Le diabète augmente le risque de fractures

30 août 2020
Les patients souffrant de diabète sont plus susceptibles de souffrir de fractures à un moment donné de leur vie. Nous détaillons dans cet article les os les plus touchés et les moyens de prévenir ces lésions.

Le diabète présente plusieurs complications dont l’augmentation du risque de fractures. Bien qu’il s’agisse d’une maladie métabolique, elle n’affecte pas seulement la présence des substances dans le sang. De même que la glycémie augmente, la possibilité de souffrir d’autres pathologies accroît également.

Plusieurs causes convergent pour que l’augmentation du sucre dans la circulation ait un impact sur le tissu osseux. Mais il est possible de prendre des mesures de prévention. Voici quelques explications.

Le métabolisme chez les patients diabétiques

Le diabète est une maladie métabolique. Son principal symptôme est une augmentation du taux de sucre dans le sang qui est généralement perceptible le matin à jeun avant de manger.

En tant que pathologie du métabolisme, le diabète affecte non seulement la glycémie, mais elle modifie également l’équilibre des lipides, des protéines et des minéraux. L’insuline, qui est l’hormone altérée dans ce cas, influe sur de nombreux processus dans l’organisme.

En plus des complications plus connues comme les problèmes cardiovasculaires ou rénaux, nous devons ajouter les conséquences sur le tissu osseux. Les os dépendent de la concentration en calcium et de la capacité des cellules osseuses à produire des os.

La prise de la glycémie chez un patient diabétique.

Diabète et causes des fractures

Les hommes et les femmes atteints de diabète sont plus exposés aux fractures. Des altérations hormonales, des signes d’inflammation ainsi que certains médicaments sont associés à cette complication. Quels sont les autres déclencheurs possibles ?

La neuropathie

Une glycémie élevée pendant trop longtemps endommage la couverture graisseuse des neurones. Les nerfs, en particulier dans les membres inférieurs, commencent à transmettre l’influx nerveux de manière moins efficace. Par conséquent, la neuropathie diabétique altère l’équilibre et les personnes ont tendance à chuter davantage.

Dysautonomie

Ce terme fait référence à la mauvaise fonction du système nerveux, plus spécifiquement le système nerveux autonome. Il s’agit de la partie des nerfs qui régule et contrôle toutes les fonctions automatiques qui n’ont pas besoin d’un ordre direct et conscient.

Ainsi, en cas de dysautonomie diabétique, les patients ont des difficultés à maintenir leur pression artérielle lorsqu’ils se mettent debout. Ce qui favorise les évanouissements et les vertiges, avec pour conséquence une chute et une fracture due au traumatisme.

L’ostéoporose, l’une des causes de fractures en cas de diabète

L’ostéoporose est plus courante chez les sujets diabétiques que dans le reste de la population. Etant donné que l’insuline est une hormone anabolique, autrement dit qui stimule la fabrication des tissus, le fait qu’elle soit déficiente dans le corps ralentit la réparation osseuse.

La rétinopathie

L’une des grandes complications du diabète est la rétinopathie. Les petites artères de la rétine de l’œil se rompent sans pouvoir coaguler et cela affecte la vision. Bien entendu, toute altération de la vue augmente la possibilité de chute et de fracture.

Lisez également : Quel est l’impact du diabète sur la santé mentale ?

Quelles sont les fractures les plus fréquentes chez les personnes diabétiques ?

Plusieurs études réalisées sur des sujets diabétiques ont permis d’établir la fréquence relative des fractures. Cela nous donne en moyenne des indications sur les parties du corps les plus touchées.

Parlons tout d’abord du diabète de type 1. Ce type de maladie est celle qui ne présente pas suffisamment d’insuline, et les patients nécessitent d’un apport extérieur et artificiel en insulineDans ce cas, l’ostéoporose est beaucoup plus fréquente, ainsi que les altérations de la vision.

L’hypoglycémie joue également un rôle clé car l’usage de l’insuline est souvent confus en ce qui concerne les doses adéquates pour chaque moment de la journée. Lorsque le niveau de sucre baisse, des vertiges et la chute qui s’ensuit se produisent.

Par ailleurs, les fractures les plus fréquentes lors du diabète de type 1 sont les fractures de la hanche et de la colonne vertébrale. Ce phénomène a été particulièrement remarqué chez les patients présentant des comorbidités cardiovasculaires et rénales avérées.

