L’alimentation peut-elle affecter la peau ?

30 mars 2021
Selon les preuves disponibles, nous pouvons affirmer que l'alimentation peut affecter la peau de différentes façons. Dans certains cas, elle facilite ou renforce certains problèmes cutanés ; dans d'autres, elle aide à prévenir la détérioration de la peau et certaines pathologies.

Certains se demandent si l’alimentation peut effectivement affecter la peau. La réponse est oui. Cette influence n’est pas aussi forte qu’on le dit mais la nutrition a bien une incidence sur la santé de la peau et de la majorité des organes.

Il existe plusieurs mythes et préjugés autour de ce thème, mais il y a aussi des études scientifiques. Celles-ci prouvent que l’alimentation peut affecter la peau. Certains aliments renforcent cet organe tandis que la carence en certains nutriments se traduit par des problèmes dermatologiques.

Tout comme l’alimentation peut affecter négativement l’épiderme, les nutriments aident à prévenir ou à traiter certaines pathologies ou formes de détérioration de ces dernières. D’ailleurs, avec certains traitements, il est fondamental de procéder à des modifications diététiques pour atteindre des résultats.

L’alimentation peut-elle affecter la peau ?

La peau est le plus grand organe du corps, selon une étude publiée en 2019. Elle représente environ un sixième du poids corporel. Par ailleurs, elle a de multiples fonctions, très importantes, qui incluent entre autres :

  • Protection face aux agents externes.
  • Thermorégulation.
  • Absorption des rayons UV.
  • Production de vitamine D.
  • Maintien de l’équilibre hydrique.
Une femme avec une peau saine.

Comme pour d’autres organes, l’alimentation intervient dans la santé de la peau. Il est donc important de garantir l’apport de certains nutriments essentiels.

Il y a plusieurs pathologies qui se reflètent sur la peau et qui sont liées à la nutrition. C’est le cas du marasme ou de la pellagre, deux maladies qui sont provoquées par une carence en vitamine C ou en protéines. Par ailleurs, les régimes faibles en fer s’associent à une alopécie et la consommation d’alcool augmente les symptômes de psoriasis et de rosacée.

De l’autre côté, il n’existe aucune évidence scientifique indiquant que les aliments riches en graisses ont un lien avec l’acné ou d’autres problèmes similaires. L’influence du chocolat sur la bonne santé de la peau n’a pas non plus été prouvée, comme on a tendance à le croire.

Ceci peut vous intéresser : Les meilleurs conseils pour une peau radieuse

Vieillissement et nutrition

Le vieillissement est l’un des processus au cours duquel on peut voir que l’alimentation affecte la peau. Il faut dire que ce phénomène a deux grandes composantes. La première est le vieillissement extrinsèque, qui est causé par les facteurs environnementaux et principalement les rayons solaires.

La seconde est le vieillissement intrinsèque, qui est causé par des déterminations génétiques et le style de vie. L’alimentation s’inclut dans cette seconde catégorie. La science a pu établir que le dommage oxydatif accumulé, en plus de la diminution de la fonction métabolique, font que la peau s’enflamme et mènent au vieillissement cutané. Cette association se reflète dans un article publié dans la revue Anais Brasileiros de Dermatologia.

Il a également été prouvé que les aliments riches en antioxydants sont utiles pour réduire l’effet des radicaux libres et, par conséquent, pour ralentir le vieillissement de la peau. Le mieux est de consommer des fruits et des légumes très souvent.

Alimentation, acné et dommages solaires

De l'acné chez une femme.

Les évidences suggèrent que certains aliments peuvent faire empirer les symptômes de troubles comme l’acné.

Certaines études signalent que les produits laitiers, ainsi que les aliments riches en sucre, font empirer les peaux avec acné. Dans ce groupe, on inclut les suppléments à base de lactose. Le chocolat a des effets nocifs, mais seulement si c’est du chocolat sucré. Le cacao en tant que tel n’a pas d’incidence sur l’acné.

Par ailleurs, on sait que les aliments riches en bêtacarotènes aident à protéger la peau du dommage solaire. Ils protègent aussi le système immunitaire des effets causés par les rayons UV. En d’autres termes, une alimentation riche en bêtacarotènes prévient le photovieillissement et le cancer de la peau.

Découvrez aussi : Les cosmétiques peuvent-ils irriter la peau ?

Altérations cutanées et alimentation

On a pu faire une classification des désordres cutanés associés à l’alimentation, en quatre groupes. Le premier correspond aux altérations cutanées étroitement liées à l’alimentation. La plus flagrante est la dermatite herpétiforme. Cette affection est directement liée à la consommation de gluten.

Le deuxième groupe est celui des altérations cutanées qui ont un lien probable avec l’alimentation. Il s’agit de la dermatite atopique, de l’acné, du psoriasis, du pemphigus, de l’urticaire et de la dermatite de contact. Ces anomalies sont fréquemment liées à des allergènes alimentaires qui, dans 90 % des cas, correspondent au blé, au lait, au soja, au poisson, aux œufs et aux cacahuètes.

Dans le troisième groupe, nous retrouvons les anomalies liées à une carence nutritionnelle : kwashiorkor, pellagre, scorbut et marasme. Les carences alimentaires conduisent à ces maladies. Enfin, on retrouve également le groupe des désordres cutanés liés à un surplus nutritionnel.

Dans ce dernier cas, les maladies associées sont l’obésité, la caroténémie et la lycopénémie. Il y a toute une série d’affections qui apparaissent plus fréquemment chez les personnes obèses, comme l’intertrigo candidosique, les stries par distension, etc.

La caroténémie est provoquée par une consommation excessive de carotènes. Et la lycopénémie, par la consommation excessive de fruits avec un haut contenu en caroténoïdes.

Une mauvaise alimentation se reflète sur la peau

Comme nous avons pu le voir, une alimentation inadéquate peut se refléter sur la santé et la qualité de la peau. Il existe des maladies cutanées liées à des carences nutritionnelles ou à la consommation excessive de substances avec une capacité inflammatoire et oxydante.

Il est donc important d’avoir une alimentation variée et équilibrée, qui priorise l’ingestion d’aliments frais face à l’ingestion d’aliments ultra-transformés.

 

  • Lopez-Ojeda W, Pandey A, Alhajj M, et al. Anatomy, Skin (Integument) [Updated 2019 Sep 21]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2019 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK441980/
  • Monteiro Silva SA., Michniak Kohn B., Leonardi GR., An overview about oxidation in clinical practice of skin aging. An Bras Dermatol, 2017. 92 (3): 367-374.
  • Tan BL., Norhaizan ME., Rahman HS., Antioxidant and oxidative stress: a mutual interplay in age related diseases. Front Pharmacol, 2018.
  • Pappas A., The relationship of diet and acné. Dermato endocrinology, 2009.