Le curcuma et 9 autres épices anti-inflammatoires contre l'arthrite

La consommation d'épices anti-inflammatoires peut compléter l'alimentation des patients qui souffrent d'arthrite. Quelles sont les meilleures options ? Découvrez-les ici !
Le curcuma et 9 autres épices anti-inflammatoires contre l'arthrite

Dernière mise à jour : 16 mars, 2023

L’inflammation est l’une des principales caractéristiques de l’arthrite. Par conséquent, l’inclusion d’épices anti-inflammatoires dans le régime alimentaire des patients atteints de cette maladie peut contribuer à la gestion des symptômes. Mais ce, bien entendu, dans le cadre du traitement proposé par le médecin.

Il faut tenir compte du fait que, par eux-mêmes, les aliments n’ont pas d’effets miraculeux contre la pathologie. Toutefois, ils peuvent influencer l’évolution et les manifestations cliniques, pour le meilleur ou pour le pire.

Y a-t-il des preuves ? Évidemment ! Approfondissons donc.

Les épices anti-inflammatoires qui aident à soulager l’arthrite

Chez les patients souffrant d’arthrite, une ou plusieurs articulations deviennent enflées, sensibles et raides. Au fur et à mesure que la maladie progresse, l’inflammation devient chronique et rend les mouvements et les activités quotidiennes impossibles. Par conséquent, la qualité de vie est également réduite.

Heureusement, plusieurs options thérapeutiques existent actuellement pour améliorer la fonction articulaire et réduire le risque de complications. Parmi celles-ci, l’alimentation joue un rôle important. Et bien qu’une approche individualisée soit recommandée, il existe des recommandations générales que tout le monde peut appliquer.

La consommation régulière d’épices anti-inflammatoires, par exemple, donne une valeur ajoutée aux plats. Non seulement ces épices rehaussent le goût, mais elles ont un effet supplémentaire sur la régulation de l’inflammation. Une étude partagée dans le Journal of Translational Medicine soutient leurs propriétés.

Selon cette publication, les épices telles que le curcuma, les clous de girofle, la coriandre, l’ail, le gingembre et le poivre, entre autres, ont le potentiel d’influencer les voies inflammatoires. Comment aident-ils à soulager l’arthrite ? Poursuivez donc votre lecture !



[/atomik -lu-aussi ]

1. Curcuma

Le principal composé actif du curcuma, la curcumine, a été identifié comme un anti-inflammatoire naturel. L’épice est utilisée dans la médecine traditionnelle chinoise et la médecine ayurvédique en complément de la douleur et de l’enflure associées à divers troubles musculo-squelettiques, notamment l’arthrite et l’arthrose.

Dans une enquête publiée dans le Journal of Medicinal Food, l’utilisation de cet ingrédient est suggérée comme complément alimentaire pour les troubles inflammatoires. Par ailleurs, une recherche a mis en évidence que le curcuma a des effets positifs sur la réduction de la douleur et l’amélioration de la fonction physique chez les personnes souffrant d’arthrose du genou.

Bien que son mécanisme d’action reste un sujet d’investigation, il a été démontré que la curcumine bloque les enzymes inflammatoires et les cytokines. Ainsi, elle inhibe la production de médiateurs inflammatoires.

Le curcuma – épice qui apparaît sur la photo de couverture – peut être ajouté à une variété de plats, y compris les soupes, les ragoûts et les viandes. Cependant, sous sa forme naturelle, la biodisponibilité de la curcumine est faible. L’Arthritis Foundation recomande de consommer 500 mg d’extrait de curcumine sous forme de gélules, deux fois par jour.

Son association avec le poivre noir est également recommandée pour favoriser son absorption dans l’organisme. Dans tous les cas, son utilisation simultanée avec des anticoagulants, des hypolipémiants et des suppléments à base de plantes de ginkgo biloba, d’ail ou de palmier nain doit être évitée.

2. Cannelle

En plus d’être idéale pour rehausser la saveur et l’arôme d’une grande variété de plats, la cannelle a des applications médicinales. Deux de ses composés actifs, le cinnamaldéhyde et l’acide cinnamique, ont été reconnus pour leurs effets antioxydants et anti-inflammatoires.

