La préoccupation excessive pour la santé

30 août 2020
La préoccupation excessive pour la santé nous pousse à être trop attentifs à n'importe quelle gêne et à penser que nous souffrons d'une maladie, chose qui n'est probablement pas réelle.

Nous vivons à une époque où le bombardement d’informations est constant. Les thèmes traitant du soin et de la protection du corps sont à l’ordre du jour. Ceci a créé une ambiance au sein de laquelle la préoccupation excessive pour la santé a un point d’appui, à partir duquel elle se projette dans la vie quotidienne.

La santé se définit comme un état de bien-être physique, émotionnel et social. Il ne s’agit pas simplement de l’absence de maladie. Il est de plus en plus fréquent de trouver des personnes qui ont peur de tomber malades ou de voir leurs proches attraper une maladie.

S’il est vrai que se préoccuper pour sa santé et avoir un style de vie adéquat est essentiel pour prévenir les maladies, une préoccupation excessive peut supposer un problème. Nous allons donc vous expliquer, dans cet article, ce que nous pouvons faire face à cela et quelles sont les stratégies pour y remédier.

En quoi consiste la préoccupation excessive pour la santé ?

Comme nous pouvons l’imaginer, s’inquiéter pour soi-même est normal. Nous avons tous, quelque part, peur de tomber malade. C’est parfaitement naturel et bénéfique si cela nous conduit à améliorer nos habitudes. Par exemple, à adopter une alimentation saine ou à faire de l’exercice fréquemment.

Lisez aussi : Une alimentation saine, l’élément clé de votre grossesse

De la même façon, cela nous permet d’être alertes face aux signes d’une maladie et d’aller consulter le médecin quand c’est nécessaire. Cependant, lorsque la préoccupation ne fait que grandir, elle peut entraîner de l’anxiété.

Quand cela se produit, les pensées négatives et la peur de tomber malades occupent constamment notre esprit. Un état d’alarmisme se crée et n’importe quelle douleur ou n’importe quel risque de contagion nous font penser que nous sommes malades.

La désinformation générale à propos de diverses situations mondiales a fait augmenter la peur de la population de façon brutale. Il existe désormais un phénomène de préoccupation collective qui dépasse la préoccupation individuelle et place de grands groupes de personnes dans le même processus d’alerte.

L’anxiété peut nous mener à faire des choses irrationnelles. Si nous ne contrôlons pas la préoccupation excessive pour la santé, nous prenons des mesures drastiques qui finissent par être contre-productives et génèrent une maladie, au lieu de nous en protéger.

La préoccupation excessive pour la santé chez une femme.

Ceci pourrait vous intéresser : 15 manières de faire face à l’anxiété

Quels sont les signaux qui révèlent une préoccupation excessive ?

La ligne entre normalité et préoccupation excessive est très mince. Cependant, certains signaux peuvent nous indiquer que l’on est proche de la limite. Et le premier point n’est autre que l’état d’alarmisme dont nous parlions un peu plus haut.

Lorsque quelqu’un prête constamment attention à une gêne ou à une douleur, aussi petite soit-elle, cela peut indiquer une obsession. Et encore plus si cette personne commence à chercher des informations sur ce sujet ou ne cesse d’y penser. Les comportements de ces personnes aboutissent à une organisation de leur existence autour de ce supposé problème. Leurs relations familiales, professionnelles et amicales s’altèrent à cause de ce trouble obsessionnel.

Beaucoup de gens finissent même par penser qu’il s’agit d’un symptôme d’une maladie concrète. Ils cataloguent leur hypothèse sous le nom d’une pathologie et s’auto-diagnostiquent, se dirigeant tout droit vers l’hypocondrie.

Dans ce cas, ces personnes commencent à s’inquiéter des conséquences de cette prétendue maladie. Elles ont aussi tendance à transformer ce point en un sujet de conversation fréquent et unique, sans donner lieu à d’autres explications ou récits.

Par ailleurs, la préoccupation excessive pour la santé peut aussi se manifester par un contrôle très strict de l’alimentation ou de l’exercice. Les personnes peuvent même finir par prendre des médicaments qui ne sont pas indiqués ou des compléments vitaminiques.

L'alimentation et la préoccupation excessive pour la santé.

Que peut-on faire à ce sujet ?

Le plus important, dans cette situation, est d’essayer de demander de l’aide. Lorsque la préoccupation se transforme en anxiété, le mieux est d’aller consulter un psychologue pour essayer de mettre un terme au problème. La psychothérapie constitue généralement la meilleure forme de traitement.

Par ailleurs, nous devons bien nous dire que les sources d’information dont nous disposons ne sont pas toujours fiables. Il est essentiel de vérifier les données et d’éviter que la peur ne s’empare de nous. De nombreux articles circulent sur Internet, mais nous devons nous assurer qu’ils ont été écrits par des auteurs fiables et que le site que nous sommes en train de regarder est sérieux.

 

  • Vallejo, S. Gómez, et al. “Hipocondría en la infancia y adolescencia. Revisión bibliográfica.” Revista de Psiquiatría Infanto-Juvenil 35.1 (2018): 7-16.
  • Pérez, Sara Mercedes Pérez. “Cibercondría: La hipocondría virtual.” Ágora de enfermería 20.3 (2016): 104-110.
  • Arnáez, Sandra, Gemma García-Soriano, and Amparo Belloch. “Hipocondría y pensamientos intrusos sobre la enfermedad: desarrollo y validación de un instrumento de evaluación.” Psicología Conductual 25.1 (2017): 165.
  • Rodríguez, Concepción Fernández, and Rafael Fernández Martínez. “Tratamientos psicológicos eficaces para la hipocondría.” Psicothema 13.3 (2001): 407-418.