Alimentation des femmes souffrant de cancer du sein

14 juillet 2020
Après le cancer de la peau, le cancer du sein est le type de cancer le plus fréquemment diagnostiqué chez les femmes. Voici quelques recommandations diététiques pour vivre au mieux avec cette maladie.

Les personnes atteintes d’un cancer doivent généralement suivre une alimentation différente de celle qui est considérée comme saine. En effet, l’alimentation des femmes souffrant de cancer du sein doit être suffisante pour qu’elles puissent conserver leur énergie dans le but de surmonter les effets secondaires du traitement.

Lorsque la santé est bonne, manger suffisamment n’est généralement pas un problème. Cependant, face au cancer et à son traitement, pour certaines femmes, cela peut être un véritable défi. C’est pourquoi, nous vous expliquons dans cet article à quoi devrait ressembler le régime alimentaire des patientes atteintes de cancer du sein.

Le cancer du sein et l’alimentation

Le cancer du sein est une pathologie qui survient dans les cellules des seins. Après le cancer de la peau, le cancer du sein est le type de cancer le plus fréquemment diagnostiqué chez les femmes aux Etats-Unis. Cette maladie peut se présenter aussi bien chez les hommes que chez les femmes, mais elle est beaucoup plus commune chez les femmes.

Un soutien important à la sensibilisation et au financement de la recherche a permis de faire progresser le diagnostic et le traitement du cancer du sein. Ainsi, les taux de survie face à cette maladie ont augmenté. Et le nombre de décès liés à cette maladie se trouve également en constante diminution.

Lisez également : Que savoir avant de faire une mastectomie ?

Une femme qui souffre d'un cancer du sein

L’importance de bien s’alimenter pendant le traitement du cancer du sein

Une bonne alimentation pendant le traitement du cancer du sein peut aider à :

  • Rester en bonne santé
  • Garder de l’énergie
  • Obtenir les nutriments appropriés
  • Eviter les prises de poids soudaines

Par conséquent, si vous recevez une chimiothérapie, une radiothérapie ou les deux, nous vous conseillons de suivre ces recommandations :

  • Buvez au moins 8 verres de boissons non caloriques (autrement dit de l’eau ou du thé) ou peu caloriques, tous les jours. Une ingestion insuffisante de liquides peut occasionner des étourdissements, des vertiges, des nausées, de la constipation, de la fatigue ainsi qu’une infection des voies urinaires
  • Évitez de sauter des repas : essayez plutôt de prendre des petites quantités, plus régulièrement tout au long de la journée. Toutefois, il existe un certain nombre de traitements expérimentaux avec des jeûnes intermittents pendant la chimiothérapie. Les résultats sont prometteurs selon une recherche publiée dans la revue Clinics
  • Limitez la consommation d’alcool ou arrêtez complètement. Si vous avez des questions à ce sujet, adressez-vous à des professionnels de santé

Quelles sont les quantités et quoi manger ?

L’équilibre des aliments dans un plat est important lorsque l’on parle d’alimentation saine. Gardez à l’esprit la photo de l’assiette ci-dessus. Cela pourra vous aider à choisir les portions adéquates des différents aliments.

La protéine peut être d’origine végétale ou animale

Les protéines végétales s’obtiennent à partir du quinoa, des graines germées, du blé, des macédoines de légumes, etc. Concernant les protéines animales, nous vous conseillons les viandes blanches telles que la dinde ou le poulet, ainsi que le poisson. Il est possible de consommer des viandes rouges, mais seulement une à deux fois par semaine.

Par ailleurs, il est essentiel de garantir l’ingestion de protéines dans le but de prévenir la perte de la masse musculaire. Un facteur associé à une mortalité accrue. C’est ce qu’affirme cette étude publiée dans la revue Maturitas.

Découvrez aussi : La viande grillée et le cancer du sein : un plus grand risque ?

Les fruits et légumes de toutes les couleurs sont les bienvenus

Si les patientes ne subissent pas de chimiothérapie, elles peuvent consommer des fruits et des légumes crus. Néanmoins, en cas de chimiothérapie ou de neutropénie (défenses affaiblies), elles ne doivent consommer que des aliments cuits.

Quels sont les aliments à éviter ?

A la longue, entendre beaucoup de “non” peut finir par être décourageant. Nous vous conseillons donc de ne pas penser aux “non” mais plutôt de prêter attention aux raisons pour lesquelles il faut éviter ce type d’aliments.

  • Un patient souffrant de cancer devrait éviter les conserves, les aliments fumés ainsi que les fritures. La charcuterie n’est pas non plus une bonne option puisqu’elle contient du nitrite et du nitrate, des substances cancérigènes selon les indications de l’Organisation Mondiale de la Santé. Par ailleurs, les aliments fumés, grillés ou frits contiennent des graisses saturées non saines
  • Dans le cas du cancer du sein, il est préférable de restreindre la consommation de soja et de pamplemousse. Même si dans le cas de certains autres types de cancer, le soja peut être bénéfique en raison des protéines qu’il contient, pour un individu qui reçoit une chimiothérapie, la consommation de cet aliment doit être limitée car cela pourrait provoquer une forme d’interaction avec le traitement
Les personnes souffrant du cancer du sein ne devraient pas consommer de pamplemousse

  • En effet, le pamplemousse produit une enzyme qui favorise l’élimination des médicaments dans l’organisme et génère également une interaction avec d’autres médicaments utilisés en chimiothérapie
  • En cas de défenses faibles ou de neutropénie, il est préférable d’éviter les probiotiquesIl s’agit d’excellents régénérateurs mais dans le cas des patients dont les défenses sont faibles, cela peut engendrer l’effet inverse. Par exemple, au lieu de défendre la flore intestinale, ils peuvent causer une infection

Alimentation saine pour les femmes souffrant de cancer du sein

Enfin, au même titre qu’une alimentation saine en cas de cancer du sein, l’activité physique est également recommandée. La marche modérée, le yoga ou la danse aident aussi à générer des endorphines.

Actuellement, une série de traitements diététiques prometteurs sont en cours de développement pour soigner ce type de pathologies. Les jeûnes intermittents et les antioxydants peuvent être d’une grande aide, bien que de plus amples recherches soient nécessaires pour protocoler leur usage.

 

  • Antunes F., Garcia Erustes A., Jardim Costa A., Nascimento AC., et al., Autophagy and intermittent fasting: the connection for cancer therapy? Clinics, 2018.
  • Liu P., Hao Q., Hai S., Wang H., et al., Sarcopenia as a predictor of all cause mortality among community dwelling older people: a systematic review and meta analysis. Maturitas, 2017. 103: 16-22.