Mythes et curiosités sur l’écran solaire

6 janvier 2021
Il est important de protéger la peau des dommages causés par les rayons ultraviolets. Pour cela, il faut bien vérifier les informations. Découvrez dans cet article les mythes qui se cachent derrière la protection solaire.

L’usage adéquat d’écran solaire est le meilleur moyen de protéger la peau des dommages produits par les rayons ultraviolets. L’objectif n’est pas de rester le plus longtemps possible au soleil, mais de mieux protéger la personne pendant la période d’exposition.

Il existe deux types de rayons ultraviolets : les rayons UVA et les rayons UVB. Ces derniers abîment le derme et augmentent le risque de développer un cancer de la peau. C’est pourquoi, il est essentiel d’utiliser un photoprotecteur qui protège contre les rayons UVB, indiqué sur l’emballage comme FPS.

L’écran solaire doit également protéger contre les rayons UVA, indiqués par l’acronyme UVA encadré dans un cercle. Voulez-vous en savoir davantage ?

Mythes et curiosités sur l’écran solaire

Certaines croyances populaires ont été transmises de génération en génération. Quand il s’agit d’un sujet aussi sérieux que la santé de la peau, il est crucial d’être attentif à chaque détail.

Soleil dessiné avec de l'écran solaire sur le dos d'une femme.

“Il existe certains mythes et curiosités sur l’écran solaire qu’il est important de connaître afin de l’utiliser correctement.”

Nous abordons alors un ensemble de mythes et de curiosités sur l’écran solaire.

1. Être bronzé est sain

Le fait d’être bronzé n’est ni synonyme de santé ni de beauté. Selon quelques chercheurs de l’Université de New Delhiil s’agit d’un mécanisme de défense de la peau face à l’agression externe des rayons ultraviolets.

A ce propos, les peaux brunes sont également susceptibles de brûler et de souffrir des dommages produits par les rayons UV.

2. Pour synthétiser la vitamine D, il est nécessaire de bronzer

Cette affirmation est fausse. Même s’il est vrai que la synthèse de la vitamine D s’obtient à travers l’exposition au soleil, il arrive un moment où elle n’est plus stimulée.

Pour cette raison, une recherche publiée par The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism suggère que vous n’avez pas besoin de vous exposer au soleil pendant des heures. Dix minutes par jour, trois jours par semaine, sont suffisantes.

Lisez également : Les aliments contenant du calcium et de la vitamine D pour prendre soin de la santé des os

3. L’écran solaire met 30 minutes à faire effet

Ce mythe est lié à la croyance selon laquelle il faut mettre de la crème solaire une demie heure avant d’arriver sur le lieu d’exposition au soleil.

Cependant, il faut savoir que le photoprotecteur est efficace dès son application. Bien qu’il ne se stabilise pas avant 10 minutes.

4. Les écrans solaires sont tous les mêmes

C’est faux. Les pharmaciens Antonieta Garrote et Ramon Bonet insistent sur la différence entre certains des facteurs suivants :

  • La stabilité des filtres.
  • Protection contre les différents rayonnements UV.
  • Adhérence de la crème solaire sur la peau.
  • Texture du produit en fonction des goûts de chacun.

5. L’indice de protection indique le temps de protection

Cela n’est pas vrai. Le SPF reflète le temps supplémentaire pour rester au soleil pour produire le même effet d’érythème ou de rougeur que si vous n’aviez pas appliqué d’écran solaire.

Application d'écran solaire.

“Il n’existe pas d’écrans solaires qui bloquent à 100 % les rayons du soleil. Toutefois, il est préférable d’utiliser ceux qui ont un indice de protection plus élevé.”

Cet indice se réfère uniquement à la protection face aux rayons UVB. Cependant, le fait est qu’aucun écran solaire ne bloque à 100 % les radiations solaires. Et l’application de deux écrans solaires n’y change rien non plus.

