L’attachement dans les relations de couple

7 mars 2020
L'attachement dans les relations va de pair avec certains problèmes. Que pouvez-vous faire ? Découvrez les différents types d'attachement et comment adopter un style d'amour sain.

L’attachement dans les relations peut devenir un problème si nous ne savons pas comment le gérer ou si nous avons des précédents de peu de liens affectifs dans l’enfance, comme le montrent certaines recherches.

L’idéal est d’avoir des liens affectifs sains, grâce auxquels le couple peut éprouver une sensation de bien-être et que le plus pertinent soit l’honnêteté, la comunication et une autonomie qui permette l’épanouissement de chacun des membres.

Toutefois, ce n’est pas toujours le cas, mais on peut tomber dans la tendance à générer des styles d’attachement de type anxieux ou évitants. Quelle en est la raison ?

Pour John Bowlby, médecin spécialisé en psychiatrie et en psychanalyse, le lien émotionnel est un besoin primaire et aura des répercussions sur les relations que nous aurons à l’avenir.

Comment l’attachement est-il généré dans les relations ?

Tout d’abord, il convient de noter que certaines études définissent l’attachement comme :

« le lien ou la relation affective qui s’établit entre deux personnes à la suite d’une interaction et qui les amène à maintenir une proximité et un contact afin d’obtenir sécurité, confort et protection. »

Autrement dit, ceux qui ressentent un attachement trouvent généralement chez l’autre personne le refuge émotionnel dont ils ont besoin face à certaines circonstances qui pourraient être perçues comme une menace.

En ce sens, l’attachement dans les relations se consolide comme une base, un fondement ou un espace dans lequel la protection se fait sentir.

Un couple soudé dont on perçoit l'attachement

Tout cela a son origine dans les liens que nous générons dans l’enfance avec ces personnes, ou les soignants, que nous considérons comme importants pour notre bien-être psychologique ou physique. Selon la théorie de Bowlby, si le lien est adapté, entre le bébé et la mère ou la personne qui s’occupe de lui, l’attachement sera également adapté.

Cependant, si l’enfant perçoit une menace ou un risque de perdre cette personne, ou s’il développe une insécurité dans son attachement, alors la détresse apparaîtra.

Il en va de même pour nos relations futures, ce qui signifie que dès la petite enfance, nous avons déjà formé des schémas d’attachement et de relations avec d’autres personnes.

Cet article peut vous intéresser : L’attachement évitant et son influence sur la santé émotionnelle

Les styles d’attachement dans les relations

Ceux qui soutiennent cette théorie ont souligné dans leurs recherches que, selon le lien que nous créons dans l’enfance, nous pouvons aussi, à l’âge adulte, développer différents styles d’attachement :

  • Sécurisé : la séparation peut être désagréable, mais en étant à nouveau avec la personne qui assure la sécurité, la réaction est positive
  • Anxieux-ambivalent : il se produit lorsque la séparation se concrétise et qu’on y répond par de l’anxiété, mais lorsque nous sommes à nouveau en face de la personne qui nous apporte un sentiment de bien-être, cette anxiété ne se calme pas et la tranquillité ne revient pas
  • D’évitement : si le niveau d’anxiété et de désintérêt est très faible au moment des retrouvailles avec la personne qui nous apporte la sécurité

Si nous voulons quitter une relation dans laquelle nous considérons que notre attachement est malsain, nous devons suivre certaines étapes.

Comment éviter l’attachement dans les relations de couple ?

Si vous avez l’impression que vous ne pouvez pas vous passer de votre partenaire et que vous voulez l’appeler des milliers de fois, votre mode d’attachement n’est peut-être pas le plus pratique, surtout pour votre santé mentale. Il est clair que le type d’attachement anxieux génère un malaise. Et si vous avez remarqué que votre attachement est plutôt évasif, vous pourriez même blesser l’autre personne.

Recommandations pour le surmonter

Une femme avec un coeur et un cerveau

  • N’ayez pas peur d’être seul, car vous ne l’êtes pas vraiment, il y a beaucoup d’êtres chers, y compris les amis et la famille, qui constituent le principal réseau de soutien lorsqu’une rupture amoureuse se produit, seule la personne a le sentiment que son monde s’est effondré, mais rien de tout cela n’est réel car la vie continue toujours
  • Fixez-vous des défis. Pensez à toute l’énergie que vous avez dépensée à suivre une personne lorsque vous pouvez l’investir dans vos projets personnels et vous épanouir dans de nombreux domaines de votre vie
  • Prenez la première place dans votre vie. N’oubliez pas que d’autres viennent après vous. Il faut d’abord s’aimer soi-même. Il existe plusieurs techniques pour renforcer notre estime de soi. Lorsque vous avez une forte estime de soi, vous pouvez commencer à poursuivre vos rêves avec plus de force
  • Gardez à l’esprit que votre partenaire n’est pas un complément, car chacun de vous forme déjà un monde qui lui est propre et dispose d’une indépendance
  • Vous n’avez pas besoin d’être « complété ». Nous formons des relations pour nous sentir bien et nous soutenir mutuellement, mais l’idée du couple comme étant quelque chose d’extérieur qui vous complète n’est qu’un mythe sur l’amour romantique. Vous êtes déjà complet
  • Concentrez votre attention. Et vous verrez que vous ne ressentez peut-être même pas d’amour pour cette personne, mais seulement un besoin. Mais, pour être heureux, nous n’avons pas besoin de tiers

Suivez ces recommandations et découvrez où vous pensez que le bonheur ou le bien-être se trouve vraiment, car il n’est peut-être pas dans un couple comme vous l’avez cru jusqu’à présent.

Lisez aussi : Le détachement : ne vous laissez pas posséder par quoi que ce soit

Où se trouve le vrai bonheur ?

Le bonheur est en nous. Ne cherchez pas à l’extérieur ce que vous avez déjà à l’intérieur. Brisez vos routines et commencez une vie qui vous permette d’évoluer en tant qu’être humain.

Aujourd’hui, il existe de nombreuses méthodes pour générer notre propre bien-être. Si vous estimez que vous ne pouvez pas le faire seul, n’oubliez pas que vous pouvez demander l’aide d’un psychologue. Vous devez ressentir de la tranquillité, car tout ira toujours bien dans vos vies.

 

  • Galán Rodríguez, A. (2010). El apego: Más allá de un concepto inspirador. Revista de La Asociación Española de Neuropsiquiatría. https://doi.org/10.4321/s0211-57352010000400003
  • Moneta C., M. E. (2014). Apego y pérdida: Redescubriendo a John Bowlby. Revista Chilena de Pediatria. https://doi.org/10.4067/S0370-41062014000300001
  • Oliva, A. (2004). Estado actual de la teoría del apego.
  • Rozenel-Domenella, V. J., & Fernández-Cárdenas, J. M. (2011). Apego. In Cultura de la Legalidad en Mi Escuela: Guía de Padres de Familia.
  • Los estilos afectivos en la población española: un cuestionario de evaluación del apego adulto. (2008). Clínica y Salud.
  • Oates, J. (2007). Relaciones de apego. In 158.109.131.198.