L’attachement évitant et son influence sur la santé émotionnelle

17 juin 2019
L'attachement évitant peut provoquer chez la personne affectée la création de modèles d'anxiété, d'évitement et d'autres attitudes qui l'aideront à se sentir protégée face aux carences affectives.

De nombreux chercheurs ont développé le concept d’attachement du point de vue psychologique. C’est là qu’entre en jeu l’attachement évitant.

L’attachement est ponctuellement associé au lien émotionnel qui constitue l’être humain depuis son enfance avec ses parents ou d’autres personnes de son entourage.

Il existe différents types d’attachement et chacun dépend du mode de vie, des enseignements et des expériences de la personne pendant son enfance.

C’est à partir de ces éléments que se définissent l’attachement sécure et insécure. Dans ce dernier nous pouvons différencier deux types : l’ambivalent et l’évitant.

En quoi consiste l’attachement évitant ?

attachement évitant

La majorité de la population développe l’attachement sécure comme quelque chose de normal. L’enfant a été élevé dans un environnement émotionnel stable et avec l’attention absolue de sa mère.

Ceci lui permet de créer des sentiments d’estime et de tendresse qui lui permettent de se sentir confiant, aimé et auto-suffisant pendant sa croissance.

En revanche, l’attachement ambivalent et évitant sont générés par le manque d’attention nécessaire pendant l’enfance, les attitudes de rejet voire une trop grande preuve de surprotection de la part des parents.

Ceci amène la personne à créer des modèles d’anxiété, d’insécurité, d’insatisfaction, d’évitement et d’autres attitudes qui lui permettent de se sentir protégée face à ces carences affectives.

Lisez également : Le « syndrome de l’enfant riche »

Les effets de l’attachement évitant

attachement évitant

Ces modèles d’anxiété finissent par affecter les personnes tout au long de leur vie. A l’âge adulte, elles commencent à avoir des problèmes dans leurs relations sociales et ont des difficultés à exprimer leurs sentiments.

De fait, dans de nombreux cas, ces personnes n’arrivent pas à savoir ce qu’elles ressentent et ne parviennent pas à identifier leurs émotions.

  • Elles deviennent des personnes solitaires, créant une indépendance fictive
  • Ces personnes peuvent se montrer indifférentes face à certaines situations, car elles ne savent pas comment gérer ce qu’elles ressentent
  • Celles qui parviennent à établir une relation de couple souffrent, en général, d’anxiété car elles ressentent qu’elles peuvent perdre l’amour de leur vie à n’importe quel moment
  • Elles sont à l’affût d’une quelconque menace planant sur leur relation ou sur elles-mêmes, fruit de l’insécurité qu’elles ont développé

Elles n’expriment pas leurs sentiments car elles pensent pouvoir se protéger ainsi face à toute souffrance.

Saviez-vous que nous avons tous de l’attachement ?

 

D’une manière ou d’une autre, nous générons tous un attachement depuis tout petits et c’est normal. L’être humain développe l’attachement comme quelque chose de naturel et de nécessaire pour se connaître soi-même et apprendre à être indépendant.

Lorsqu’une personne est élévée dans un environnement d’amour et de protection, surtout de la part de la mère, celui-ci peut générer un sentiment de confiance.

Ainsi l’enfant grandira en se sentant en sécurité et indépendant face à ce que lui réserve la vie.

Il pourra donc identifier chaque sentiment, quand et comment les utiliser selon les différentes situations qu’il devra affronter à l’avenir.

Nous vous recommandons de lire : Les châtiments corporels infligés aux enfants et leurs conséquences

Est-il possible de traiter ce trouble ?

Bien heureusement oui. Il existe de nombreuses thérapies qui parviennent à canaliser les carences affectives et les sentiments chez ce type de personnes grâce à des techniques de relaxation qui créent un environnement accueillant qui leur permet de connecter leurs esprits avec leur passé perturbateur.

Parmi ces thérapies se trouve la « thérapie comportementale cognitive », considérée comme l’une des meilleures.

  • Cette thérapie prétend faire changer les pensées de la personne, libérer ses anxiétés et ses mauvais souvenirs.
  • Elle pourra ainsi changer son comportement petit à petit et apprendre à reconnaître ses véritables sentiments.

De la même manière, il existe d’autres thérapies davantage connectées au domaine interpersonnel et spirituel.

  • Les sessions consistent à faire rentrer la personne dans un état de relaxation totale.
  • Elles doivent apprendre à identifier leurs sentiments et à trouver leurs origines.
  • Elles doivent également accepter leurs expériences négatives afin de pouvoir les soulager et avancer.

Il est possible que le fait de suivre une thérapie ne fonctionne pas dans tous les cas. Cela dépendra toujours de la disposition de la personne à vouloir s’améliorer et à être consciente d’avoir un problème.

 

  • Delgado, A. O. (2004). Estado actual de la teoría del apego. Revista de Psiquiatría y Psicología Del Niño y Adolescente.
  • Garrido-Rojas, L. (2006). Apego, emoción y regulación emocional. Implicaciones para la salud. Revista Latinoamericana de Psicologia. https://doi.org/10.1017/CBO9781107415324.004.
  • Oates, J. (2007). Relaciones de apego. 158.109.131.198.