Jeûner pendant la grossesse : risques et recommandations

Le jeûne pendant la grossesse est une possibilité que certaines femmes enceintes envisagent, soit en raison de leurs croyances religieuses, soit parce qu'elles le considèrent comme sain.
Jeûner pendant la grossesse : risques et recommandations

Écrit par Edith Sánchez

Dernière mise à jour : 09 août, 2022

Le jeûne pendant la grossesse est une pratique qui comporte des risques. Comme on le sait, au cours de cette étape, une nutrition adéquate est essentielle pour maintenir la bonne santé de la mère et du bébé. Dès lors, se priver de nourriture est plus que discutable.

Malgré cela, certaines femmes choisissent de jeûner à ce stade, soit pour des raisons religieuses, soit en raison de convictions sur le mode de vie qu’elles devraient mener. Aujourd’hui, la science a trouvé des preuves que cela n’est pas sain et, au contraire, entraîne des complications. Pour en savoir plus, continuez à lire.

Le jeûne pendant la grossesse

Le jeûne est à la mode dans le monde, car sa pratique a été associée à certains avantages pour la santé. En particulier, le jeûne intermittent est devenu une tendance en raison de ses effets sur la perte de poids et des symptômes du syndrome métabolique.

Dans tous les cas, c’est une stratégie qui devrait être appliquée entre les mains des professionnels de la santé ou de la nutrition, car elle ne convient pas à tout le monde. Dans le cas de la grossesse, il n’y a pas suffisamment de preuves sur ses effets. Pourtant, certaines études associent sa pratique à un risque accru de diabète gestationnel et de déclenchement du travail.

Femme enceinte
Le jeûne pendant la grossesse est associé à un risque accru de diabète gestationnel.

Effets possibles du jeûne pendant la grossesse

Il y a quelques années, une étude sur les effets du jeûne pendant la grossesse a été réalisée sur un groupe de rats. Ainsi, il a été constaté que les animaux qui ne mangeaient pas pendant plus de 12 heures augmentaient le risque d’avoir des accouchements prématurés.

En effet, la privation de nourriture augmente une substance appelée hormone de libération de la corticotropine, qui peut stimuler le travail, même s’il est prématuré.

Des études similaires chez l’homme font défaut, mais les résultats incitent les scientifiques à considérer trois effets possibles du jeûne pendant la grossesse. Cela comprend les éléments suivants :

  • Faible poids à la naissance. Le jeûne provoque une malnutrition temporaire qui peut avoir des effets permanents sur le fœtus. Il ne s’agit pas seulement d’un faible poids à la naissance, mais d’un risque accru que l’enfant développe un diabète de type 2 ou des problèmes rénaux.
  • Déficience cognitive. Les restrictions nutritionnelles peuvent augmenter les niveaux de cortisol, l’hormone du stress. Si cela se produit, cela pourrait entraîner des troubles cognitifs chez l’enfant.
  • D’autres. Parfois, s’abstenir de manger entraîne la production de corps cétoniques, des molécules qui apparaissent dans le foie et qui pourraient avoir des effets négatifs sur le fœtus.

Jeûne intermittent

L’une des pratiques à la mode est le jeûne intermittent, auquel on attribue de nombreux bienfaits. Cela consiste à se priver de nourriture pendant une durée limitée, soit tous les jours, un jour sur deux ou une fois par semaine.

Comme nous l’avons déjà mentionné, c’est une stratégie qui ne convient pas à tout le monde ; parmi celles-ci, les femmes enceintes. S’il est vrai que sa pratique contribue à la perte de poids, en phase de gestation elle représente plus de risques que de bénéfices.

Le jeûne prolongé

Une enquête menée sur des moutons a révélé qu’après plusieurs heures de jeûne, les mouvements respiratoires du fœtus étaient réduits. Quand ils ont mangé à nouveau, les valeurs se sont normalisées.

En revanche, une étude menée auprès de femmes qui jeûnent pendant la grossesse, pour le ramadan, n’a pas trouvé que cette pratique causait de graves problèmes au fœtus. Cependant, une autre étude récente est parvenue à des conclusions différentes.

