L’ablation prématurée des ovaires

4 août 2020
L'ablation prématurée des ovaires est une opération qui se fait de façon préventive quand on a un risque élevé de souffrir d'un cancer hormono dépendant. Ce n'est pas une décision qui se prend à la légère.

L’ablation des ovaires ou, comme on l’appelle techniquement, l’ovariectomieest un procédé chirurgical qui consiste à retirer les ovaires. Ce peut être une ovariectomie bilatérale, c’est-à-dire des deux ovaires, ou unilatérale.

Cette ablation des ovaires peut être requise quand les ovaires sont touchés par une pathologie oncologique. C’est également une modalité préventive quand la femme souffre d’un haut risque de cancer du sein ou des ovaires, même avant d’avoir des symptômes.

Les ovaires sont des organes situés à la fin des trompes utérines et appartiennent au système reproductif de la femme. On y trouve les ovules qui, tous les mois, sont libérés pour pouvoir être fécondés dans l’utérus.

Les ovaires sont la principale source d’hormones sexuelles féminines. Ils produisent des œstrogènes et de la progestérone et leur ablation affecte clairement l’équilibre hormonal de la femme.

Pourquoi procède-t-on à l’ablation des ovaires ?

Lors de la vie reproductive, les ovaires sont ceux qui libèrent des œstrogènes et de la progestérone. Ces hormones sexuelles, en plus d’influer sur l’appareil sexuel féminin, ont une incidence sur d’autres parties du corps, comme les seins.

Le sein a des récepteurs d’œstrogènes et de progestérone qui font changer sa structure. Par exemple, avant les règles, il se peut que la femme aient les seins plus tendus. Ceci est dû à la préparation instinctive des glandes mammaires pour l’allaitement.

Une série de mutations de gènes connus sous le nom de BRCA1 et BRCA2 prédisposent aussi bien au cancer du sein qu’au cancer des ovaires. Les femmes qui portent n’importe laquelle de ces mutations ont un risque de 50 à 85 % de développer un cancer du sein à un moment de leur vie. Celles qui possèdent la mutation de BRCA1 ont un risque de 20 à 40 % de développer un cancer des ovaires.

Le problème est que les hormones sexuelles, synthétisées dans l’ovaire, catalysent énormément ces tumeurs. L’ablation prématurée des ovaires apparaît donc comme une option pour freiner le développement de la maladie oncologique.

Dans quels cas procède-t-on à une ablation des ovaires ?

Cet article peut vous intéresser : Tests de dépistage du cancer du sein

Ablation prématurée des ovaires

L’ablation des ovaires est considérée comme prématurée quand elle arrive avant la ménopause. Lors de la vie reproductive, on a besoin des ovaires pour réguler le cycle menstruel. Sans eux, la ménopause est prématurée parce que la production hormonale disparaît.

Cependant, en dépit de cet effet, cette ablation prématurée des ovaires peut être considérée comme indispensable quand la femme court le risque de développer un cancer du sein ou des ovaires dans le futur.

Ablation préventive des ovaires dans le cancer du sein

Selon l’Institut National du Cancer, l’ablation préventive des ovaires réduirait de 50 % le nombre de nouveaux cas de cancer du sein chez des femmes avec un haut risque. Il indique aussi que ce bénéfice ne se produit que si l’on procède à l’ablation avant la ménopause.

L’ablation des ovaires avant la ménopause fait baisser la production d’œstrogènes dans le corps. Les tumeurs qui ont besoin d’œstrogènes pour grandir ne se développeraient donc pas.

Ablation préventive des ovaires face au cancer des ovaires

L’ablation prophylactique des ovaires, que ce soit avant ou après la ménopause, peut réduire le risque de cancer des ovaires jusqu’à 90 % chez des femmes à haut risque. Il faut cependant prendre en compte le fait que la théorie sur l’origine de ce cancer a changé.

Auparavant, on supposait que la tumeur ovarienne était primaire et provenait des cellules présentes à cette endroit, mais ce pourrait être un effet secondaire d’un autre endroit du pelvis, comme les fimbrias des trompes utérines.

BRCA et ablation des ovaires.

Le rôle des hormones

L’ablation prématurée des ovaires aboutit à une ménopause prématurée car l’on prive la femme des hormones sexuelles qui régulent le cycle sexuel. Les règles et la fertilité se terminent donc.

Par ailleurs, les œstrogènes protègent sur le plan cardiovasculaire et osseux :

  • Ils contrôlent, de façon indirecte, le cholestérol dans le sang. En l’absence d’œstrogènes, le cholestérol HDL diminue et le LDL – ou mauvais cholestérol – augmente.
  • Les hormones sexuelles préviennent la perte de masse osseuse. Sans œstrogènes, la perte osseuse accélère et l’ostéoporose apparaît plus rapidement, entraînant des fractures.

L’avis médical est indispensable

Avant de vous soumettre à une ablation prématurée des ovaires, vous devez peser le pour et le contre de cette intervention avec votre médecin. Les effets à long terme sont considérables et la décision doit être appuyée sur le plan scientifique.

Ne gardez aucun doute à l’esprit si vous savez que vous avez un risque de souffrir d’un cancer du sein ou des ovaires parce que vos antécédents familiaux l’indiquent. Posez les questions pertinentes et assurez-vous que l’équipe qui vous suit ait de l’expérience dans ces situations.

 

  • Sánchez, A. Redondo, et al. « Cáncer de ovario. » Medicine-Programa de Formación Médica Continuada Acreditado 12.34 (2017): 2024-2035.
  • Cassinello, N. Vidal, and Pedro Pérez Segura. « Consejo genético en cáncer de ovario. » Revisiones en cáncer 30.5 (2016): 223-231.
  • León, Rodrigo Domínguez. « Predisposición hereditaria al cáncer de mama y medidas profilácticas. » Zaragoza (2016).
  • Gunderson, Camille C., Robert S. Mannel, and Philip J. DiSaia. « Masas anexiales. » Oncología ginecológica clínica (2018).
  • BRUNO, BRUNA CHAGAS RODRIGUES, et al. « CÂNCER DE MAMA: É POSSÍVEL PREVENIR?. » REVISTA UNINGÁ REVIEW 28.1 (2016).