L'eau distillée est-elle potable ?

L'eau distillée n'est pas une panacée, mais ce n'est pas non plus un liquide maléfique. Bien qu'il n'y ait pas assez de recherches à cet égard, on sait que sa consommation apporte des avantages et des inconvénients.
L'eau distillée est-elle potable ?

Dernière mise à jour : 18 novembre, 2021

Personne ne peut nier les bienfaits de l’eau potable. Quelle que soit sa qualité, l’eau doit être soumise à un processus de purification pour la consommation humaine. Mais qu’en est-il de l’eau distillée ?

Il y a un certain nombre de mythes autour de l’eau distillée. Certains pensent qu’en raison de son haut degré de pureté, elle est beaucoup plus saine. D’autres, au contraire, pensent que sa consommation fait exploser les cellules.

Aucun de ces mythes n’est vrai. Le fait est qu’il n’y a pas non plus assez de recherches sur le sujet, raison pour laquelle des doutes subsistent.

Qu’est-ce que l’eau distillée ?

De manière très générale, l’eau distillée est un type d’eau purifiée qui est obtenue grâce à un processus appelé distillation. Ce processus élimine jusqu’à 99,9 % des impuretés et des contaminants qui se trouvent généralement dans l’eau brute.

Ainsi, l’eau distillée est exempte de bactéries, de composés inorganiques dissous et de produits chimiques. Par conséquent, elle manque de minéraux tels que le sodium, le calcium et le magnésium.

La distillation est un procédé très ancien, au point qu’Aristote y fait référence. Actuellement, l’eau distillée est utilisée dans des expériences de laboratoire qui visent à fabriquer des produits pharmaceutiques, ou encore comme intrant pour les humidificateurs.

La distillation peut se faire de manière domestique ou industrielle. Parfois, les alambics artisanaux peuvent contaminer ce type d’eau. De nos jours, il existe encore des distillateurs qui ajoutent des minéraux au cours du processus pour l’enrichir et améliorer sa saveur.

Humidificateur qui utilise de l'eau distillée.

Comment est-elle obtenue ?

Il existe différents types de distillation, mais ils partagent tous le même principe. La distillation consiste à chauffer l’eau et à la porter à ébullition, afin qu’elle s’évapore. La vapeur résultante est capturée et refroidie, et redevient liquide. Ce dernier processus est appelé condensation.

En chauffant l’eau et en la transformant en vapeur, il est possible de collecter des substances qui bouillent à une température plus basse. Il reste des débris dans le récipient après l’évaporation de l’eau.

La distillation peut se faire à la maison, avec une marmite et une tasse, ou avec un alambic artisanal. Par ailleurs, ce processus est réalisé à l’échelle industrielle avec des machines qui contrôlent chaque étape et offrent une grande précision.

Les risques possibles de boire de l’eau distillée

La polémique persiste face aux bienfaits et aux risques de l’eau distillée. Il faut dire que peu de recherches ont été faites à ce sujet, il y a donc encore des sujets peu clairs. Cependant, on peut dire que ce type d’eau n’est pas dangereux pour la santé, mais il ne génère pas non plus de bienfait spécifique.

Les cellules explosent-elles ?

Il existe un mythe selon lequel boire de l’eau distillée fait exploser les cellules. En théorie, c’est possible, mais il est fondamentalement peu probable que cela se produise. On pense que la raison pour laquelle cela se produit est liée à la pression osmotique.

En termes simples, l’eau distillée pourrait pénétrer dans la membrane cellulaire et s’accumuler à l’intérieur de celle-ci. Cette forte concentration pourrait faire éclater la membrane.

Le problème de ce raisonnement, c’est le fait que l’eau distillée n’atteint pas vraiment les cellules. Lorsqu’elle atteint l’estomac, elle se mélange aux sucs gastriques et aux aliments, de sorte qu’elle se combine avec des substances minérales. Par conséquent, elle n’est plus distillée au sens strict.



L’acidité de l’eau distillée

L’eau distillée est plus acide que l’eau dans son état naturel. Par conséquent, plus de dioxyde de carbone (CO2) peut s’y dissoudre. Mais cela ne veut pas dire qu’elle est plus corrosive pour les dents ou l’œsophage.

