Le diabète chez l’enfant

30 octobre 2019
Le diabète chez l'enfant de moins de cinq ans est une maladie de plus en plus fréquente.

Le diabète chez l’enfant peut être de deux types. Le plus fréquent est le diabète de type 1, à savoir le diabète dit insulinodépendant car il requiert un apport externe en insuline. Ce type de diabète concerne 90 % des enfants âgés de moins de quatorze ans souffrant de diabète.

Le diabète de type 1 correspond à un trouble du système endocrinien caractérisé par une faible production d’insuline au niveau du pancréas. La conséquence est la suivante : le sucre s’accumule et le taux de glucose dans le sang est alors très élevé. Il s’agit d’un trouble auto-immune, car c’est le corps lui-même qui provoque la destruction des cellules du pancréas, lesquelles cessent alors d’être fonctionnelles.

Dans certains cas, la production d’insuline est normale, mais les cellules ne parviennent pas à l’utiliser correctement à cause d’un défaut quelconque. Cela caractérise essentiellement le diabète de type 2.

Les critères diagnostiques du diabète chez l’enfant

Pour diagnostiquer le diabète chez l’enfant, il faut mesurer le taux de glucose dans le sang (glycémie) à jeun. Selon les critères de l’association International Society for Pediatric and Adolescent Diabetes (ADA-ISPAD, 2014), ce taux ne doit pas être supérieur à 126 mg/dl.

Si, à jeun, le taux de glycémie est élevé, le patient devra réaliser d’autres examens pour confirmer le diagnostic, identifier le type de diabète et écarter d’autres maladies éventuelles qui se caractérisent également par une hyperglycémie, car le traitement de ces maladies est, bien évidemment, différent. Plus le diagnostic est repoussé, pire sera le pronostic.

Il faut commencer le traitement immédiatement pour contrôler la glycémie et ainsi éviter l’apparition de l’acidocétose qui peut compliquer le pronostic et laisser des séquelles chez les patients.

Le diabète chez l'enfant

Fréquence et âge d’apparition

Le diabète sucré ou diabète mellitus de type 1 chez l’enfant est de plus en plus fréquent chez les enfants âgés entre 0 et 14 ans. Sur 100 000 enfants âgés entre 0 et 14 ans, entre 10 et 20 souffrent de diabète de type 1. On remarque, qui plus est, une augmentation significative chez les enfants âgés de moins de cinq ans.

En Espagne, la région de Castille-La Manche a les chiffres les plus hauts et les Asturies les chiffres les plus bas. Néanmoins, toutes les Communautés autonomes d’Espagne sont concernées par cette augmentation.

Cet article peut également vous intéresser : Comment l’indice glycémique est-il calculé ?

Signaux d’alerte et symptômes du diabète de type 1 chez l’enfant

Pour éviter les erreurs de diagnostic, les professionnels de santé mesurent le taux de glycémie deux fois sur deux jours.

Les résultats positifs indiquant un diabète de type 1 chez l’enfant sont les suivants :

  • Sucre dans le sang supérieur à 200 mg/dl
  • Glycémie après huit heures à jeun supérieure à 126 mg/ dl
  • Glycémie deux heures après la consommation d’hydrates de carbone supérieure à 200 mg/dl

Les enfants qui souffrent de diabète de type 1 présentent généralement le tableau clinique des trois P :

  • Polyurie (urine abondante)
  • Polydipsie (soif excessive)
  • Perte de poids

Sachant cela, le tableau clinique typique des enfants qui souffrent de diabète de 1 et qui se présentent aux urgences est le suivant :

  • Polyurie qui, parfois, est responsable de l’énurésie nocturne (uriner dans le lit)
  • Polydipsie
  • Perte de poids causée en partie par la acétonomie (accumulation de radicaux acides, conséquence d’un métabolisme du sucre incorrect) et qui peut être à l’origine d’une éventuelle anorexie
  • Douleurs abdominales éventuelles non spécifiques et même des vomissements
  • Absence de fièvre
  • Mauvaise forme générale  (somnolence, minceur et yeux enfoncés)
  • Respiration rapide et superficielle via la bouche ouverte, ce qui assèche la langue
  • L’haleine sent les « pommes vertes » à cause de l’acétonémie
  • Pression artérielle généralement normale et pulsations centrales
Un enfant qui souffre d'énurésie nocturne

