La physiologie de la lactation

Comment le lait est-il produit ? Comment est-il synthétisé ? Est-ce que l'allaitement a des avantages pour la mère ? Dans cet article, nous répondons à ces questions et à d'autres sur la physiologie de la lactation.
La physiologie de la lactation

Dernière mise à jour : 14 mai, 2022

La physiologie de la lactation constitue l’ensemble des organes, des propriétés et des fonctions qui rendent possible la sécrétion du lait maternel, un liquide d’importance vitale pour l’alimentation du nouveau-né.

Ci-dessous, nous vous expliquons comment se déroule ce processus, à partir du moment où la mère produit du lait jusqu’à ce qu’elle allaite son bébé. Si vous êtes sur le point de recevoir votre bébé dans vos bras, cet article va vous intéresser. Prenez note !

Physiologie de la lactation : comment le lait est-il produit ?

La production de lait a lieu dans les cellules épithéliales des alvéoles, qui se trouvent dans les glandes mammaires.

En elles, se trouvent les cellules souches qui sont stimulées par l’hormone de croissance et l’insuline, tandis que les cellules alvéolaires sécrétoires sont stimulées par la prolactine, comme en témoigne cette publication réalisée par des professionnels de l’Université de Concepción.

La constitution mammaire est la suivante :

  • Sinus lactifères : ils se situent sous l’aréole et c’est là où est stocké le lait.
  • Nerfs : leur fonction est d’envoyer l’ordre au cerveau pour que le lait puisse sortir.
  • Alvéoles : c’est là que le lait est produit, les alvéoles se contractent pour évacuer le lait.
  • Tissu adipeux : ce tissu entoure toute la glande mammaire et fonctionne comme un tampon.
  • Conduits lactifères : ils sont chargés de conduire le lait des alvéoles vers les sinus lactifères.



Comment le lait est-il synthétisé ?

La sécrétion de lait est synthétisée dans les cellules mammaires. Certains composés sont transportés du plasma aux cellules. Dans le noyau de la cellule, se produit la synthèse de l’ADN et de l’ARN, responsables de la régulation du métabolisme cellulaire et du travail des enzymes.

Dans le cytoplasme, le processus d’oxydation du glucose, la synthèse des acides gras et l’activation des acides aminés, qui synthétisent les protéines, ont lieu.

Les mitochondries agissent comme des centrales électriques (ATP) et sont des précurseurs d’acides aminés et d’acides gras non essentiels. Enfin, dans le réticulum endoplasmique se produit la synthèse des protéines, des triglycérides et des phospholipides, ainsi que la saturation des acides gras.

Comment le lait est-il transporté ?

Les alvéoles et les canaux sont tapissés d’un épithélium sécrétoire entouré de capillaires et de fibres myoépithéliales, qui se contractent en réponse à la stimulation par l’ocytocine.

Environ 10 à 100 alvéoles forment un lobule, chargé de drainer le canal lobulaire et les canaux galactophores qui atteignent le mamelon. Lorsqu’ils sont dans l’aréole, les conduits se dilatent et stockent le lait.

Physiologie de la lactation : sein.

Où le lait est-il sécrété ?

Une partie très importante de la physiologie de la lactation consiste à savoir où le lait est sécrété. Le lait est sécrété dans les alvéoles et parfois dans le conduit de liaison, c’est-à-dire qu’il réagit à l’effet de la prolactine, comme en témoigne cette étude réalisée par des chercheurs de l’Université nationale de San Agustín.

Leur contenu est envoyé vers les canaux lactifères grâce à la contraction des fibres myo-épithéliales qui répondent à l’ocytocine. Par conséquent, le bébé tète les canaux lactifères et, de cette manière, obtient le lait.

“Quand le garçon ou la fille tète bien, la langue et la bouche stimulent le mamelon. Ensuite, les nerfs du mamelon envoient le message au cerveau de la mère que le garçon ou la fille veut du lait. Le cerveau réagit et ordonne la production d’une substance appelée prolactine. La prolactine provoque la formation de lait dans les alvéoles. Plus un enfant tète, plus la mère produit de lait.” – UNICEF –

Par ailleurs, il faut noter que, par stimulation nerveuse, la sécrétion de prolactine et d’ocytocine permet également l’éjection du lait.

