Journée mondiale de lutte contre le sida : tous engagé

17 janvier 2020
En cette Journée mondiale de lutte contre le sida, nous devons nous rappeler que cette maladie est une pandémie, c'est-à-dire qu'elle est présente dans le monde entier. Nous devons également garder à l'espirt que la science peut maintenant la traiter et retarder sa progression, surtout si elle est détectée à temps.

On célèbre la Journée mondiale de lutte contre le sida chaque 1er décembre depuis 31 ans. Il s’agit d’une date destinée à faire connaître les progrès réalisés dans la lutte contre le fléau du VIH/sida et à sensibiliser à l’importance de prévenir et de traiter correctement cette pandémie.

Le thème de la Journée mondiale de lutte contre le sida 2019 est « les communautés font la différence« . Il fait référence à l’importance des différents acteurs sociaux dans la lutte contre ce problème, car il existe des éducateurs, des médias, des personnels de santé et des volontaires de toutes sortes qui contribuent et peuvent contribuer dans différentes parties du monde à la lutte contre ce fléau.

Les communautés sont vitales parce que le plus important n’est pas de trouver de nouveaux médicaments ou de meilleurs traitements pour cette pandémie, mais d’adopter des mesures préventives qui empêchent la propagation de cette maladie. Il est également nécessaire que les communautés exigent de meilleurs services et un budget plus important dans chaque nation. C’est ce qu’appelle de ses voeux la Journée mondiale de lutte contre le sida en 2019.

Le VIH dans le monde

Selon les données fournies par l’ONUSIDA, il y a environ 38 millions de personnes dans le monde vivant avec le VIH en 2019. Parmi elles, 49 % sont des hommes et 51 % des femmes. Environ 24 millions de ces personnes reçoivent une forme quelconque de traitement pour leur état, ce qui signifie qu’il y a environ 14 millions de personnes non traitées.

Les analyses à réaliser pour la lutte contre le sida

 

Le plus inquiétant est qu’il y a environ 8 millions de personnes qui ne savent pas qu’elles sont infectées par le VIH. Cela signifie qu’il y a un noyau avec un potentiel élevé de transmission de l’infection sans le savoir. C’est pourquoi la Journée mondiale de lutte contre le sida en 2019 s’axe sur les communautés, c’est-à-dire sur la responsabilité que nous avons tous de faire face à ce problème.

Le groupe le plus à risque est celui des homosexuels, qui sont 22 fois plus susceptibles d’être infectés par le sida. Les utilisateurs de drogue par injection ne sont pas loin derrière : leur risque d’infection est 21 fois plus important que celui des autres personnes. Ce chiffre s’applique également aux travailleurs du sexe. Les personnes transgenres ont un risque 12 fois plus élevé.

Lire aussi : Le virus du VIH a été complètement éliminé du sang d’un patient britannique

Ce que nous devons tous savoir sur le sida

La meilleure façon de prévenir la propagation du sida est d’adopter des pratiques sûres, en particulier dans la vie sexuelle. Quelle que soit votre position sur la question, il est préférable d’utiliser des préservatifs pour les rapports sexuel. En particulier si vous n’avez pas de partenaire stable. Dans ce dernier cas, il est également conseillé, au cas où l’un des membres du couple aurait des relations sexuelles avec d’autres personnes.

De même, dans toute situation qui implique l’utilisation d’aiguilles qui pénètrent la peau, vous devez être extrêmement prudent. Ces aiguilles ne devraient être utilisées qu’une seule fois et ne devraient évidemment jamais être partagées. Cela s’applique à tous les types d’actes médicaux, ainsi qu’à la consommation de drogues psychoactives par voie intraveineuse.

Nous devons nous rappeler que le VIH, en principe, ne cause aucun symptôme et donc, au cas où vous auriez eu une pratique dangereuse, il est possible que vous ayez le virus sans le savoir.

Avoir le VIH ne signifie pas que vous avez le sida. Le VIH est le virus, tandis que le sida est une maladie qui se produit au dernier stade de l’infection. Il peut être contrôlé dès les premières étapes.

Découvrez : Peut-on prendre du Mesigyna pendant l’allaitement ?

Le message de la Journée mondiale de lutte contre le sida

Le symbole de la lutte contre le sida

L’objectif pour l’année à venir s’appelle « 90-90-90 ». Cela signifie que d’ici à 2020, 90 % des personnes vivant avec le VIH devraient connaître leur diagnostic, et 90 % des personnes vivant avec le VIH devraient avoir accès à un traitement antirétroviral, qui a été jusqu’à présent le seul moyen efficace d’arrêter la propagation de l’infection et de prévenir son évolution vers le sida. Enfin, l’objectif à atteindre consiste à ce que 90 % des personnes traitées obtiennent des résultats stables.

L’année dernière, il y a eu 770 000 décès dus au sida dans le monde. Bien que le chiffre soit encore important, le traitement antirétroviral a réussi à réduire le taux de mortalité de 40 % depuis 2004. Une mesure recommandée est de passer un test de dépistage du VIH si vous avez déjà eu un comportement à risque. Il est très simple et peut littéralement vous sauver la vie.

L’incidence du sida par région, dans l’ordre, est la suivante :

  • Afrique subsaharienne
  • Asie du Sud et du Sud-Est
  • Amérique latine
  • Europe orientale et Asie centrale
  • Amérique du Nord
  • Asie de l’Est
  • Europe occidentale et centrale
  • Moyen-Orient et Afrique du Nord
  • Caraïbes
  • Océanie

 

  • Calmy, A., & Cavassini, M. (2012, January 18). VIH/sida. Revue Medicale Suisse. https://doi.org/10.1016/b978-848174943-4.50021-1
  • Torruco García, U. (2016). Infección por VIH y sida, dos mundos que se apartan. Revista de La Facultad de Medicina (México)59(1), 36–41.
  • American Cancer society. (2014). ¿Qué es VIH y qué es SIDA?
  • Santiesteban Díaz, Y. M., Orlando-Narváez, S. A., & Ballester-Arnal, R. (2019). Risk behaviors for HIV infection. a review of emerging trends. Ciencia e Saude Coletiva, 24(4), 1417–1426. https://doi.org/10.1590/1413-81232018244.02322017