Dans une étude partagée par Biochemical Pharmacology, le cinnamaldéhyde, en particulier, aurait un potentiel en tant qu’agent thérapeutique contre les maladies inflammatoires. De plus, à travers le Journal of the American College of Nutrition, son bénéfice dans des maladies telles que l’arthrite est reconnu.

L’étude conclut que la supplémentation en cannelle sert de complément thérapeutique sûr pour réduire l’inflammation et les symptômes cliniques chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde. En effet, elle diminue les niveaux de protéine C-réactive dans le sang, l’un des marqueurs de l’inflammation.

L’épice est disponible sous forme de suppléments, tels que des gélules. Elle peut également être ajoutée sous forme de poudre aux smoothies et à divers desserts. Il est déconseillé de dépasser la dose recommandée. De plus, une prise simultanée avec des anticoagulants doit être évitée.
Cannelle en branche.
Cannelle en branche.

3. Ail

L’ail est l’une des épices anti-inflammatoires les plus utilisées dans toutes les cuisines. Il contient du disulfure de diallyle, une substance qui inhibe les effets des cytokines pro-inflammatoires. Il est pris naturellement et sous forme de supplément pour réduire l’enflure et la raideur causées par l’arthrite.

À cet égard, une étude chez le rat rapportée dans le Journal of Environmental Pathology, Toxicology and Oncology a déterminé que le disulfure de diallyle dérivé de l’ail a une activité anti-arthritique. Plus précisément, il réduit l’inflammation et prévient la détérioration du cartilage.

Pour sa part, une enquête de Phytotherapy Research conclut que la supplémentation en ail peut améliorer les médiateurs inflammatoires, car elle réduit les niveaux de protéine C-réactive et de facteur de nécrose tumorale (TNF). Cela se traduit par une diminution des symptômes cliniques de la polyarthrite rhumatoïde, tels que des articulations douloureuses et enflées.

Des études plus larges et concluantes sont nécessaires pour évaluer les effets de l’ail sur l’arthrite. Dans tous les cas, il est bon de l’ajouter aux soupes, pâtes, plats de légumes, entre autres recettes. Il peut également être pris sous forme de complément, mais sous contrôle médical.
Les bulbes d'ail sont des épices anti-inflammatoires.
Bulbes d’ail.

4. Piment de Cayenne

Le piment de Cayenne, comme les autres piments forts, concentre des composés actifs appelés capsaïcinoïdes. Pendant des années, ceux-ci ont fait l’objet d’études, car ils ont une activité analgésique, anti-inflammatoire et antioxydante.

Une enquête publiée dans la revue Molecules détaille que la capsaïcine est généralement utilisée à faible dose dans des formulations topiques pour le traitement de l’arthrite. Son application est liée à la réduction de la douleur et de la sensibilité articulaire.

Par ailleurs, une recherche rapportée dans la revue Osteoarthritis and Cartilage conclut que l’utilisation d’une crème topique contenant de la capsaïcine peut diminuer la douleur arthrosique aussi efficacement que les anti-inflammatoires non stéroïdiens. Et bien que d’autres études soient nécessaires, ces produits peuvent être achetés dans les pharmacies et les herboristeries.

Bien que les études se concentrent sur les effets de la capsaïcine topique, des preuves anecdotiques suggèrent que la prise de piment de Cayenne par voie orale a également des effets positifs sur le soulagement de la douleur et de la raideur. Il est recommandé d’ajouter l’épice en petites quantités dans les soupes, les ragoûts, les sauces ou les marinades.

Jus de piment de Cayenne.
Jus de piment de Cayenne.

5. Poivre noir

En raison de son piquant particulier, le poivre noir est souvent utilisé pour aromatiser une grande variété de plats. Ce que beaucoup ignorent, c’est qu’il concentre des composés actifs comme la pipérine, qui a des effets anti-inflammatoires et antioxydants dans l’organisme. En médecine traditionnelle, il est considéré comme un complément contre les troubles articulaires.

Une enquête rapportée dans European Journal of Pharmacology a déterminé que l’acide pipérique, une molécule dérivée de la pipérine, a une activité antinociceptive et anti-inflammatoire. Ainsi, il favorise non seulement le contrôle de l’inflammation, mais diminue également l’intensité de la douleur.