En début de lactation, la femme sécrète un liquide appelé : colostrum. Celui-ci a une couleur jaunâtre et sa consistance est un peu épaisse, il est donc riche en protéines et en sels minéraux, bien qu’il ait une faible proportion de lactose, comme le souligne cet article.

Quelles sont les phases de la lactation ?

Voyons ci-dessous quelles sont les différentes phases de l’allaitement, afin que vous puissiez vous rendre compte à quel point le corps humain est incroyable.

Lactogenèse

C’est la première phase. La glande mammaire se prépare pendant la grossesse à nourrir le nouveau-né, grâce à la production d’œstrogènes et de progestérone. L’hormone lactogène est également impliquée et finalement la prolactine est produite.

La lactogenèse est le processus par lequel la sécrétion de lait commence. Il commence entre 24 heures et le sixième jour après l’accouchement. Pour que la sécrétion de lait se produise, le bébé doit stimuler le mamelon en tétant, comme le précise cette recherche réalisée par des chercheurs de l’Université de Jaén.

Lactopoïèse

La lactopoïèse est le transport du lait des alvéoles vers les mamelons. Le lait passe par les canaux galactophores. On parle aussi de galactopoïèse.

Dans cette deuxième phase, les glandes surrénales sont responsables de la libération de différents types d’hormones. De leur côté, les glucocorticoïdes synthétisent du lactose et de la caséine. De plus, la prolactine augmente la sécrétion de lait et permet la vidange de la glande.

Éjection du lait

L’ocytocine a des effets sur les cellules myoépithéliales des canaux galactophores. Ces conduits se contractent et aident à expulser leur contenu.

Il convient de noter que, par la succion du mamelon, effectuée par la bouche du bébé, la production de lait est stimulée, comme en témoigne cette publication réalisée par des professionnels de la santé de l’Université des sciences médicales de La Havane.



Physiologie de la lactation : les bienfaits du lait maternel

Lorsque nous parlons de la physiologie de l’allaitement, nous devons tenir compte des bienfaits qu’il présente à la fois pour le bébé et pour la mère.

Mère qui allaite.

Les bienfaits pour le bébé

  • Le lait maternel contient des quantités adéquates de protéines, de lipides et de glucides.
  • Il offre les nutriments nécessaires à leur croissance et à leur développement.
  • Ce lait aide à former des dents saines et prévient les déformations de la bouche et des dents.
  • Il fournit des défenses pour lutter contre les maladies.
  • Il fournit les vitamines, les minéraux, les protéines digestives et les hormones dont les bébés ont besoin.
  • Le lait maternel est hygiénique, ne caille pas et ne présente aucun risque de contamination.

Les bienfaits pour la mère

  • Pendant l’allaitement, le début des menstruations est retardé.
  • L’allaitement permet à la mère et au bébé d’établir un lien et de le renforcer.
  • Le lait soulage l’inconfort causé par la saturation des seins.
  • L’allaitement aide à perdre du poids plus rapidement.
  • L’allaitement pourrait aider à réduire le risque de certaines maladies, telles que le cancer de l’ovaire, l’ostéoporose, l’obésité et les problèmes cardiaques.

Un incroyable processus !

Jusqu’à présent, nous savions de manière très superficielle comment se déroulait l’allaitement. Cependant, maintenant que nous connaissons la physiologie de la lactation, nous avons une meilleure compréhension de ce processus et pouvons apprécier à quel point le corps humain est incroyable.

This might interest you...
Faire face à la perte de cheveux pendant l’allaitement
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Faire face à la perte de cheveux pendant l’allaitement

Vous allaitez et vous constatez une perte de cheveux plus importante que d'habitude ? C'est normal, et nous vous disons pourquoi.