Les valeurs normales de la prolactine et pourquoi elle peut s'altérer

La prolactine est une hormone très importante au cours de la grossesse et de l'allaitement. Cette substance permet aux femmes de produire le lait qui servira d'aliment aux bébés. Cet article va vous expliquer les fonctions de cette hormone et ce qui peut se passer si elle s'altère.
Les valeurs normales de la prolactine et pourquoi elle peut s'altérer

Dernière mise à jour : 05 février, 2021

La prolactine est une hormone peptidique, c’est-à-dire que sa structure est celle d’une protéine. À travers l’union de différents acides aminés, une substance plus complexe prend forme et finit par devenir une hormone ayant le pouvoir de provoquer des modifications dans l’organisme.

La prolactine se fabrique dans l’hypophyse chez l’être humain. Il y a deux parties bien différenciées dans l’hypophyse : l’adénohypophyse dans la partie antérieure et la neurohypophyse dans la partie postérieure. C’est dans l’adénohypophyse que se crée la prolactine, aux côtés d’autres hormones comme la thyrotropine ou la lutéinisante.

Les cellules chargées de la fabrication sont les lactrotropes car la prolactine aura pour principale fonction de stimuler la production de lait dans les glandes mammaires. Elle intervient également, à un niveau secondaire, dans le cycle menstruel.

Cette hormone n’était pas connue dans le monde médical avant 1928, même si l’on considère qu’il s’agit de la substance hormonale la plus ancienne du règne animal puisqu’on l’a retrouvée chez différents êtres, comme les insectes et les poissons.

La quantité de cette hormone se régule avec un mécanisme de rétroaction positive, c’est-à-dire que plus le stimulus pour sa production est fort, plus elle se crée dans les cellules. Par exemple, quand la mère est en train d’allaiter, des signaux nerveux sont envoyés à l’hypophyse pour que davantage de prolactine soit fabriquée.

À quoi sert la prolactine ?

Chez les femmes, la fonction de la prolactine est essentiellement reliée à la production de lait dans les glandes mammaires. L’hormone envoie un signal aux seins pour que le lactose, la caséine et la lactalbumine se synthétisent ; des protéines qui composeront le lait maternel.

La prolactine commence à augmenter sa quantité dans le corps de la femme enceinte avant l’accouchement mais d’autres hormones, comme la progestérone, empêchent que le lait ne commence à sortir. Quand l’accouchement a lieu, les niveaux de progestérone tombent et la prolactine peut alors agir librement pour l’allaitement.

Chez les hommes, en revanche, la prolactine travaille sur la glande surrénale. Son effet n’est pas très notable, selon les informations dont la science dispose jusqu’à maintenant. Néanmoins, on a pu découvrir qu’elle pourrait être impliquée dans la période réfractaire de l’homme après avoir eu une relation sexuelle.

Allaitement d'un bébé.

La prolactine a pour principale fonction de stimuler la production de lait chez les mères.

Découvrez aussi : 5 remèdes pour réguler naturellement les hormones

Valeurs normales de l’hormone

Comme toutes les substances qui circulent dans l’organisme humainon sait que la prolactine a des valeurs de fonctionnement optimal pour faire tout ce qu’elle doit faire. Ces valeurs se séparent selon :

  • Hommes : la norme est d’avoir moins de 20 ng/ml dans le sang.
  • Femmes qui ne sont pas enceintes : la prolactine devrait osciller entre 2 et 29 ng/ml.
  • Femmes enceintes : la valeur attendue est plus élevée, jusqu’à 209 ng/ml.
  • Après la ménopause : chez ces femmes, la marge est plus faible, entre 2 et 20 ng/ml.

Chez une femme qui n’est pas enceinte, un résultat de prolactine supérieur à 100 ng/ml requiert des recherches poussées pour savoir pourquoi cette augmentation est si forte. En général, les causes les plus fréquentes sont l’utilisation de certains médicaments et l’existence de petites tumeurs bénignes dans l’hypophyse.

L’examen biochimique pour connaître la valeur de la prolactine se fait à travers une prise de sang. Tout le monde ne doit pas mesurer cette hormone mais nous savons qu’il est indiqué de le faire pour les :

  • Personnes avec des problèmes d’infertilité.
  • Femmes avec des cycles menstruels altérés.
  • Mères qui voient leur production de lait maternel altérée.
Règles douloureuses chez une femme.

L’hyperprolactinémie peut se cacher derrière les cycles menstruels irréguliers.

Ceci peut vous intéresser : Règles irrégulières : quelle en est la cause ?

La maladie par augmentation de la prolactine

La condition la plus fréquente d’altération de l’hormone est l’augmentation de cette dernière au niveau de sa concentration dans le sang. Cette situation porte le nom d’hyperprolactinémie et, si elle apparaît chez une femme qui n’est pas enceinte, est sûrement due à une petite tumeur de l’hypophyse.

Ces tumeurs sont connues sous le nom de prolactinomesLa grande majorité sont bénignes et ne changent pas de taille au fil du temps. Une petite proportion de ces tumeurs sont grandes ou ont tendance à grandir et requièrent une intervention chirurgicale.

On retrouve aussi une hyperprolactinémie quand les femmes réalisent des activités physiques très intenses ou quand elles connaissent des étapes de stress.

Certains médicaments ont aussi pour effet secondaire d’augmenter cette hormone : c’est le cas des antidépresseurs. Dans le cas de l’hypothyroïdie, on a tendance à détecter des augmentations de prolactine qui ne répondent à aucune autre cause.

De récentes études relient l’obésité à des niveaux élevés de prolactine. Chez certaines personnes, une valeur élevée de prolactine pourrait en effet faire augmenter l’appétit.

Les médecins qui s’occupent d’une femme atteinte d’hyperprolactinémie ne peuvent pas non plus écarter le syndrome de l’ovaire polykystique. Ils devront demander des examens d’images gynécologiques et d’autres examens de laboratoire pour confirmer le diagnostic.

Pour conclure, nous sommes en présence d’une hormone fondamentale, surtout pour la femme, qui peut souffrir d’altérations. Il sera important de consulter un professionnel de santé si des symptômes apparaissent et sont liés au système gynécologique ou à l’allaitement pour écarter l’hyperprolactinémie et la traiter le cas échéant.

Cela pourrait vous intéresser ...
7 choses que vous devez savoir sur le syndrome de l’ovaire polykystique
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
7 choses que vous devez savoir sur le syndrome de l’ovaire polykystique

Le syndrome de l'ovaire polykystique se produit à cause d'un déséquilibre hormonal et, bien qu'il puisse augmenter le risque de développer d'autres...

 



  • Pérez, J. “Fisiología de la prolactina.” Fisiología Humana. 3ª ed. Madrid: McGraw-Hill (2005): 871-9.
  • Cariño, Cecilia, et al. “Conceptos actuales sobre fisiología de la prolactina: variantes moleculares y mecanismos de acción.” Revista Investigación Clínica 45.4 (1993): 375-86.
  • Guber, Rosa Silvina, et al. “Niveles de Prolactina circulante en patologías mamarias.” Acta bioquím. clín. latinoam 37.2 (2003): 137-143.
  • Gill-Sharma MK. Prolactin and male fertility: the long and short feedback regulation. Int J Endocrinol. 2009;2009:687259. doi:10.1155/2009/687259
  • Majumdar A, Mangal NS. Hyperprolactinemia. J Hum Reprod Sci. 2013;6(3):168–175. doi:10.4103/0974-1208.121400