un régime alimentaire trop rigide, qui interdit certains aliments, entraîne généralement une anxiété accrue face à l’alimentation. Ainsi, il est impossible de suivre le régime sans tomber dans des conduites compulsives.

De même, il se peut que l’on récupère rapidement le poids que l’on a perdu après tant d’efforts. L’organisme demande effectivement ce qui lui a été retiré et restreint de façon si radicale.

Régime restrictif.

“Un régime trop restrictif peut générer un effet rebond. Autrement dit, à la fin du régime se produit un comportement compulsif consistant à manger tout ce qui était interdit.”

Que faire pour arrêter de manger ?

Bien évidemment, se nourrir est indispensable pour survivre. Ce n’est donc pas une activité que l’on peut éviter comme c’est le cas dans d’autres types de dépendance. Dans ce cas, la solution revient à modifier son rapport à la nourriture en lui redonnant sa fonction de nutrition et en commençant une alimentation consciente.

Pour cela, il est indispensable de se reconnecter avec son corps et d’apprendre à écouter et interpréter les signaux qu’il envoie. En d’autres termes, il s’agit de reconnaître la faim réelle, ou la faim émotionnelle à cause d’un stress ou d’une anxiété.

Par ailleurs, il est important d’acquérir et de développer des stratégies d’adaptation utiles et efficaces pour faire face à ces états émotionnels négatifs.

L’objectif est de ne plus utiliser la nourriture comme régulateur des émotions. Il faut apprendre d’autres moyens de gérer ces émotions. La ventilation émotionnelle, l’écriture thérapeutique ou la pratique de la méditation sont des alternatives qui peuvent être intéressantes.

Enfin, établir une relation saine avec la nourriture. Cela signifie qu’il faut cesser de la percevoir comme un ennemi ou comme une consolation. Rappelez-vous que les aliments ne sont que le carburant dont votre organisme a besoin. Apprenez donc à les choisir en fonction de vos besoins nutritionnels.

L’essentiel est de se nourrir sainement et de manière équilibrée, sans interdire ni diaboliser aucun groupe d’aliments. Autrement dit, mangez modérément et, surtout, en étant conscient de ce que vous faites.

  • Sánchez Benito, J. L., & Pontes Torrado, Y. (2012). Influencia de las emociones en la ingesta y control de peso. Nutrición Hospitalaria27(6), 2148-2150.
  • Rodríguez, S., Mata, J. L., & Moreno, S. (2007). Psicofisiología del ansia por la comida y la bulimia nerviosa. Clínica y Salud18(1), 99-118.