Les diagnostics différentiels du diabète chez l’enfant

Bien que la cause la plus fréquente à l’origine de l’hyperglycémie soit le diabète sucré, il faut également considérer la possibilité que l’enfant souffre d’une autre maladie :

  • Tableaux qui présentent une hyperglycémie et une glycosurie (présence de glucose dans l’urine)
  • Accident vasculaire cérébral (AVC)
  • Thérapie intraveineuse
  • Déshydratation avec un taux de sodium dans le sang élevé

Cet article peut également vous intéresser : Comment éviter la déshydratation ?

Les tableaux qui présentent une acidocétose

  • Abdomen aigu
  • Intoxication par l’acide acétylsalicylique (aspirine)
  • Hypoglycémie acidocétosique récurrente

Les tableaux qui présentent une acidocétose grave

Le traitement du diabète chez l’enfant

Le traitement de cette maladie a pour but de contrôler le taux métabolique et éviter des complications aussi bien aiguës que chroniques pouvant affecter le développement de l’enfant. Au cours du traitement, il est essentiel de former l’enfant et sa famille afin de bien contrôler la maladie et ainsi éviter ces complications.

Le traitement du diabète est basé sur trois piliers fondamentaux :

  • L’insuline pour apporter à l’organisme les doses dont il a besoin puisque ce dernier ne parvient pas à produire cette hormone ou bien à l’utiliser correctement
  • L’alimentation pour éviter la surcharge du système insulinique régulant l’apport en hydrates de carbone via l’ingestion
  • L’exercice physique pour augmenter la dépense de glucose au niveau du muscle et ainsi trouver un équilibre entre ce qui a été ingéré et ce qui a été dépensé

Le traitement du diabète chez l’enfant a beaucoup évolué au cours des dernières années. L’industrie pharmaceutique dispose de différents types d’insuline, certaines à action rapide et d’autres à action lente. Cela permet de bien contrôler la maladie.

Avancées et attentes du traitement

Un grand effort a été fourni aussi bien pour la formation que pour l’éducation des enfants.

Parmi les défis rencontrés, il y a eu les défis suivants :

  • Simplifier les dispositifs de l’administration de l’insuline 
  • Editer le matériel didactique afin qu’il soit agréable pour les enfants
  • Organiser des formations, des ateliers et des cours d’été pour aider les enfants à connaître et à normaliser la maladie

Les avancées attendues dans un futur proche faciliteront la vie des enfants diabétiques. Ces avancées incluent des systèmes et des procédures aussi bien diagnostiques que thérapeutiques qui requièrent moins de piqûres et un apport en insuline moins fréquent.

Tout nous laisse penser que les nouvelles thérapies géniques et les avancées au niveau de la synthèse des composés insuliniques amélioreront la vie des patients ainsi que le pronostic du diabète chez l’enfant.

 

  • Domínguez P, Minguella I. Tractament de la cetoacidosis diabètica. But Soc Cat Pediatr 1989; 49: 385-95.
  • Fernández Y, Palomeque A, Luaces C, Pons M, Gibert A, Martín JM. Tratamiento de la cetoacidosis diabética. Arch Pediatr 1995; 46: 443-6.
  • Rodríguez Hierro F. Diabetes mellitus (I). En: Argente J, Carrascosa A, Gracia R, Rodríguez Hierro F, editores.
    Tratado de Endocrinología Pediátrica y de la adolescencia. Madrid: Edimsa; 1995. p. 943-64.
  • Rodríguez F, Torres M. Diabetes: pauta de actuación en el Servicio de Urgencias ante un posible debut diabético. En: Pou-Fernández J, editor. Urgencias en Pediatría. Protocolos diagnóstico-terapéuticos. Madrid: Ergon; 1999. p. 349-58.
  • Corripio Collado R, Rivera Luján J, Gallach Figueras I. Urgencias endocrino-metabólicas: Diabetes Mellitus. En: Benito J.