L’adénomyose : symptômes et traitement

30 août 2019
L'administration de médicaments anti-inflammatoires et le recours à la pilule contraceptive aident généralement à soulager les symptômes de l'adénomyose.

L’adénomyose est une maladie qui se caractérise par un épaississement des parois de l’utérus. Conséquence de cela : la femme ressent une douleur, saigne et a de fortes coliques, entre autres. Nous verrons tous les symptômes plus en détail plus loin dans cet article.

Cette maladie survient lorsque le tissu qui, normalement, recouvre l’utérus, à savoir le tissu endométrial, se développe dans la paroi musculaire de l’utérus. Le tissu qui s’est déplacé continue de fonctionner normalement, grossit, se dégrade et provoque des saignements pendant le cycle menstruel.

L’adénomyose est un trouble bénin et commun chez les femmes qui ont accouché entre 35 et 50 ans. Cette affection peut se présenter sous deux formes en fonction de la quantité de tissu.

  • L’adénomyose diffuse : dans ce cas-ci, une grande partie de l’utérus ou la totalité de l’utérus est affectée
  • L’adénomyose focale : on observe une masse localisée à l’intérieur du myomètre

Les causes de l’adénomyose

Une illustration de l'utérus

À l’heure actuelle, on ne connaît pas encore les causes exactes à l’origine de cette maladie de l’utérus.

Parmi les principales explications, figurent celles ci-dessous :

  • Traumas dans l’utérus liés à des antécédents de chirurgie utérine ou gynécologique : plus d’un accouchement ou un accouchement par césarienne
  • Croissance de tissu invasif : on pense que cela peut être le résultat de l’invasion directe des cellules endométriales du revêtement de l’utérus vers le muscle qui forme la paroi utérine
  • Origines du développement : on pense qu’il est possible d’uriner dans le muscle utérin à partir du tissu endométrial qui se dépose à cet endroit lorsque l’utérus s’est initialement formé dans le fœtus
  • Origines des cellules mère : une autre théorie plus récente pense que les cellules mère de la moelle osseuse  envahissent le muscle utérin et sont alors à l’origine de l’adénomyose

Néanmoins, quelle que soit la cause, la croissance va totalement dépendre de la concentration d’œstrogènes présents chez la femme.

Cet article peut également vous intéresser : 9 aspects importants que tout le monde devrait savoir sur l’endométriose

Les symptômes

Environ un tiers des femmes qui souffrent de cette maladie ne présentent aucun symptôme. Les deux autres tiers ont, elles, des symptômes : un flux menstruel intense et des coliques très douloureuses sont les principaux symptômes de l’adénomyose. Il est également possible que la femme saigne hors de la période des règles lorsqu’elle a des rapports sexuels.

Les symptômes cités sont les principaux symptômes, mais ce ne sont pas les seuls. Les autres symptômes communs sont les suivants :

  • douleurs pelviennes
  • crampes intenses
  • anémie liée à un saignement abondant, une complication de la maladie (la femme se sent très fatiguée et cette complication peut déboucher sur l’apparition d’autres problèmes de santé)
  • problèmes d’infertilité

Bien qu’il ne s’agisse pas d’une maladie néfaste en soi, les douleurs et les saignements excessifs peuvent dégrader la qualité de vie des patientes qui souffrent de cette maladie. Il est ainsi fort probable qu’elles n’apprécient plus de faire certaines activités qu’elles adoraient faire autrefois, soit à cause de la douleur ou par peur de saigner pendant l’activité.

Le diagnostic

Un médecin qui fait des ultrasons

Il est possible d’observer l’utérus au moyen de techniques d’ultrason ou par résonance magnétique. La première technique est la plus efficace et celle pour laquelle il y a plus de médecins disponibles à l’heure actuelle.

Grâce aux ultrasons, il est possible d’observer la texture utérine de manière hétérogène sans les masses focales qui caractérisent les troubles tels que les myomes.

En ce qui concerne la seconde technique, la résonance magnétique fournit une meilleure capacité diagnostique car elle a une meilleure résolution et un meilleur contraste, notamment à l’heure de différencier entre une adénomyose et un myome utérin.

Par ailleurs, chez les femmes qui ne présentent aucun symptôme et dont le volume utérin n’augmente pas, il est seulement possible d’établir un diagnostic absolument certain seulement via l’évaluation de l’utérus après une hystérectomie.

Cet article peut également vous intéresser :  7 facteurs qui peuvent influer sur l’apparition du cancer du col de l’utérus

Le traitement de l’adénomyose

Le seul traitement efficace pour soigner l’adénomyose est l’extirpation chirurgicale de l’utérus ou hystérectomie. Néanmoins, lorsque les symptômes s’aggravent seulement après l’âge de 40-45 ans et sachant qu’ils disparaissent après la ménopause, les femmes concernées n’ont alors pas besoin d’avoir recours à ce traitement radical.

L’administration de médicaments anti-inflammatoires en vue de contrôler les coliques et le recours à la pilule contraceptive en vue de contrôler la libération des hormones pendant le cycle menstruel aident généralement à soulager les symptômes de l’adénomyose.

Néanmoins, dans le cas où la femme est encore loin de la ménopause, ne parvient pas à soulager les symptômes de la maladie, a déjà des enfants et ne souhaite pas en avoir d’autres, la chirurgie est une option à considérer.