Une autre étude sur un modèle animal partagée par Arthritis Research & Therapy a fait des découvertes similaires. Les chercheurs ont conclu que la pipérine a des effets anti-inflammatoires, antinociceptifs et antiarthritiques. Par conséquent, il est recommandé d’étudier son potentiel en tant que complément alimentaire contre l’arthrite.

Le poivre noir fait partie des épices anti-inflammatoires.
Grains de poivre noir.

6. Clou de girofle

La recherche sur les effets des clous de girofle contre l’arthrite a donné des résultats mitigés. Même ainsi, il existe des preuves suggérant que l’eugénol, l’un de ses composés actifs, possède des propriétés anti-inflammatoires qui contribuent à la réduction des symptômes de ce trouble.

Une revue partagée par Oxidative Medicine and Cellular Longevity met en avant le potentiel clinique de l’eugénol pour le traitement des maladies associées au stress oxydatif et à l’inflammation. Son assimilation a des bienfaits pour la santé et pour améliorer la qualité de vie.

Un modèle expérimental rapporté dans le Biological and Pharmaceutical Bulletin a donné des résultats similaires. L’eugénol a amélioré l’arthrite expérimentale et pourrait être utile comme traitement d’appoint dans le traitement de l’arthrite humaine.

En cas d’arthrite, l’eugénol peut être exploité par application topique d’huile essentielle de clou de girofle. Celle-ci doit être associée à une huile végétale (amande, noix de coco, olive, etc.), car elle est irritante par elle-même. 5 à 10 gouttes d’huile essentielle pour 15 millilitres d’huile de support sont recommandées.

Les autres formes de consommation sont les suivantes :

  • Poudre ajoutée dans les soupes, les ragoûts et les produits de boulangerie
  • Forme entière, ajoutée au thé ou aux boissons chaudes
Huile essentielle de clou de girofle.
Huile essentielle de clou de girofle.

7. Gingembre

Le gingembre contient deux composés actifs appelés gingérol et shogaol, qui sont crédités d’un potentiel anti-inflammatoire. Dans une recherche partagée par Journal of Medicinal Food, il est détaillé que cette épice partage des propriétés pharmacologiques avec les anti-inflammatoires non stéroïdiens, mais avec moins d’effets secondaires.

Des recherches rapportées dans la revue Gene ont déterminé que la supplémentation en gingembre pouvait aider à traiter la polyarthrite rhumatoïde en augmentant l’expression de certains gènes impliqués dans la fonction immunitaire.

L’épice peut être ajoutée aux plats de viande, aux soupes, aux légumes, aux ragoûts et aux sauces. Elle peut également être consommée fraîche par le biais de shakes ou d’infusions. Parallèlement, son huile essentielle peut être associée à une huile végétale pour une application en massage.
Gingembre.
Gingembre.

8. Thym

Une étude partagée par la revue Complementary Therapies in Medicine a révélé que le thym est l’une des épices anti-inflammatoires les plus utilisées chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde. Il est apprécié pour ses effets antioxydants, anti-arthritiques et légèrement antalgiques.

Bien que les preuves soient limitées, ses effets sont largement attribués à sa teneur en thymol, un phénol monoterpène reconnu pour sa capacité à favoriser l’élimination des radicaux libres, à réduire l’inflammation et à soulager la douleur.

Le thym peut être ajouté frais ou séché aux plats à base de viande, de légumineuses et de légumes. Il peut également être préparé en infusion. Son huile essentielle (mélangée à une huile végétale) peut être utilisée en massage.
Le brin de thym est une épice anti-inflammatoire.
Branche de thym.

9. Origan

Les huiles essentielles d’origan et certains composants tels que le thymol et l’acide rosmariniqu ont été reconnus comme des anti-inflammatoires naturels. Le magazine Molecules souligne que l’épice aide à réduire l’inflammation et à combattre les effets négatifs des radicaux libres.

Bien que des études spécifiques soient nécessaires, ses extraits sont associés à la réduction des symptômes de la polyarthrite rhumatoïde et d’autres maladies auto-immunes. En particulier, l’extrait d’origan pourrait être utile pour réduire l’enflure et la douleur.