En général, l’acidité de l’eau distillée est inoffensive. Cependant, en cas de consommation exclusive, il existe un risque d’acidose, qui correspond à un excès d’acide dans le sang.

Une carence minérale

De manière conventionnelle, nous parlons de l’eau comme d’un composé d’oxygène et d’hydrogène, représenté dans la formule H2O. Or, l’ au à l’état naturel contient bien plus que ces deux éléments. En effet, elle contient divers minéraux et micro-organismes.

Lorsqu’elle est distillée, on obtient de l’eau pure, avec deux molécules d’hydrogène pour chaque molécule d’oxygène. Cependant, les minéraux importants pour le corps disparaissent. C’est pourquoi il existe un mythe selon lequel l’eau distillée peut conduire à l’anémie.

Ce n’est pas vrai. Bien que plusieurs minéraux ne soient pas présents, le fait est que ces derniers proviennent davantage de l’alimentation ordinaire que de l’eau elle-même. L’eau distillée aura seulement un goût plus plat.

Une utilisation exclusive est déconseillée

Il n’y a aucune preuve que l’eau distillée cause des problèmes de santé. Il n’y a pas non plus la moindre preuve qu’elle apporte des bienfaits. Il faut donc éviter une consommation exclusive.

Une faible teneur en nutriments pourrait éventuellement déséquilibrer la valeur nutritionnelle des produits alimentaires. Il existe une possibilité d’épuisement ou de privation des ions potassium et sodium, ce qui peut entraîner un déséquilibre électrolytique dans le corps.



Les conseils d’utilisation de l’eau distillée

Il n’y a aucune raison évidente pour recommander l’eau distillée. Il n’y a pas non plus de raisons pour ne pas le faire. Il faut juste éviter une consommation exclusive.  Cela dit, l’eau distillée apporte de bons résultats dans les situations suivantes :

  • Préparations lactées pour nourrissons. Si votre bébé consomme des préparations pour nourrissons et que son immunité est compromise, préparer ces préparations avec de l’eau distillée est une bonne idée.
  • Humidificateur. En général, les fabricants soulignent que ce type d’eau permet aux humidificateurs de mieux faire leur travail et de durer plus longtemps.
  • Pot Neti. Il s’agit d’un appareil pour nettoyer les sinus. Les nettoyer avec de l’eau distillée est plus sûr.
  • Fers à vapeur. il a été indiqué que ce type d’eau préserve mieux les fers à vapeur et empêche l’accumulation de tartre.
  • Lavage de cheveux.  Cette eau peut être bénéfique pour les cheveux en raison de l’absence de produits chimiques autres que l’hydrogène et l’oxygène.

D’autre part, il faut garder à l’esprit que l’eau distillée peut emporter avec elle des produits chimiques du récipient dans lequel elle est stockée. Aussi, il ne faut pas la laisser en plein soleil.

Eau distillée dans des récipients en plastique.

L’eau distillée, une option pour les zones à risques

L’eau distillée peut être une bonne option pour ceux qui vivent dans des endroits où l’eau du robinet n’est pas sûre. Si vous soupçonnez que l’eau locale est contaminée par des pesticides ou des métaux lourds, cela vaut la peine de la distiller.

L’important pour la santé est de boire beaucoup d’eau en général. Dans tous les cas, il ne faut pas s’attendre à une amélioration soudaine ou spectaculaire de l’état de santé avec la consommation d’un liquide distillé.

Cela pourrait vous intéresser ...
Eau dure et eau douce : de quoi s’agit-il et quelles sont leurs différences ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Eau dure et eau douce : de quoi s’agit-il et quelles sont leurs différences ?

En plus de la présence de minéraux dans chacune de ces eaux, il existe d'autres différences à prendre en compte entre eau dure et eau douce.



  • Trujillo, E., Martínez, V., & Flores, N. S. (2008). Ajuste del equilibrio químico del agua potable con tendencia corrosiva por dióxido de carbono. Información tecnológica, 19(6), 89-101.
  • Hidalgo Acosta, I. V., Mena Miranda, V. R., Fernández de la Paz, B., Heredero Valdés, M., & Ruiz Baldrich, W. A. (2005). Acidosis metabólica: un reto para los intensivistas. Revista Cubana de pediatría, 77(2), 0-0.