L'accoutumance à la drogue : qu'est-ce que c'est, types et caractéristiques

L'accoutumance aux médicaments nous enseigne un principe : en cas d'utilisation prolongée, il faudra augmenter la dose pour obtenir le même effet. C'est le processus qui peut mener à une dépendance.
L'accoutumance à la drogue : qu'est-ce que c'est, types et caractéristiques
Maria Fatima Seppi Vinuales

Rédigé et vérifié par la psychologue Maria Fatima Seppi Vinuales.

Dernière mise à jour : 17 décembre, 2022

L’accoutumance à la drogue peut être définie par analogie avec n’importe quelle situation de la vie quotidienne. Par exemple, une personne qui habite devant une discothèque ; les premiers jours vous aurez du mal à dormir à cause du bruit. Ensuite, vous vous y habituerez et vous pourrez vous endormir. Le sommeil ne sera empêché que lorsque le bruit change et devient plus fort.

Maintenant, c’est le même processus qui se produit avec l’accoutumance aux drogues. Au début, une certaine substance suffira pour avoir certains effets ; il en faudra alors de plus en plus. Voyons pourquoi c’est si dangereux.

Qu’est-ce que l’accoutumance à la drogue ?

S’il y a quelque chose qui nous caractérise, nous les êtres humains, c’est la capacité d’apprendre et de s’adapter. À différents niveaux de complexité, bon nombre de nos expériences laissent des traces de mémoire qui fonctionnent comme des guides d’action pour les situations futures.

En ce sens, l’un des niveaux d’apprentissage les plus primitifs est ce qu’on appelle l’accoutumance. Il fait référence à la diminution d’une réponse en présence d’un stimulus qui se produit à plusieurs reprises.

Cependant, l’accoutumance aux drogues, également connue sous le nom de tolérance, est cette situation dans laquelle la même quantité de drogue, consommée à plusieurs reprises, commence à diminuer ses effets. C’est-à-dire que la personne “s’habitue” à la substance psychoactive.

Il faut de plus en plus de quantités pour obtenir le même effet.

Caractéristiques

L’accoutumance à la drogue se caractérise par les aspects suivants :

  • Cela se passe au niveau du système nerveux central : ce n’est pas dû à une adaptation des sens.
  • Elle ne s’explique pas par la fatigue de la personne : lorsqu’il y a une situation de fatigue, il y a une diminution de la réponse. Ce n’est pas le mécanisme ici.
  • C’est une réponse innée.
  • Elle est spécifique au stimulus : une augmentation comme une diminution sont dues à un stimulus particulier.
  • Il peut y avoir récupération de la réponse : avec le temps, une réponse perdue ou diminuée peut réapparaître dans son état initial.

En ce sens, il est possible d’affirmer que l’accoutumance a des avantages. En d’autres termes, cela nous permet de nous habituer à certains stimuli (par exemple, le bruit) sans avoir à nous inquiéter encore et encore.

Cependant, l’accoutumance aux drogues est quelque peu dangereuse car elle est gérée par une règle indirecte : plus il y a de substance, moins il y a d’effet. Il faut plus de substance pour maintenir ou atteindre certaines sensations.

Drogues de synthèse.
Les drogues qui génèrent une accoutumance cachent l’escalade de la consommation, qui est la nécessité d’augmenter la dose pour obtenir le même effet.

Types d’accoutumance

Il existe différents types d’accoutumance. Passons-les en revue.

Habitude liée à la pharmacocinétique

Lorsque nous parlons d’effets pharmacocinétiques, nous nous référons aux effets de l’organisme sur le médicament. Ce que le corps fait de la substance en termes d’absorption, de synthèse et d’élimination.

Ce type d’accoutumance à la drogue survient après une consommation répétée, lorsque l’organisme accélère les processus de dégradation. Le médicament disparaît plus rapidement du corps.

Habitude liée à la pharmacodynamie

Dans ce cas, nous nous référons à l’action du médicament sur l’organisme, à partir de l’interaction médicament-récepteur. Avec la consommation répétée de la substance, les récepteurs de la drogue s’habituent ou s’habituent, raison pour laquelle ils ont besoin à chaque fois de doses plus importantes.

Tolérance croisée

Il fait référence au processus par lequel une personne qui consomme à plusieurs reprises une certaine substance fera également preuve de tolérance ou s’habituera à des substances similaires. Par exemple, l’héroïne et la morphine.