Il faut considérer qu’une activité anti-inflammatoire a été observée avec l’utilisation d’extraits de l’épice. On ne sait pas s’il a les mêmes effets lorsqu’il est ajouté naturellement à l’alimentation. Même ainsi, il est recommandé de l’utiliser.
L'origan fait partie des épices anti-inflammatoires contre l'arthrite.
Origan.

10. Coriandre

Une étude animale partagée dans l’Indian Journal of Medical Research a révélé que l’ingrédient aide à moduler les cytokines pro-inflammatoires dans la synoviale, lui conférant ainsi une activité anti-arthritique.

Pour l’instant, des études plus larges et concluantes manquent pour corroborer ces effets chez l’homme. Quoi qu’il en soit, les résultats sont considérés comme un point de départ pour l’étude de la coriandre (Coriandrum sativum) en tant qu’agent thérapeutique de la polyarthrite rhumatoïde.

La coriandre peut être ajoutée fraîche aux soupes, ragoûts, viandes, salades, entre autres recettes. Ses graines peuvent également être utilisées. Les suppléments doivent être pris sous la supervision d’un professionnel.
Coriandre.
Coriandre.

Quelques recommandations pour une consommation sûre des épices anti-inflammatoires

En général, l’ajout d’épices anti-inflammatoires à l’alimentation régulière est sans danger. De petites quantités sont généralement bien tolérées. Consommées en excès, il existe un risque de ballonnements et de douleurs abdominales, de gaz, de reflux acide, d’irritation gastrique et de diarrhée. Les autres symptômes possibles sont les suivants :

  • Altération du rythme cardiaque
  • Nausées et vomissements
  • Somnolence
  • Anxiété
  • Agitation

Il ne faut pas oublier que, chez certaines personnes, les épices peuvent entraîner des réactions allergiques. Si tel est le cas, les symptômes peuvent inclure de l’urticaire, une gêne abdominale et une inflammation des voies respiratoires. Dans ce cas, il faut  arrêter d’en consommer et consulter un médecin.

Il est possible de trouver des suppléments dérivés d’épices qui promettent d’aider à soulager l’arthrite. Si vous optez pour cette option, vous devriez consulter votre médecin ou un herboriste certifié. Les doses peuvent varier dans chaque présentation, mais il est essentiel de respecter la quantité suggérée par le fabricant.

Que l’épice soit prise sous sa forme naturelle ou en complément, la prudence s’impose lors de sa consommation concomitante avec des médicaments. Dans certains cas, l’épice renforcera l’action du traitement médicamenteux, tandis que dans d’autres, il la réduira.

Il est conseillé d’attendre au moins deux heures entre la prise du médicament et le complément.

Certaines interactions fréquentes sont les suivantes :

  • Hypolipidémiant
  • Anticoagulants
  • Antidépresseurs
  • Antidiabétiques



[/atomik -lu-aussi ]

Les épices anti-inflammatoires complètent le régime alimentaire de l’arthrite

Certaines épices ont des composés actifs aux propriétés anti-inflammatoires qui ont été associés à des effets positifs dans la gestion de l’arthrite. À ce jour, la plupart des études ont été réalisées sur des animaux et en laboratoire, à l’aide d’extraits dérivés de ces ingrédients.

On ne sait pas si la consommation régulière d’épices sous leur forme naturelle a les mêmes effets. Toutefois, des preuves anecdotiques leur attribuent des avantages lorsqu’elles sont incluess dans une alimentation saine et équilibrée.

Les épices sont idéales pour rehausser la saveur et l’arôme des plats de pâtes, du riz, des pommes de terre, des légumes, de la viande, entre autres aliments. Allez-vous en consommer ?