6. Une application par jour est suffisante

La durée maximale d’un écran solaire sur la peau est de deux heures. C’est pourquoi, il est nécessaire d’appliquer à nouveau la crème solaire après ce délai. Il faut également la réappliquer après une baignade de plus de 20 minutes, ou une transpiration excessive.

Par ailleurs, n’oubliez pas qu’en hiver et par temps nuageux, il est aussi nécessaire de l’appliquer. En effet, les rayons du soleil traversent les nuages.

7. Vous ne bronzez pas quand vous appliquez un écran solaire

Même si vous utilisez une crème solaire, une certaine quantité de rayons du soleil affectera toujours votre peau, activant alors le système de protection naturel du corps. Autrement dit, la production de mélanine.

Si vous avez la peau foncée, cela signifie que le derme est agressé par les rayons du soleil et fabrique de la mélanine pour tenter de se protéger.

Découvrez aussi : Taches sur le visage : causes, types et traitements

8. Si vous utilisez un écran solaire résistant à l’eau, vous n’avez pas besoin de renouveler l’application

La spécialiste Leire Azcona Barbed signale que les photoprotecteurs peuvent résister à un bain d’au moins 20 minutes. Cependant, certains sont efficaces plus longtemps et l’indiquent sur les emballages de la manière suivante :

  • Water resistant : efficaces après un bain de 40 minutes.
  • Waterproof ou very water resistant : ceux qui sont encore efficaces après un bain de 80 minutes.

Un bon usage fera toute la différence

Si vous utilisez régulièrement l’écran solaire, vous protégerez le derme du photovieillissement, du risque de développer un cancer de la peau et d’autres ennemis.

Enfin, sachez que l’écran solaire n’est pas valable d’une année à l’autre car les filtres perdent de leur stabilité. Une fois ouvert, il est régi par la PAO (Period After Opening) qui est le temps après l’ouverture pendant lequel le produit conserve ses caractéristiques.

  • Antonieta Garrote & Ramón Bonet (2008). Fotoprotección. Factores de protección y filtros solares Revista Offarm. Vol. 27. Nº5. Educación Sanitaria. https://www.elsevier.es/es-revista-offarm-4-articulo-fotoproteccion-factores-proteccion-filtros-solares-13120520
  • Azcona Barbed, Leire (2003). Protección solar- Actualización. Farmacia Profesional. Vol, 17. https://www.elsevier.es/es-revista-farmacia-profesional-3-articulo-proteccion-solar-actualizacion-13047981
  • Bennett, M. F., Robinson, M. K., Baron, E. D., & Cooper, K. D. (2008). Skin immune systems and inflammation: Protector of the skin or promoter of aging? In Journal of Investigative Dermatology Symposium Proceedings. https://doi.org/10.1038/jidsymp.2008.3
  • Binkley, N., Novotny, R., Krueger, D., Kawahara, T., Daida, YG, Lensmeyer, G., Hollis, BW y Drezner, MK (2007). Estado bajo de vitamina D a pesar de la abundante exposición al sol. The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, 92 (6), 2130-2135. https://doi.org/10.1210/jc.2006-2250
  • Dinkova-Kostova, A. T., Jenkins, S. N., Fahey, J. W., Ye, L., Wehage, S. L., Liby, K. T., … Talalay, P. (2006). Protection against UV-light-induced skin carcinogenesis in SKH-1 high-risk mice by sulforaphane-containing broccoli sprout extracts. Cancer Letters. https://doi.org/10.1016/j.canlet.2005.09.012
  • Gilaberte, Y., Coscojuela, C., Sáenz de Santamaría, M. C., & González, S. (2003). Fotoprotección. Actas Dermo-Sifiliograficas.
  • Mohania, D., Chandel, S., Kumar, P., Verma, V., Digvijay, K., Tripathi, D., … Shah, D. (2017). Ultraviolet radiations: Skin defense-damage mechanism. In Advances in Experimental Medicine and Biology (Vol. 996, pp. 71–87). Springer New York LLC.