L’inertie du sommeil, ou pourquoi vous vous réveillez maladroit ou de mauvaise humeur

2 octobre 2020
La maladresse ou la mauvaise humeur au réveil est quelque chose d’habituel chez ceux qui souffrent d’inertie du sommeil. C’est un trouble qui cause une réduction de plusieurs capacités cognitives et émotionnelles, juste après le réveil.

De nombreuses personnes se sentent fatiguées quand elles se lèvent, bien qu’elles aient cumulé les heures de sommeil recommandées par les spécialistes. Elles ont du mal à avoir l’esprit clair et il leur semble que leur corps fonctionne mal. Il semblerait même que ces personnes aient soudain été possédées par la maladresse et la mauvaise humeur.

Cependant, ce qu’elles vivent est loin d’être un phénomène étrange. Il s’agit d’un problème appelé « l’inertie du sommeil ». La science a commencé à compiler des données à ce sujet dans les années 60. Il s’agit d’un état temporaire de réduction de la capacité cognitive et de l’état d’alerte.

Cet état dure en général près d’une heure après le moment où la personne s’est réveillée. Néanmoins, ce laps de temps varie selon les cas. Certaines personnes le vivent pendant quinze minutes et d’autres, durant une heure, voire plus. On croit que la durée de cette inertie est liée à la phase du sommeil qui a été interrompue.

Ce qui caractérise l’inertie du sommeil

Les caractéristiques de l’inertie du sommeil.

Ce moment de maladresse et de mauvaise humeur suivant le sommeil est caractérisé par une réduction de la vigilance. On note aussi une grande augmentation de la somnolence et une mauvaise performance cérébrale.

Ainsi, on souffre d’irritabilité, d’intolérance, de mauvaise humeur et même d’états de dépression. L’état d’inertie du sommeil peut être accompagné de désorientation ou de confusion générale.

Il s’agit d’un phénomène qui interfère avec les tâches mentales ou physiques normales et entraîne une diminution dans le temps de réponse,  une mauvaise mémoire à court terme et une réflexion lente. Cela ressemble à l’effet du décalage horaire.

Maladresse et mauvaise humeur au réveil : une question médicale

Contrairement à la croyance populaire, expérimenter une maladresse ou de la mauvaise humeur au réveil est une question médicale qui n’est pas liée au caractère ou  à la personnalité. De fait, l’Académie américaine de Médecine du Sommeil a inclus l’état d’inertie du sommeil dans la liste des parasomnies, c’est-à-dire les troubles du sommeil.

L’inertie du sommeil touche adultes comme adolescents, sans distinction. Enfin, son origine ne trouve pas d’explication dans l’âge de ceux qui en souffrent. Il pourrait aussi s’agir d’une question liée à la vie moderne, qui nous a éloignés des cycles naturels et qui ne respecte pas les rythmes circadiens du sommeil.

Les rythmes circadiens sont les changements physiques, mentaux et comportementaux qui suivent un cycle quotidien, en lien direct avec la lumière et l’obscurité. Certaines théories soutiennent que le fait de rompre le cycle naturel – qui consistait à se lever avec le soleil – et l’habitude de dormir en compagnie de lumières artificielles comme celle de la télévision a affecté la qualité de notre sommeil.

Pendant l’inertie du sommeil, le cerveau mène à bien des activités propres aux phases du sommeil profond. Ainsi, certaines études soulignent cette relation entre les rythmes circadiens et l’inertie du sommeil, car cette dernière pourrait être expliquée par le fait d’avoir réveillé le cerveau pendant la phase de sommeil réparateur, qui est réglée par l’horloge biologique.

Cet article va vous intéresser : La maladie d’Alzheimer et les altérations du rythme du sommeil

Données à prendre en compte

Quelques données sur l’inertie du sommeil

Lisez cet article : Améliorer son rituel du soir pour mieux dormir

Même si l’inertie du sommeil semble être quelque chose d’inoffensif, qui ne concerne que ceux qui vivent avec la personne qui en souffre, ce n’est pas le cas. Des études scientifiques ont prouvé que si on interrompt le sommeil pendant une phase profonde du sommeil, la performance cérébrale pouvait être réduite de manière drastique.

Cette performance cérébrale basse, la lenteur dans les réponses à des situations quotidiennes, la difficulté à surmonter la somnolence… Tout cela peut être risqué dans certaines professions. Des travailleurs qui doivent faire des gardes pendant lesquelles ils font une sieste s’exposent à ce que leur sommeil soit abruptement interrompu et à souffrir d’inertie du sommeil. Cela peut aussi représenter un danger pour les autres.

On n’a pas trouvé de méthode efficace pour empêcher l’inertie du sommeil et ainsi éviter la maladresse et la mauvaise humeur au réveil. On recommande cependant de maintenir une hygiène du sommeil stricte.

Une telle hygiène implique, entre autres, de dormir entre sept et huit heures par jour sans interruption, et de ne pas dormir avec des téléviseurs ou des ordinateurs dans la chambre. Il faut aussi avoir une routine et éviter la consommation de stimulants avant d’aller dormir.

  • Valdez Ramírez, P. (2005). Ritmos circadianos en los procesos atencionales del ser humano (Doctoral dissertation, Universidad Autónoma de Nuevo León).
  • Millán Arroyo, C. (2017). Efectos de la luz azul en el ritmo circadiano del sueño.
  • Urrestarazu, E., Escobar, F., & Iriarte, J. (2015). El sueño y su patología. Medicine-Programa de Formación Médica Continuada Acreditado, 11(73), 4385-4394.