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique


  • Aryaeian, N., Shahram, F., Mahmoudi, M., Tavakoli, H., Yousefi, B., Arablou, T., & Jafari Karegar, S. (2019). The effect of ginger supplementation on some immunity and inflammation intermediate genes expression in patients with active Rheumatoid Arthritis. In Gene (Vol. 698, pp. 179–185). Elsevier BV. https://doi.org/10.1016/j.gene.2019.01.048
  • Bang JS, Oh DH, Choi HM, Sur BJ, Lim SJ, Kim JY, Yang HI, Yoo MC, Hahm DH, Kim KS. Anti-inflammatory and antiarthritic effects of piperine in human interleukin 1beta-stimulated fibroblast-like synoviocytes and in rat arthritis models. Arthritis Res Ther. 2009;11(2):R49. doi: 10.1186/ar2662. Epub 2009 Mar 30. PMID: 19327174; PMCID: PMC2688199.
  • Barboza JN, da Silva Maia Bezerra Filho C, Silva RO, Medeiros JVR, de Sousa DP. An Overview on the Anti-inflammatory Potential and Antioxidant Profile of Eugenol. Oxid Med Cell Longev. 2018 Oct 22;2018:3957262. doi: 10.1155/2018/3957262. PMID: 30425782; PMCID: PMC6217746.
  • Basith S, Cui M, Hong S, Choi S. Harnessing the Therapeutic Potential of Capsaicin and Its Analogues in Pain and Other Diseases. Molecules. 2016 Jul 23;21(8):966. doi: 10.3390/molecules21080966. PMID: 27455231; PMCID: PMC6272969.
  • Bullock J, Rizvi SAA, Saleh AM, Ahmed SS, Do DP, Ansari RA, Ahmed J. Rheumatoid Arthritis: A Brief Overview of the Treatment. Med Princ Pract. 2018;27(6):501-507. doi: 10.1159/000493390. Epub 2018 Sep 2. PMID: 30173215; PMCID: PMC6422329.
  • Chen JL, Bahna SL. Spice allergy. Ann Allergy Asthma Immunol. 2011 Sep;107(3):191-9; quiz 199, 265. doi: 10.1016/j.anai.2011.06.020. Epub 2011 Aug 4. PMID: 21875536.
  • Chen, Y., Xue, R., Jin, X., & Tan, X. (2018). Antiarthritic Activity of Diallyl Disulfide against Freund’s Adjuvant–Induced Arthritic Rat Model. In Journal of Environmental Pathology, Toxicology and Oncology (Vol. 37, Issue 4, pp. 291–303). Begell House. https://doi.org/10.1615/jenvironpatholtoxicoloncol.2018027078
  • Clapé, O., & Castillo, A. A. (2012). Avances en la caracterización farmacotoxicológica de la planta medicinal Curcuma longa Linn. MEDISAN, 16(1), 97–114. Retrieved from http://scielo.sld.cu/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1029-30192012000100013&lng=es&nrm=iso&tlng=es http://scielo.sld.cu/scielo.php?script=sci_abstract&pid=S1029-30192012000100013&lng=es&nrm=iso&tlng=es
  • Daily JW, Yang M, Park S. Efficacy of Turmeric Extracts and Curcumin for Alleviating the Symptoms of Joint Arthritis: A Systematic Review and Meta-Analysis of Randomized Clinical Trials. J Med Food. 2016 Aug;19(8):717-29. doi: 10.1089/jmf.2016.3705. PMID: 27533649; PMCID: PMC5003001.
  • Grzanna R, Lindmark L, Frondoza CG. Ginger–an herbal medicinal product with broad anti-inflammatory actions. J Med Food. 2005 Summer;8(2):125-32. doi: 10.1089/jmf.2005.8.125. PMID: 16117603.Kunnumakkara AB, Sailo BL, Banik K, Harsha C, Prasad S, Gupta SC, Bharti AC, Aggarwal BB. Chronic diseases, inflammation, and spices: how are they linked? J Transl Med. 2018 Jan 25;16(1):14. doi: 10.1186/s12967-018-1381-2. PMID: 29370858; PMCID: PMC5785894.
  • Lee SH, Lee SY, Son DJ, Lee H, Yoo HS, Song S, Oh KW, Han DC, Kwon BM, Hong JT. Inhibitory effect of 2′-hydroxycinnamaldehyde on nitric oxide production through inhibition of NF-kappa B activation in RAW 264.7 cells. Biochem Pharmacol. 2005 Mar 1;69(5):791-9. doi: 10.1016/j.bcp.2004.11.013. Epub 2005 Jan 16. PMID: 15710356.