Tolérance inverse

C’est cette situation dans laquelle, avec des doses plus faibles, le même effet d’une substance est obtenu. Autrement dit, cela va dans la direction opposée ou attendue de ce qui se passe avec l’accoutumance.

Cela peut s’expliquer par l’accumulation ou la réserve du médicament dans certains tissus, qui est ensuite libéré. Dans d’autres cas, cela est dû à une plus grande sensibilité des récepteurs.

La tolérance inverse indique la possibilité que des phénomènes de surdosage apparaissent sans avoir augmenté la quantité de consommation habituelle.

En quoi l’accoutumance est-elle différente de la dépendance ?

Le processus de consommation d’une substance qui conduit à une dépendance commence par l’accoutumance. S’y habituer encourage à consommer de plus grandes quantités pour obtenir l’effet. Ainsi, cela pourrait conduire à une dépendance et, enfin, à une addiction ou à une consommation problématique.

Pour aller un peu plus loin, il faut dire que la dépendance se caractérise par les caractéristiques suivantes :

  • Tolérance.
  • Perte de contrôle.
  • Habitude de consommation stéréotypée.
  • Symptômes typiques du syndrome de sevrage.
  • Il faut un traitement pour pouvoir sortir de cette situation.
  • Incapacité à arrêter de consommer la substance, malgré les conséquences négatives.
  • Désir intense et persistant de consommer une substance, également connu sous le nom de craving. Contrairement à l’accoutumance, qui implique un désir non compulsif.
Femme avec dépendance.
Le processus qui aboutit à une dépendance établie à une substance peut commencer par l’accoutumance.

Le chemin de la dépendance

Vous ne générez pas de dépendance du jour au lendemain. Il s’agit d’un processus complexe et soutenu qui est passé par une série de phases.

Parmi ces phases, on trouve les suivantes, selon la proposition de Becoña Iglesias :

  1. Prédisposition : il existe des facteurs qui influencent et prédisposent à la consommation. C’est-à-dire qu’ils augmentent ou diminuent la possibilité qu’une personne commence le chemin.
  2. Connaissance : il s’agit de connaître les effets que produit une certaine drogue. Cela implique également la disponibilité de la substance.
  3. Expérimentation : le point précédent peut amener les personnes à décider d’entrer en contact avec le médicament.
  4. Consolidation : c’est le passage de l’usage à l’abus.
  5. Abandon ou maintien : selon les conséquences, la personne restera dans la consommation ou s’en éloignera.
  6. Rechute possible : lorsque l’addiction est consolidée, il est difficile de sortir de cette situation.
En bref, la tolérance est le prélude à la dépendance.

Toute consommation problématique a commencé comme “peu”

Au début, presque toute consommation commence par de petites quantités. Pour ceux qui débutent dans le monde de la drogue, une petite dose suffit pour atteindre cet état de plaisir ou d’euphorie.

Cependant, l’accoutumance nous montre que ce qui semblait peu ou insuffisant, entraîne une plus grande demande de la part du corps, qui veut répéter l’expérience agréable. Il est donc important de ne pas sous-estimer les débuts.

Il sera aussi indispensable d’éviter le déni de consommation. Il s’agit de savoir comment le corps fonctionne en interaction avec les médicaments, pour éviter des conséquences indésirables et nocives. La prévention nécessite non seulement de connaître les effets, mais aussi de prêter attention à d’autres facteurs, tels que l’âge d’apparition et les circonstances.

Cela pourrait vous intéresser ...
La négation dans l’addiction
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
La négation dans l’addiction

La négation dans l'addiction est l'une des caractéristiques les plus communes chez les personnes qui souffrent de ce problème.



  • Becoña, E. (1999). Bases teóricas que sustentan los programas de prevención de drogas. Madrid: Plan Nacional sobre Drogas.
  • Corujo Lorenzo, L. (2014). Consideraciones sobre el consumo problemático de sustancias psicoactivas en adolescentes.
  • Hernández López, T., Roldán Fernández, J., Jiménez Frutos, A., Mora Rodríguez, C., Escarpa Sánchez-Garnica, D., & Pérez Álvarez, M. T. (2009). La edad de inicio en el consumo de drogas, un indicador de consumo problemático. Psychosocial Intervention18(3), 199-212.
  • Martín-Villa, J. C. (2019). Diferenciación anatómica y funcional de la corteza insular: implicaciones en el aprendizaje y consumo de drogas.
  • Seevers, M. H. (2019). Characteristics of dependence on and abuse of psychoactive drugs. In Chemical and biological aspects of drug dependence (pp. 13-22). Crc Press.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.