Dans ce dernier cas, 41 000 enfants de mères musulmanes qui avaient jeûné pendant la grossesse pendant le Ramadan ont été étudiés. Une augmentation de la mortalité infantile de 33 % a été constatée lorsque le jeûne était pratiqué dans les premières semaines de grossesse ; 29 % au premier trimestre et 22 % au troisième trimestre.

Alimentation de base pendant la grossesse

Une femme enceinte ne devrait pas manger pour deux, mais elle devrait ingérer les nutriments nécessaires pour assister la croissance et le développement de cette nouvelle vie. L’idéal est de répartir les apports en cinq repas quotidiens, accompagnés d’une consommation optimale d’eau. Les nutriments à privilégier sont les suivants :

  • Acide folique.
  • Fer.
  • Calcium.
  • Pyridoxine.
  • Protéines.
  • Zinc.
Comment contrôler son poids pendant la grossesse ?
Maintenir une alimentation saine et équilibrée est le meilleur moyen d’éviter une prise de poids excessive pendant la grossesse.

Recommandations finales

Le jeûne pendant la grossesse n’est pas une option à envisager. Pas court, pas long, pas d’aucune sorte. Comme nous l’avons vu, bien qu’il n’existe pas d’études concluantes à ce sujet, les éventuels effets négatifs sont une raison suffisante pour ne pas prendre de risque.

C’est normal qu’il soit important de surveiller son poids, mais cette méthode n’est pas la meilleure option à ce stade. Il est nécessaire de suivre les recommandations du médecin et du nutritionniste, qui comprennent une alimentation saine, la pratique d’une activité physique et la prise en charge des émotions.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les grands avantages d’avoir des fruits au petit-déjeuner
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Les grands avantages d’avoir des fruits au petit-déjeuner

Connaissez-vous tous les avantages d'avoir des fruits au petit-déjeuner le matin ? Découvrez avec nous tout ce qu'ils peuvent faire.



  • Vasim I, Majeed CN, DeBoer MD. Intermittent Fasting and Metabolic Health. Nutrients. 2022 Jan 31;14(3):631. doi: 10.3390/nu14030631. PMID: 35276989; PMCID: PMC8839325.
  • Sally Ann Lederman, Pedro Rosso, Effects of Fasting During Pregnancy on Maternal and Fetal Weight and Body Composition in Well-Nourished and Undernourished Rats, The Journal of Nutrition, Volume 111, Issue 10, October 1981, Pages 1823–1832, https://doi.org/10.1093/jn/111.10.1823.
  • Alkhalefah A, Dunn WB, Allwood JW, Parry KL, Houghton FD, Ashton N, Glazier JD. Maternal intermittent fasting during pregnancy induces fetal growth restriction and down-regulated placental system A amino acid transport in the rat. Clin Sci (Lond). 2021 Jun 11;135(11):1445-1466. doi: 10.1042/CS20210137. PMID: 34008846.
  • McCrabb GJ , Hosking BJ Egan AR (1992) Changes in the maternal body and feto-placental growth following various lengths of feed restriction during mid-pregnancy in sheep. Australian Journal of Agricultural Research 43, 1429-1440. https://doi.org/10.1071/AR9921429.
  • Mirghani HM, Hamud OA. The effect of maternal diet restriction on pregnancy outcome. Am J Perinatol. 2006 Jan;23(1):21-4. doi: 10.1055/s-2005-923435. PMID: 16450268.
  • Glazier JD, Hayes DJL, Hussain S, D’Souza SW, Whitcombe J, Heazell AEP, Ashton N. The effect of Ramadan fasting during pregnancy on perinatal outcomes: a systematic review and meta-analysis. BMC Pregnancy Childbirth. 2018 Oct 25;18(1):421. doi: 10.1186/s12884-018-2048-y. PMID: 30359228; PMCID: PMC6202808.
  • Álvarez, N. C. C., Befeler, J. S., Martínez, J. A. R., Rodríguez, A. B., & Restrepo, P. (2011). Estado nutricional en el embarazo y su relación con el peso del recién nacido. An Med (Mex), 56(3), 126-132.