Le craving, ou le besoin de consommer

25 février 2020
La plupart des personnes qui fument ressentent le craving, à savoir une envie constante de consommer du tabac. Mais ce terme ne concerne pas que le tabac. Sachez-en plus ici sur le craving.

Le craving est un concept relativement récent qui renvoie au désir intense et quasi imparable de consommer une substance (drogue) ou de cesser l’abstinence de la substance en question.

C’est aux alentours des années 40 que ce terme a été utilisé pour la première fois. À ce moment-là, ce terme désignait un désir très urgent de consommer des opiacés comme l’héroïne ou la morphine pendant la phase du syndrome d’abstinence.

À l’heure actuelle, il semble encore difficile de définir concrètement ce concept. Ce qui est certain, c’est que le craving est un aspect fondamental de l’addiction aux drogues et qu’il est étroitement lié aux rechutes.

Malheureusement, nombreuses sont les drogues pouvant provoquer l’apparition du craving. Bien que nous soyons nombreux à ignorer ce concept, ce désir est très commun chez les consommateurs d’alcool et chez les fumeurs. C’est pourquoi nous vous expliquons ici tout ce qu’il y a avoir sur le craving.

En quoi consiste le craving ?

Comme déjà mentionné plus haut, le craving désigne le désir impérieux de prendre une substance. Ce désir correspond à une pulsion imparable qui s’empare d’une certaine façon de la personne. Le craving n’est pas à confondre avec le syndrome d’abstinence.

Le syndrome d’abstinence comprend un ensemble de symptômes aussi bien physiologiques que psychologiques, lesquels apparaissent après l’arrêt de la consommation d’une substance à laquelle un individu est accro (une drogue). Ce syndrome est fréquent chez les personnes alcooliques ou accros aux drogues comme l’héroïne, par exemple.

Pour différencier les deux concepts, il faut comprendre que le craving peut apparaître même après avoir surmonté le syndrome d’abstinence. Cela veut dire que le désir de consommer à nouveau la substance en question est toujours présent, même des mois et années après.

Le craving est associé à bien d’autres types de substances. Cela va du tabac à la cocaïne ou opioïdes forts comme l’héroïne en passant par l’alcool.

Il est nécessaire de prendre conscience de ceci : une addiction socialement acceptée comme le tabac peut nous conditionner à vie. Le tabac est une drogue tout aussi sévère et nuisible que les drogues considérées fortes.

Une adolescente ressentant le craving

Existe-t-il différents types de craving ?

Certains scientifiques affirment qu’il existe deux types de craving. Tout d’abord, il y a le craving physique qui survient pratiquement au même moment que le syndrome d’abstinence. Tout comme ce syndrome, le craving provoque l’apparition de symptômes physiques tels que la tachycardie, les sueurs froides et même les convulsions.

Ce premier type renvoie au désir de consommer à nouveau la drogue en raison de la force des symptômes ressentis lors de l’étape d’abstinence. C’est l’étape la plus difficile à affronter et à gérer.

Une fois le syndrome d’abstinence passé, le craving physique laissera place au craving psychologique. Le craving psychologique apparaît au bout d’un certain temps après l’arrêt de la consommation de la drogue en question. Il peut apparaître des mois, voire des années après.

Cet article peut également vous intéresser : 10 effets immédiats de l’alcool sur la santé

Comment peut-on traiter le craving ?

Il est essentiel de garder à l’esprit que l’addiction, l’abstinence et le craving sont des situations que nous pouvons gérer et améliorer. Pour cela, l’idéal est de toujours avoir recours à un spécialiste et même à des groupes de soutien. Un psychologue peut nous aider à gérer une addiction.

Le craving est l’un des aspects qui influe le plus sur les rechutes des personnes qui ont été accros à une substance. De la même façon, ce facteur favorise le maintien de l’addiction. Il est donc important de bien le connaître et d’apprendre à le gérer.

Les drogues et le craving

L’idée est de tenter d’éviter les situations associées au modèle de consommation de la substance. Cela revient à se tenir éloigné des situations associées à l’acquisition de cette drogue. Par exemple, si vous êtes alcoolique, l’idéal est de réduire les sorties nocturnes ou les visites aux bars.

Il est, qui plus, important de donner des outils à ces personnes pour contrôler le comportement automatique associé à la consommation de la drogue. Cela influe également sur l’état psychologique de la personne car, pendant les moments de faiblesse ou de tristesse, il est toujours plus facile de rechuter.

Les thérapies ont pour but d’enseigner à ces personnes à gérer le stress ainsi que leur estime d’elles-mêmes. Une autre façon efficace de contrôler le craving est de focaliser son attention sur d’autres activités telles que l’exercice physique.

Cet article peut également vous intéresser : Identifier les mécanismes cérébraux pour arrêter de fumer

En somme…

Le craving désigne ce désir irrationnel et impérieux de consommer une drogue ou une substance à laquelle un individu est accro. Il est important de savoir que cela ne concerne pas que les drogues fortes telles que l’héroïne. Cela concerne également les autres drogues considérées comme douches telles que le tabac ou l’alcool.

 

  • Chesa Vela, D., Elías Abadías, M., Fernández Vidal, E., Izquierdo Munuera, E., & Sitjas Carvacho, M. (2004). El craving, un componente esencial en la abstinencia. Revista de La Asociación Española de Neuropsiquiatría, (89). https://doi.org/10.4321/s0211-57352004000100007
  • Craving y adicción a drogas | Trastornos Adictivos. (n.d.). Retrieved October 25, 2019, from https://www.elsevier.es/es-revista-trastornos-adictivos-182-articulo-craving-adiccion-drogas-13021690
  • Chandler RK, Fletcher BW, Volkow ND. Treating drug abuse and addiction in the criminal justice system: improving public health and safety [published correction appears in JAMA. 2009 Mar 11;301(10):1024]. JAMA. 2009;301(2):183–190. doi:10.1001/jama.2008.976