Le baiser de Singapour : qu'est-ce que c'est et comment le faire

Le baiser de Singapour est agréable aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Les différents mouvements et postures permettent de ne pas s'ennuyer au lit.
Le baiser de Singapour : qu'est-ce que c'est et comment le faire

Dernière mise à jour : 09 janvier, 2022

Très érotique et agréable. Le baiser de Singapour a une longue histoire et a apparemment été « rehaussé » par les geishas asiatiques pour des sensations encore plus spéciales.

Ci-dessous, nous vous en dirons plus sur ce baiser, comment le faire et d’autres informations intéressantes. Ne les manquez pas !

Histoire du baiser de Singapour

Le baiser singapourien est né en Inde.

Bien qu’il soit connu sous le nom de « baiser de Singapour », ses origines remontent à l’Inde il y a plus de 3000 ans. A cette époque, il y avait un groupe de femmes qui se consacraient à la création de différentes techniques pour conduire les hommes au plaisir suprême.

Ces dames ont identifié comment stimuler leurs partenaires pendant les rapports sexuels. Ce savoir appelé kabazza ou pompoir a traversé les siècles et les frontières. Par conséquent, aujourd’hui, il est encore pratiqué dans différentes parties du monde.

La Thaïlande et le Japon sont deux des pays qui, en peu de temps, ont augmenté le nombre de « professionnels » de ce baiser. En fait, la célèbre geisha japonaise est allée plus loin en incluant les muscles abdominaux dans le mouvement.

Il faut aussi parler de l’experte Mademoiselle Diane de Poitiers, qui vécut en Europe et fut l’amante de pas moins de deux rois (François Ier et Henri II). Et c’est qu’en appliquant des méthodes orientales à leurs rencontres intimes, elle et ses partenaires ont réussi à profiter du maximum de plaisir.

Comment faire le baiser de Singapour ?

Au-delà de l’histoire, il peut être intéressant d’apprendre comment est fait ce baiser antique et érotique. En substance, il s’agit d’atteindre un orgasme plus intense grâce à certains mouvements féminins.

Pendant la pénétration, la femme doit contracter et détendre les muscles vaginaux pour simuler une aspiration. La sensation qu’un homme a est semblable à celle éprouvée pendant le sexe oral. Cependant, la différence est que pendant le baiser de Singapour, le partenaire apprécie également.

Femme singapourienne sur le point de faire un baiser.

Alors que ces mouvements peuvent être « faciles » ou « naturels » pour certaines femmes, pour d’autres, cela demande de la pratique, que ce soit pendant ou en dehors des rapports sexuels.

Dans un premier temps pour réaliser cette technique, il est nécessaire que l’homme soit allongé et que la femme soit assise sur lui. Bien qu’il n’y ait pas de position spécifique pour faire le baiser de Singapour, il ne faut pas oublier que c’est elle qui domine la situation.

Quand l’homme pénètre la femme :

  • Gardez les hanches immobiles pendant quelques secondes.
  • Concentrez-vous sur le déplacement uniquement du muscle pubococcygeus (situé sur le plancher pelvien).
  • La cadence doit être lente et rythmée, en serrant et en relâchant l’organe sexuel masculin plusieurs fois.

Mais comment identifier le muscle pubococcygeus ? Eh bien, la prochaine fois que vous irez aux toilettes pour uriner, essayez d’interrompre le flux de liquide en « pressant » votre pubis. Ce ne sont que les muscles qui vont être exercés dans le baiser de Singapour.

Au fur et à mesure que vous le répéterez, ce sera plus facile et vous aurez plus d’endurance. De fait, des études telles que celle du professeur Isabel CN Sacco et de son équipe montrent comment ces participants plus entraînés sont capables de maintenir la pression dans le canal vaginal plus longtemps.

Comment améliorer la technique ?

Si vous souhaitez améliorer votre « marque », vous pouvez également effectuer une thérapie de Kegel. Ceci convient aux hommes et aux femmes et est conçu pour renforcer les muscles pelviens.

Une autre alternative est de vous allonger sur le dos sur le lit ou le canapé, de contracter votre vagin pendant quelques secondes, de vous reposer et de recommencer. Accompagnez l’exercice de respirations profondes. Augmentez petit à petit la période pendant laquelle vous serrez et réduisez les pauses.

Certaines femmes utilisent également des « boules chinoises », qui sont placées comme un tampon pendant l’exercice de contraction. De cette façon, la zone pelvienne est renforcée, ce qui contribue à améliorer les performances sexuelles.

De plus, des études récentes telles que celle menée par des chercheurs de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal (Canada) indiquent que l’entraînement des muscles du plancher pelvien est, à son tour, efficace pour prévenir l’incontinence urinaire légère.

Couple sur le point de s'embrasser.

Consultez cet article : A quoi servent les sexologues ?

Quels sont les avantages du baiser de Singapour ?

Contrairement à d’autres techniques, cette méthode donne aux hommes et aux femmes la possibilité de vivre un orgasme plus intense. La satisfaction est donc féminine et masculine.

Comme nous l’avons dit, la femme contrôle la situation. De plus, il stimule à la fois le clitoris et le vagin et fait travailler les muscles du plancher pelvien.

Pour sa part, l’homme éprouve de nouvelles sensations en profitant du sexe de manière plus longue.

Si vous osez l’essayer, souvenez-vous de ces clés lors de vos prochains ébats, ainsi que des mesures de protection et d’hygiène pour que vous et votre partenaire soyez en sécurité.

Cela pourrait vous intéresser ...

Pourquoi est-ce si difficile de parler de sexe ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Pourquoi est-ce si difficile de parler de sexe ?

A l'heure où chaque information est facile d'accès, pourquoi le sexe et la sexualité continuent-ils d'être un tabou pour beaucoup ? Comment parler ...



  • Cacciari, L. P., Pássaro, A. C., Amorim, A. C., & Sacco, I. C. N. (2017). High spatial resolution pressure distribution of the vaginal canal in Pompoir practitioners: A biomechanical approach for assessing the pelvic floor. Clinical Biomechanics, 47, 53–60. https://doi.org/10.1016/j.clinbiomech.2017.05.015
  • Dumoulin, C., Cacciari, L. P., & Hay-Smith, E. (2018). Pelvic floor muscle training versus no treatment, or inactive control treatments, for urinary incontinence in women. The Cochrane Database of Systematic Reviews10(10), CD005654. https://doi.org/10.1002/14651858.CD005654.pub4
  • Lesley Downer (2003). Madame Sadayakko: The geisha who bewitched the West. New York: Dutton/Signet.
  • Martín, A. G., del Olmo Cañas, P., Moreno, N. C., Varela, M. M., & Lluva, C. G. (2005). Reeducación del suelo pélvico. Enfuro, (94), 19-22.
  • Mineko Iwasaki, Rande Gail Brown (2002). Geisha, a Life. New York: Atria Books.