  • Leyva-López N, Gutiérrez-Grijalva EP, Vazquez-Olivo G, Heredia JB. Essential Oils of Oregano: Biological Activity beyond Their Antimicrobial Properties. Molecules. 2017 Jun 14;22(6):989. doi: 10.3390/molecules22060989. PMID: 28613267; PMCID: PMC6152729.
  • Moosavian SP, Paknahad Z, Habibagahi Z, Maracy M. The effects of garlic (Allium sativum) supplementation on inflammatory biomarkers, fatigue, and clinical symptoms in patients with active rheumatoid arthritis: A randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Phytother Res. 2020 Nov;34(11):2953-2962. doi: 10.1002/ptr.6723. Epub 2020 Jun 1. PMID: 32478922.
  • Nagoor Meeran MF, Javed H, Al Taee H, Azimullah S, Ojha SK. Pharmacological Properties and Molecular Mechanisms of Thymol: Prospects for Its Therapeutic Potential and Pharmaceutical Development. Front Pharmacol. 2017 Jun 26;8:380. doi: 10.3389/fphar.2017.00380. PMID: 28694777; PMCID: PMC5483461.
  • Nair V, Singh S, Gupta YK. Evaluation of disease modifying activity of Coriandrum sativum in experimental models. Indian J Med Res. 2012;135(2):240-5. PMID: 22446868; PMCID: PMC3336857.
  • Paultre K, Cade W, Hernandez D, Reynolds J, Greif D, Best TM. Therapeutic effects of turmeric or curcumin extract on pain and function for individuals with knee osteoarthritis: a systematic review. BMJ Open Sport Exerc Med. 2021 Jan 13;7(1):e000935. doi: 10.1136/bmjsem-2020-000935. PMID: 33500785; PMCID: PMC7812094.
  • Peng Y, Ao M, Dong B, Jiang Y, Yu L, Chen Z, Hu C, Xu R. Anti-Inflammatory Effects of Curcumin in the Inflammatory Diseases: Status, Limitations and Countermeasures. Drug Des Devel Ther. 2021 Nov 2;15:4503-4525. doi: 10.2147/DDDT.S327378. PMID: 34754179; PMCID: PMC8572027.
  • Persson MSM, Stocks J, Walsh DA, Doherty M, Zhang W. The relative efficacy of topical non-steroidal anti-inflammatory drugs and capsaicin in osteoarthritis: a network meta-analysis of randomised controlled trials. Osteoarthritis Cartilage. 2018 Dec;26(12):1575-1582. doi: 10.1016/j.joca.2018.08.008. Epub 2018 Aug 30. PMID: 30172837; PMCID: PMC6267943.
  • Shishehbor F, Rezaeyan Safar M, Rajaei E, Haghighizadeh MH. Cinnamon Consumption Improves Clinical Symptoms and Inflammatory Markers in Women With Rheumatoid Arthritis. J Am Coll Nutr. 2018 May 3:1-6. doi: 10.1080/07315724.2018.1460733. Epub ahead of print. PMID: 29722610.
  • Oliveira PA, de Almeida TB, de Oliveira RG, Gonçalves GM, de Oliveira JM, Neves Dos Santos BB, Laureano-Melo R, Côrtes WDS, França TDN, Vasconcellos MLAA, Marinho BG. Evaluation of the antinociceptive and anti-inflammatory activities of piperic acid: Involvement of the cholinergic and vanilloid systems. Eur J Pharmacol. 2018 Sep 5;834:54-64. doi: 10.1016/j.ejphar.2018.07.022. Epub 2018 Jul 19. PMID: 30009814.
  • Rambod M, Nazarinia M, Raieskarimian F. The prevalence and predictors of herbal medicines usage among adult rheumatoid arthritis patients: A case-control study. Complement Ther Med. 2018 Dec;41:220-224. doi: 10.1016/j.ctim.2018.10.004. Epub 2018 Oct 3. PMID: 30477843.

Ce texte est fourni à des fins d'information uniquement et ne remplace pas la consultation d'un professionnel. En cas de doute, consultez votre spécialiste.