La lévodopa : à quoi sert-elle ?

29 novembre 2019
La lévodopa est un médicament qui appartient à la famille thérapeutique des anti-parkinsoniens. Il s'agit d'un médicament qui a une action sur le système nerveux central, et se transforme en dopamine dans le cerveau.

La lévodopa est la thérapie fondamentale de la maladie de Parkinson. Elle se combine avec d’autres médicaments inhibiteurs de la dopa décarboxylase, comme la cabidopa ou le bensérazide, pour traiter cette maladie.

D’autre part, la lévodopa est un médicament qui appartient à la famille thérapeutique des anti-parkinsoniens. Il agit sur le système nerveux central en se transformant en dopamine dans le cerveau.

La première personne à associer la maladie de Parkinson avec un déficit de dopamine a été le biochimiste Oleh Hornykiewicz. Il a examiné les autopsies des patients qui souffraient de Parkinson et a suggéré cette relation. Ensuite, ce scientifique a commencé à traiter des patients avec un mélange racémique de DOPA, avec des résultats positifs.

Peu de temps après, un autre scientifique, Curt Porter, a démontré que le stéréoisomère L-DOPA était réellement actif, ce qui a réduit de moitié la dose efficace du composant.

Par la suite, différentes molécules ont commencé à être synthétisées, comme par exemple la bensérazide ou la carbodopa. Cela a amélioré les résultats du traitement. Par ailleurs, cela a également conduit à une réduction supplémentaire de la dose nécessaire pour obtenir les mêmes effets.

Connaître certains aspects de la maladie de Parkinson

Le yraitement de la maladie de Parkinson avec la lévodopa

Parkinson est une maladie du système nerveux central causée par un déficit du neurotransmetteur dopamine dans les neurones striés, en raison de la mort des neurones nigro-striataux.

L’origine de cette maladie est multifactorielle. En outre, elle présente une prévalence plutôt importante au sein de la population générale. Le groupe de la population le plus touché sont les personnes âgées. Plus concrètement, cette maladie affecte 2% des personnes âgées de 65 ans. Cependant, elle peut également se manifester chez les jeunes.

Parkinson présente un symptôme très commun qui est l’apparition de tremblements. Ce dernier affecte plus de 60% des patients. Néanmoins, d’autres symptômes moteurs peuvent aussi apparaître :

  • Rigidité
  • Mouvements lents, également connus sous le nom de bradykinésie
  • Altérations dans les réflexes posturaux et les chutes

D’autres symptômes qui peuvent survenir avec l’évolution de cette maladie sont :

  • Démence et perte de mémoire
  • Hallucinations
  • Dépression
  • Dysphagie
  • Douleur musculaire
  • Douleur neuropathique

Lisez également : 7 signes qui vous aideront à savoir si vous présenter des risques de souffrir de la maladie de Parkinson

Par ailleurs, on sait que cette maladie est liée à une augmentation de la protéine alpha-synucléine. Cette dernière est également associée à Alzheimer. C’est pourquoi la stratégie thérapeutique en cours d’étude consiste à administrer des inhibiteurs de l’agrégation de l’alpha-synucléine ou à immuniser. Il existe une étude réalisée avec Nilotinib qui tente d’étudier ce type de thérapies.

Caractéristiques générales de la lévodopa

La thérapie contre la maladie de Parkinson consiste à essayer d’augmenter les niveaux de dopamine en agissant directement sur les récepteurs. Cela est possible est inhibant la dégradation du neurotransmetteur ou en inhibant la LAAD. L’enzyme qui transforme la dopa en dopamine.

En ce sens, on peut se demander pourquoi la dopamine n’est pas directement administrée au patient. Le problème, c’est qu’il présente une recapture ainsi qu’une métabolisation élevées. Ce qui empêche l’absorption de la dopamine. Par ailleurs, la dopamine est une molécule très soluble dans l’eau. Elle est donc incapable de traverser la barrière hémato-encéphalique, qui protège le cerveau.

Pour toutes ces raisons, la maladie de Parkinson se traite avec le précurseur de la dopamine, la lévodopa. Cette substance parvient à traverser la barrière hémato-encéphalique et se transforme en dopamine une fois qu’elle atteint le système nerveux central et périphérique.

Découvrez aussi : Système de récompense du cerveau : Comment fonctionne-t-il ?

Cependant, la lévodopa, bien qu’elle puisse traverser cette barrière, possède un métabolisme puissant au niveau périphérique. La quantité qui arrive au cerveau est donc très faible.

Pour résoudre ce problème, elle s’administre avec d’autres médicaments qui inhibent l’enzyme LAAD, comme nous l’avons mentionné. En effet, cela permet de ralentir la transformation de lévodopa en dopamine au niveau périphérique. Et, en fin de compte, une plus grande quantité de lévodopa arrive au cerveau.

Avantages de l’administration de lévodopa en association avec les inhibiteurs de LAAD

Un assortiment de médicaments

L’administration concomitante de ce type de médicaments réduit de 75% la quantité de lévodopa à donner. En effet, cela augmente la durée de vie du médicament. Et contribue à maintenir les taux plus stables dans le cerveau.

Grâce à cela, l’efficacité clinique est plus grande et l’action en est donc plus rapide. En réduisant la quantité de dopamine dans les tissus périphériques, on diminue également les conséquences cardiovasculaires et gastro-intestinales. En bref, la lévodopa est toujours combinée avec le bensérazide ou avec la cabidopa.

Conclusion…

La lévodopa est la première ligne de traitement pour combattre la maladie de Parkinson. Ce médicament s’administre avec d’autres afin d’augmenter son efficacité.

Enfin, vous pouvez consulter le médecin ou le pharmacien face au moindre doute autour de cette maladie et de son traitement. Ainsi que pour vous renseigner sur les progrès et essais cliniques en cours de réalisation.

  • Cilia, R., Akpalu, A., Sarfo, F. S., Cham, M., Amboni, M., Cereda, E., … Pezzoli, G. (2014). The modern pre-levodopa era of Parkinson’s disease: Insights into motor complications from sub-Saharan Africa. Brain. https://doi.org/10.1093/brain/awu195Cilia, R., Akpalu, A., Sarfo, F. S., Cham, M., Amboni, M., Cereda, E., … Pezzoli, G. (2014). The modern pre-levodopa era of Parkinson’s disease: Insights into motor complications from sub-Saharan Africa. Brain. https://doi.org/10.1093/brain/awu195
  • Salat, D., & Tolosa, E. (2013). Levodopa in the treatment of Parkinson’s disease: Current status and new developments. Journal of Parkinson’s Disease. https://doi.org/10.3233/JPD-130186
  • LeWitt, P. A. (2008). Levodopa for the treatment of Parkinson’s disease. New England Journal of Medicine.