Cellules cancéreuses : tout ce que vous devez savoir

28 novembre 2020
Les cellules cancéreuses commencent à se former, parfois jusqu'à 30 ans avant le développement du cancer en tant que tel. La meilleure façon de prévenir l'apparition de cette maladie grave est d'adopter un mode de vie sain.

Les cellules cancéreuses présentent des mutations dans leur ADN, c’est-à-dire des changements qui altèrent le matériel génétique présent dans chacune d’elles. Cela se produit pour diverses raisons, notamment des facteurs héréditaires, de mauvaises habitudes ou une exposition à des substances toxiques.

À ce jour, plus de 100 types de cancer ont été décrits. Cette pathologie affecte tous les mammifères, à l’exception d’un rongeur appelé rat-taupe nu. La détection précoce de la maladie améliore significativement le pronostic et c’est pourquoi les efforts se concentrent sur les campagnes de suivi et de dépistage de ses formes les plus fréquentes en fonction de l’âge.

Qu’est-ce que le cancer ?

Le cancer est un processus par lequel les cellules normales subissent des changements appelés mutations. En conséquence, elles commencent à se reproduire de manière incontrôlée. Cela se produit en raison d’une prédisposition génétique, mais aussi en raison du mode de vie et de l’environnement auxquels vous êtes exposés.

Pour que le corps fonctionne correctement, il doit y avoir un équilibre entre la naissance et la mort des cellules. L’organisme dispose de mécanismes pour garantir cet équilibre, mais lorsqu’ils échouent, cette reproduction cellulaire aveugle se produit qui donne lieu à des néoplasmes.

Les cellules cancéreuses ont subi une modification de leur ADN.
Les mutations génétiques provoquent une reproduction incontrôlable des cellules.

Catégorisation du cancer selon le type de cellule dont il provient

Selon les cellules d’origine du cancer, cette maladie est classée en cinq groupes :

  • Carcinome : lorsque les cellules cancéreuses se trouvent dans la peau ou dans les zones superficielles des organes internes. C’est le type le plus courant.
  • Sarcome : s’il prend naissance dans les cellules des tissus conjonctifs, c’est-à-dire dans les os ou les tissus mous. Ces derniers comprennent les muscles, les vaisseaux sanguins et d’autres tissus de soutien.
  • Myélome : ce type de cancer provient des cellules de la moelle osseuse.
  • Lymphome : dans ce cas, les cellules cancéreuses sont des lymphocytes, qui font partie du système immunitaire.
  • Leucémie : survient lorsque la moelle osseuse produit un nombre excessif de globules blancs immatures. On le considère comme un cancer du sang.

Différences entre les cellules normales et les cellules cancéreuses

Il existe de nombreuses différences entre les cellules normales et les cellules cancéreuses. La première est que les cellules normales cessent de se reproduire lorsque leur nombre est suffisant pour remplir la fonction qui leur correspond. Le cancer, en revanche, reste incontrôlé.

D’autres différences importantes sont liées à l’interaction cellulaire. Les cancéreuses ne répondent pas aux signaux envoyés par d’autres tissus, contrairement aux cellules normales.

D’un autre côté, lorsque les cellules normales sont endommagées ou vieillies, elles se réparent ou meurent. Ce serait l’évolution attendue pour le bon fonctionnement et la maintenance des fonctions. Les cellules cancéreuses ne respectent pas cette règle. Cela explique, en partie, l’aspect irrégulier et l’augmentation de la taille de la tumeur.

Lorsqu’il s’agit de coller, les cellules normales sécrètent des substances qui leur permettent de rejoindre un autre groupe cellulaire. Les cellules cancéreuses ne font pas cela, mais voyagent à travers le corps, provoquant des métastases, c’est-à-dire formant de nouveaux sites tumoraux à proximité ou loin de la zone de départ.

Que sont donc les tumeurs ?

Les tumeurs sont donc des masses formées par la multiplication incontrôlée d’un groupe de cellules dans n’importe quel tissu du corps. Le simple fait qu’il s’agisse d’une tumeur ne signifie pas immédiatement qu’il y a un cancer. Ici, nous devons faire la différence.

Une tumeur est bénigne lorsque sa croissance n’est pas disproportionnée ou agressive. De plus, elle n’envahit pas les tissus voisins ni ne métastase, c’est-à-dire qu’elle ne se propage pas à d’autres organes du corps. En revanche, une tumeur est maligne lorsque la masse est constituée de cellules cancéreuses et peut donc envahir les tissus voisins et même atteindre d’autres régions.

Découvrez aussi : 4 tumeurs sur 10 peuvent être évitées !

Quels sont les stades du cancer ?

Le processus de la maladie oncologique va de la formation des cellules cancéreuses jusqu’à ce que le cancer atteigne son stade terminal. Cela peut durer des mois, des années, voire des décennies entières. L’évolution n’est pas toujours la même et les facteurs impliqués sont innombrables.

Les stades du cancer sont les suivants :

  • Stade 0 : correspond au moment où apparaissent des cellules cancéreuses issues d’une mutation. C’est la phase la plus longue et une multiplication incontrôlée s’y produit. Il ne produit pas de symptômes et il est peu probable qu’il soit diagnostiqué.
  • Stade I : il est appelé phase in situ et la lésion cancéreuse peut déjà être vue au microscope. Il est possible de faire un diagnostic précoce dans certains cas.
  • Stade II : les cellules cancéreuses commencent à envahir les tissus adjacents et c’est pourquoi on parle d’invasion locale. Dans certains cas, des symptômes apparaissent déjà.
  • Métastase ou stade III : la maladie se propage et affecte des zones autres que le lieu d’origine et les tissus adjacents, pour laquelle elle est connue sous le nom d’invasion à distance. Il existe des symptômes qui peuvent être graves.
  • Stade IV : la phase terminale est celle de la maladie évolutive et incurable. Il existe des symptômes sévères, en particulier une douleur sévère caractéristique rendu uniquement supportable par les soins palliatifs.

