La paralysie cérébrale : de quoi s’agit-il ?

26 août 2019
La paralysie cérébrale est un trouble du mouvement qui a tendance à apparaître avant l'âge de 3 ans.

La paralysie cérébrale est un type d’handicap produite par une lésion cérébrale. Celle-ci limite l’activité de la personne car cela affecte à la fois la mobilité et la posture. Les scientifiques définissent la paralysie comme un groupe de troubles permanents du mouvement.

Elle survient généralement pendant le développement du foetus ou lors des premières années de vie. Par ailleurs, la paralysie cérébrale peut s’accompagner de déficits sensoriels ou intellectuels. C’est pourquoi on parle de polyhandicap.

Dans cet article, nous vous expliquons en quoi consiste la paralysie cérébrale et quels sont les principaux types.

En quoi consiste la paralysie cérébrale ?

Comme nous l’avons mentionné, la paralysie cérébrale fait référence à un ensemble de troubles qui affectent la capacité de mouvement, l’équilibre et la posture. Elle a tendance à apparaître lors des premières années de vie. Et la plupart du temps, elle se déclenche pendant la grossesse.

La paralysie cérébrale s’accompagne souvent d’autres complications. Par exemple, les actions telles que la marche ou l’écriture deviennent complexes. De plus, elle se couple généralement à une incapacité mentale ou à d’autres pathologies. Tout dépend de l’emplacement et de la taille de la lésion cérébrale.

Il s’agit d’une pathologie permanente qui n’évolue pas tout au long de la vie. En effet, la lésion cérébrale est irréversible et, avec elle, les dommages neurologiques. Comme la plupart des cas surviennent avant 3 ans, les symptômes sont visibles assez tôt.

L'imagerie d'une paralysie cérébrale due à une hémorragie

Lisez également : Signes qui laissent augurer d’une hémorragie cérébrale

Les symptômes

La paralysie cérébrale se remarque souvent parce que le bébé a des difficultés à s’asseoir, à ramper, voire même à sourireLe tonus musculaire est altéré de manière différente selon le type de paralysie.

Néanmoins, les symptômes associés au mouvement ne sont pas les seuls. En effet, peuvent également se présenter des problèmes auditifs ou des difficultés à reconnaître les sensations tactiles (agnosie). De même que des manques de coordination, des troubles de l’attention ou une dyskinésie.

Types de paralysie cérébrale

Il existe différents types de paralysie cérébrale dont les principales caractéristiques sont :

  • Paralysie spastique : les personnes qui en souffrent ont de grandes difficultés à contrôler les muscles qui ont tendance à s’affaiblir. Cela affecte normalement les bras et les jambes
  • Paralysie dyskinétique : mouvements involontaires et lents. Elle s’aggrave avec la fatigue et les émotions fortes. En revanche, elle s’améliore avec le repos et le sommeil. Les personnes atteintes de ce type de paralysie présentent un langage difficile à comprendre
  • Ataxique : elle touche le cervelet, qui est la partie du cerveau qui contrôle l’équilibre
  • Paralysie cérébrale mixte : elle est due à des lésions dans plusieurs structures. Il y a donc une combinaison des symptômes

D’autre part, on peut également classifier la paralysie selon les zones affectées. On trouve donc :

  • Hémiplégie (seulement dans une moitié du corps)
  • Paraplégie
  • Tétraplégie
  • Monoplégie

De même, elle se classe aussi en fonction de sa gravité. Elle peut être légère, modérée ou sévère.

Traitement de la paralysie cérébrale

Comme nous l’avons cité auparavant, il s’agit d’une maladie permanente et, malheureusement, incurable. Néanmoins, grâce à certains traitements et soins, on peut atteindre une bonne qualité de vie. Pour cela, on peut faire appel à la physiothérapie, la thérapie occupationnelle et la logopédie en même temps.

Afin d’obtenir le meilleur traitement, il existe différents centres de soins. Par exemple, les centres de jour, les centres occupationnels, les résidences, les appartements sous tutelle, etc. Toutes les méthodes mentionnées ci-dessus y sont dispensées.

Par ailleurs, certaines causes évitables de la paralysie cérébrale ont été identifiées. Entre autres, il est primordial d’éviter les coups sur la tête du bébé. Des mesures de sécurité comme les casques et les sièges auto-adaptés doivent être également mises en avant. De plus, la vigilance à la maison est indispensable.

Un bébé qui dort avec une main d'adulte qui le caresse

Une autre situation connexe est l’incompatibilité du groupe sanguin de la mère et du foetus. Cela peut être détecté et prévenu dès le début de la grossesse. En outre, la mère devrait se vacciner contre le virus de la rubéolequi semble être lié à la paralysie cérébrale.

Découvrez aussi: 6 remèdes pour soigner naturellement la rubéole

Conclusion

Idéalement, la grossesse devrait rester la plus saine possible. Toute pratique à risque, comme le tabac ou l’alcool, peut nuire au foetus. Finalement, il est nécessaire d’effectuer tous les tests pertinents pendant la grossesseSi des problèmes surviennent plus tard, vous devriez consulter un médecin rapidement face à un quelconque symptôme.

 

  • ¿Qué es? – – ASPACE. (n.d.). Retrieved July 5, 2019, from https://aspace.org/que-es
  • ¿Qué es la Parálisis Cerebral? – Federación ASPACE Castilla y León. (n.d.). Retrieved July 5, 2019, from https://www.federacionaspacecyl.org/quienes-somos/que-es-la-paralisis-cerebral/
  • Pakhomov, A. M., Prostyakova, V. M., & Ivanov, V. I. (1959). Qualitative determination of glyoxylic acid by paper chromatography. Bulletin of the Academy of Sciences of the USSR Division of Chemical Science, 8(7), 1290–1291. https://doi.org/10.1007/BF00920419
  • Parálisis cerebral (para Adolecentes) – KidsHealth. (n.d.). Retrieved July 5, 2019, from https://kidshealth.org/es/teens/story-cerebral-palsy-esp.html