D’autre part, lors du diabète de type 2, les fractures les plus communes sont celles de l’avant-bras et de la hanche. Même si ces patients possèdent des densités osseuses qui ne sont pas tellement différentes du reste de la population, on soupçonne que le sucre affecte la mécanique de l’os.

Les personnes diabétiques présenteraient un plus fort risque de fractures.

Découvrez davantage : Le diabète chez l’enfant

Comment prévenir le risque de fractures en cas de diabète ?

Bien que les statistiques indiquent une augmentation du risque de fractures parmi les patients diabétiques, il existe des mesures possibles pour prévenir ces lésions. Au-delà du contrôle de la glycémie, d’autres questions peuvent être prises en compte dans la vie quotidienne afin d’améliorer le pronostic.

Comme nous l’avons souvent précisé, le suivi par un professionnel est avant tout essentiel. Le sucre doit être maintenu à des valeurs normales à travers l’alimentation et les médicaments afin d’éviter des complications graves telles que des problèmes cardiovasculaires et rénaux.

L’activité physique est un autre pilier de l’approche. En effet, le diabète augmente le risque de fractures chez les personnes qui sont sédentaires et qui ont moins de masse musculaire. Le sport fournit donc non seulement du sucre dans le muscle, mais il renforce également le tissu osseux.

L’incorporation de vitamine D dans l’organisme est une autre question dont il faut s’occuper. Cette vitamine est produite lorsque nous nous exposons suffisamment au soleil. Si nécessaire, elle peut être administrée de façon artificielle sous la forme de compléments avec des médicaments lorsque les valeurs sont très faibles ou que la personne vit dans une région froide avec peu de soleil pendant l’année.

Par ailleurs, les légumes à feuilles vertes sont une excellente option pour incorporer des vitamines et du calcium, qui s’obtient également via les produits laitiers. Une consommation régulière de ces aliments aide l’os à se régénérer et à maintenir sa densité interne. Ce qui rend plus difficile une fracture par petits traumatismes.

L’importance de la densitométrie

En plus de prendre des mesures préventives, les patients diabétiques devraient subir une densitométrie. Cet examen mesure la concentration osseuse et permet de connaître le degré de risque de fractures.

Dans tous les cas, toute personne peut prendre en main la maladie et appliquer des mesures d’autosoin. Enfin, avec l’aide d’un médecin, il est possible de faire un suivi afin de prendre les précautions nécessaires et réduire le risque de fractures osseuses.

 

  • Avogaro, Angelo, et al. “Continued efforts to translate diabetes cardiovascular outcome trials into clinical practice.” Cardiovascular Diabetology 15.1 (2016): 111.
  • Velasco, M. Botas, et al. “Actualización en el diagnóstico, tratamiento y prevención de la neuropatía diabética periférica.” Angiología 69.3 (2017): 174-181.
  • Moreno, Luis, and Mayra Guerrero. “Características de la neuropatía autonómica cardiovascular en pacientes con Diabetes Mellitus tipo 2.” Boletín Médico de Postgrado 35.1 (2019): 48-53.
  • Romero-Aroca, Pedro, and R. Sagarra. “La retinopatía diabética e hipertensiva.” Revista COMCORDOBA 14.7 (2018): 382-393.
  • Martínez, Sonsoles Botella, et al. “La paradoja diabética: densidad mineral ósea y fractura en la diabetes tipo 2.” Endocrinología y Nutrición 63.9 (2016): 495-501.
  • Formiga, Francesc, María Daniela Freitez Ferreira, and Abelardo Montero. “Diabetes mellitus y riesgo de fractura de cadera. Revisión sistemática.” Revista Española de Geriatría y Gerontología 55.1 (2020): 34-41.
  • Martínez Laguna, Daniel. Efecto de la diabetes mellitus tipo 2 sobre la incidencia de fractura osteoporótica. 2017.
  • Navarro Despaigne, Daysi Antonia, and Alina Acosta Cedeño. “Osteoporosis y tratamiento para la diabetes mellitus.” Revista Cubana de Endocrinología 30.1 (2019): 50-53.
  • de Endocrinología Diabetes, Asociación Colombiana. “Metabolismo Óseo.” Revista Colombiana de Endocrinología, Diabetes & Metabolismo 4.2 (2017): 89-90.
  • Duran-Agüero, Samuel, Leslie Landaeta-Díaz, and Lilia Yadira Cortes. “Consumo de lacteos y asociacion con diabetes e hipertensión.” Revista chilena de nutrición 46.6 (2019): 776-782.