Quels sont les traitements les plus courants ?

Il existe plusieurs types de traitements contre le cancer. Ils sont le plus souvent employés en association. L’équipe médicale évalue la meilleure option, en fonction de chaque cas et des protocoles en vigueur. Chaque pays a développé, en termes généraux, des lignes directrices d’approche thérapeutique pour établir les protocoles appropriés.

Chirurgie

Elle est réalisée pour éliminer les tumeurs solides. En règle générale, elle est insuffisante pour éliminer les lésions microscopiques qui peuvent se trouver autour de la lésion primaire. C’est pourquoi il est courant qu’elle soit associée plus tard à une chimiothérapie ou une radiothérapie.

Chimiothérapie

C’est un traitement qui utilise l’administration de médicaments ou de substances chimiques pour détruire les cellules cancéreuses. Elle empêche ces tumeurs de se développer et de se reproduire. Cependant, cela peut endommager les cellules saines.

Radiothérapie

La radiothérapie est une procédure qui utilise des rayons X ou d’autres types de particules pour tuer les cellules cancéreuses. Elle est également utilisée pour réduire le volume des tumeurs.

Autres options

D’autres traitements du cancer comprennent l’immunothérapie, la thérapie ciblée, l’hormonothérapie et les greffes de cellules souches. La médecine de précision aide à définir celle qui convient le mieux à chaque patient en particulier.

Cet article pourrait aussi vous intéresser : Traitements à base de cellules souches

Une équipe médicale en chimiothérapie.
Le traitement du cancer est défini par une équipe multidisciplinaire.

Des habitudes saines pour prévenir les cellules cancéreuses

Un mode de vie sain est le meilleur moyen de prévenir le cancer. Il existe des mesures très simples qui sont efficaces pour empêcher cette maladie dangereuse de se développer. Il est préférable de suivre ces directives générales :

  • Évitez le tabagisme : le tabagisme est avant tout associé au cancer du poumon.
  • Maintenez une alimentation saine : l’inclusion de légumes a montré des effets bénéfiques.
  • Pratiquez une activité physique : sur une base régulière.
  • Protégez-vous du soleil : le cancer de la peau est susceptible de se développer sous l’effet des rayons ultraviolets.
  • Faites-vous vacciner : il existe actuellement des immunisations contre l’hépatite B et le papillomavirus humain, qui préviennent respectivement les cancers du foie et de l’utérus.
  • Faites des contrôles médicaux fréquents : la périodicité des examens est une mesure simple et peu coûteuse qui empêche la progression maligne. Les mammographies, coloscopies et cytologies utérines ont déjà prouvé leur efficacité depuis des années.

Les cellules cancéreuses sont à surveiller

Le cancer change la vie de ceux qui en sont atteints et de ceux qui les entourent. L’importance de le prévenir grâce à des soins personnels, exprimée dans un mode de vie sain, doit être soulignée.

La science offre aujourd’hui de nombreuses opportunités pour détecter cette maladie tôt et la traiter avec de bonnes chances de succès. Après avoir souffert d’un cancer, il faut aussi être prudent, car il y a la possibilité qu’il réapparaisse, notamment dans le cadre de maladies chroniques.

  • Montalvo-Javé, E. E., Rojas, S. K., Cejudo, A. P., Ortega, R. V., & Kuba, E. B. (2013). Hallazgos de anatomía patológica en una serie clínica de colecistectomía electiva. ¿Es frecuente el cáncer in situ? Cirujano general, 35(1), 36-40.
  • David, L. P. B., & Duque, M. Á. C. (2008). Pacientes con cáncer en fase terminal-una mirada fenomenológica existencial. International Journal of Psychological Research, 1(2), 13-20.
  • Sánchez, N. C. (2013). Conociendo y comprendiendo la célula cancerosa: Fisiopatología del cáncer. Revista Médica Clínica Las Condes, 24(4), 553-562.
  • Clark, Matthew A., et al. “Soft-tissue sarcomas in adults.” New England Journal of Medicine 353.7 (2005): 701-711.
  • Charlot-Lambrecht, I., et al. “Mieloma múltiple.” EMC-Aparato locomotor 45.1 (2012): 1-13.
  • Arvelo, Francisco, Felipe Sojo, and Carlos Cotte. “Tumour progression and metastasis.” Ecancermedicalscience 10 (2016).
  • Menchón, S. “Modelado de las diversas etapas del crecimiento del cáncer y de algunas terapias antitumorales.” Universidad Nacional de córdoba (2007).
  • Faivre, J. “Detección sistemática del cáncer colorrectal.” EMC-Tratado de Medicina 23.3 (2019): 1-9.
  • Española, Española de Oncología Médica SEOM Sociedad, and S. E. D. del Dolor. “GADO: Guía para el abordaje interdisciplinar del dolor oncológico.” (2018).
  • López, Aly Gallo, and Director General ARCPER. “Medicina de precisión en oncología.” Medicina centrada en el paciente: reflexiones a la carta. Unión Editorial, 2018.
  • Fernández-Alonso, M. Carmen, and María Platón. “El sol, la piel y el cáncer.” (2019).
  • Roco, Ángela, et al. “Farmacogenética, tabaco, alcohol y su efecto sobre el riesgo de desarrollar cáncer.” Revista chilena de pediatría 89.4 (2018): 432-440.
  • VILLANUEVA, ADRIANA CASTILLO, and FIKRAT ABDULLAEV JAFAROVA. “Lectinas vegetales y sus efectos en el cáncer.” (2019).