La giardiase : symptômes et traitement

24 août 2020
La giardiase provoque souvent des désagréments tels que diarrhée, fatigue, nausées ou perte d'appétit. Il est important de le diagnostiquer, car son traitement en dépend. Dans cet article, nous passons en revue ses principales caractéristiques.

Des symptômes tels que la fatigue, les nausées, la diarrhée et les vomissements peuvent indiquer une affection appelée giardiase. Cette maladie, caractérisée par une défécation irrégulière, est causée par un protozoaire et, selon le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC), elle est plus fréquente dans les climats tempérés et chez les enfants.

Savez-vous quel agent pathogène est à l’origine de cette maladie et comment elle est transmise, et connaissez-vous son tableau clinique ? La résolution de ces questions est essentielle pour lutter contre cette maladie et l’éviter. C’est pourquoi nous détaillons ci-dessous les aspects les plus pertinents de la giardiase chez l’homme.

À propos du genre Giardia

Avant d’aborder le tableau clinique de cette pathologie, il est essentiel d’avoir une brève connaissance de l’agent causal. Il s’agit d’un cas particulier, car cette maladie n’est pas causée par un virus ou une bactérie, mais par un protozoaire.

Les protozoaires sont des organismes protistes unicellulaires qui vivent dans des environnements humides ou aquatiques. Ils sont d’une plus grande complexité morphologique et d’une plus grande taille que les virus et les bactéries.

Il s’agit de l’espèce Giardia lamblia, un protozoaire flagellé appartenant à l’ordre des Diplomonadida. C’est un parasite présent chez plusieurs mammifères, dont l’homme, et il est logé dans l’intestin grêle, d’où il provoque la giardiase susmentionnée.

Sa taille est petite, moins de 20 microns, et curisuement, il lui manque certains organites comme les mitochondries, qui sont très importants dans le fonctionnement cellulaire de la plupart des êtres vivants.

Les protozoaires à l'origine de la giardiase.

Un cycle de vie complexe

Contrairement à de nombreux autres parasites, Giardia n’a qu’un seul hôte tout au long de son cycle de vie (dans ce cas, l’être humain). Malgré sa faible complexité en tant qu’être vivant, il présente deux formes très différentes tout au long de son développement.

  • Trophozoïte : forme mobile et flagellée. Selon les études microbiologiques cliniques, il possède un disque en forme de ventouse sur sa surface ventrale, qui lui permet d’adhérer à l’épithélium de l’intestin
  • Kyste : forme immobile qui ne présente pas de flagelle. C’est une structure générée pour que l’être vivant puisse résister à l’extérieur de l’hôte, et qui a une capacité infectieuse

Découvrir : Les principaux agents pathogènes de l’été

La giardiase : symptômes et traitement

La giardiase est contractée par l’ingestion de kystes dans de l’eau ou des aliments contaminés. Les kystes passent dans les selles du malade et peuvent rester longtemps dans l’environnement.

Par conséquent, un mauvais système de lavage ou de traitement de l’eau peut exposer toute une population à cette maladie.

Symptomatologie

Les symptômes de la giardiase peuvent varier d’un patient à l’autre. Cependant, le tableau clinique typique présenté est le suivant :

  • Fatigue
  • Nausées
  • Perte d’appétit
  • Diarrhée ou selles de nature grasse
  • Vomissement
  • Douleurs et gonflements abdominaux
  • Perte de poids
  • Flatulence excessive
  • Mal de tête

La plupart de ces symptômes sont causés par le Giardia qui se colle à l’épithélium intestinal. Cet agent pathogène externe provoque un épaississement des microvillosités de l’intestin, ce qui réduit sa surface d’exposition et génère diverses inadaptations physiologiques de gravité variable.

Traitement de la giardiase

Bien que certaines études scientifiques montrent qu’il existe des souches de Giardia qui résistent à certains médicaments couramment utilisés, voici ceux qui sont habituellement prescrits pour la giardiase :

  • Métronidazole : antibiotique qui doit être pris pendant une semaine pour éradiquer l’infection. Sa consommation n’est pas agréable, car elle peut provoquer des nausées et laisse un goût métallique dans le palais
  • Tinidazole : aussi efficace que le précédent, et il tue généralement l’agent pathogène en une seule dose
  • Nitazoxanide : une bonne option pour les enfants, car il traite efficacement la diarrhée. Il est présent sous forme liquide et ne doit être pris que trois fois
  • Paromomycine : un autre antibiotique médical et vétérinaire pour le traitement de la giardiase
Une femme ayant mal au ventre à cause de la giardiase.

Groupes à risque

Comme pour toutes les maladies, certains groupes de population semblent plus enclins à contracter la maladie :

  • Les enfants sont plus susceptibles d’entrer en contact avec des matières fécales que les adultes, car ils jouent souvent dans des environnements insalubres ou avec des camarades qui ont été en contact avec leurs propres matières fécales. C’est pourquoi la giardiase présente un profil épidémiologique si asymétrique selon l’âge
  • Les habitants des pays à faible revenu n’ont pas accès à l’eau traitée : comme nous l’avons vu, les kystes peuvent rester longtemps dans l’environnement. L’eau est une méthode de transmission et de transport très efficace, de sorte que l’eau sans traitement approprié peut transporter l’agent pathogène
  • Les personnes qui ont des relations sexuelles anales : c’est évident, car cela augmente la probabilité de transmission par les matières fécales

Pour en savoir plus : Traitement de la diarrhée liée aux antibiotiques

Que faut-il retenir de la giardiase ?

La giardiase est une maladie au tableau clinique diversifié, qui se transmet principalement dans des environnements peu hygiéniques. Il est donc essentiel de bien désinfecter les aliments et de toujours les hydrater avec de l’eau en bouteille, surtout dans les endroits tempérés, isolés des zones urbaines.

Si vous suspectez une maladie gastro-intestinale, vous devez toujours consulter un médecin, car une série de médicaments aidera à faire disparaître l’infection après quelques jours.

 

  • Centers for Disease Control and Prevention (CDC). (December 9, 2017). Giardiasis.
    Available in https://www.cdc.gov/dpdx/giardiasis/
  • Adam RD. Biology of Giardia lamblia. Clin Microbiol Rev. 2001;14(3):447-475. doi:10.1128/CMR.14.3.447-475.2001
  • Petri WA Jr. Therapy of intestinal protozoa. Trends Parasitol. 2003;19(11):523-526. doi:10.1016/j.pt.2003.09.003
  • Beer KD, Collier SA, Du F, Gargano JW. Giardiasis Diagnosis and Treatment Practices Among Commercially Insured Persons in the United States. Clin Infect Dis. 2017;64(9):1244-1250. doi:10.1093/cid/cix138
  • Hooshyar H, Rostamkhani P, Arbabi M, Delavari M. Giardia lamblia infection: review of current diagnostic strategies. Gastroenterol Hepatol Bed Bench. 2019;12(1):3-12.
  • Choy SH, Al-Mekhlafi HM, Mahdy MA, et al. Prevalence and associated risk factors of Giardia infection among indigenous communities in rural Malaysia. Sci Rep. 2014;4:6909. Published 2014 Nov 4. doi:10.1038/srep06909