Le laser : une percée scientifique pour la chirurgie de la prostate

Le laser est considéré comme l'innovation la plus importante des 25 dernières années pour le traitement de l'hyperplasie bénigne de la prostate. Il est également utilisé pour traiter d'autres conditions dérivées de l'obstruction de l'urètre.
Le laser : une percée scientifique pour la chirurgie de la prostate

Dernière mise à jour : 18 septembre, 2021

Le laser pour traiter l’hyperplasie bénigne de la prostate, communément appelée hypertrophie de la prostate, est une technique qui a été développée aux États-Unis et qui est pratiquée depuis 1998. Les résultats sont remarquables : les statistiques indiquent qu’il s’agit d’une méthode confortable, sûre et efficace

L’un des principaux avantages de cette technique est qu‘il s’agit d’une procédure peu invasive, ce qui réduit les risques de complications. L’intervention minimale permet à la fois de rendre plus confortable la procédure et la période postopératoire.

Jusqu’à présent, on estime qu’environ 200 000 patients dans le monde ont été traités au laser À cet égard, plusieurs études ont été publiées, et en général, l’idée de l’innocuité et de l’efficacité de cette méthode est renforcée. Le laser est considéré comme l’avancée la plus importante de ces dernières décennies pour traiter l’hyperplasie bénigne de la prostate.

La prostate et le laser

La prostate est une glande de l’appareil reproducteur masculin. Elle produit un fluide qui se mélange au sperme lors de l’éjaculation. Cette glande entoure l’urètre, un tube qui relie la vessie à l’extérieur.

Avec l’âge, il est courant que la prostate commence à grossir. Cette croissance exerce une pression sur l’urètre, rendant difficile l’acte d’uriner ou de vider la vessie. Cela se manifeste par une diminution de la force lors de la miction, des mictions plus fréquentes et des mictions nocturnes.

Cette hypertrophie de la prostate est connue sous le nom d’hyperplasie bénigne de la prostate (HBP). Le laser permet de soulager les symptômes modérés et sévères, et d’élimine l’excès de tissu qui obstrue le passage de l’urine.

Traitement laser pour la chirurgie de la prostate.
La prostate est une glande masculine qui, avec l’âge, augmente en taille, rendant la miction difficile.

Pourquoi cette intervention est-elle préférable ?

Le choix de cette intervention tient compte de la taille de la prostate, de l’état de santé du patient, du matériel disponible et de la formation des médecins traitants. Dans certains cas, la chirurgie au laser est également utilisée pour prévenir ou traiter les affections résultant d’un blocage du flux urinaire.

Cette technique est capable de résoudre, ou du moins d’atténuer, les infections urinaires fréquentes, une lésion de la vessie ou des reins qui obstrue le passage, l’incontinence, l’obstruction totale par des calculs vésicaux et les saignements dans les urines. Les principaux avantages de la chirurgie au laser sont :

  • Risque de saignement réduit. Cela est très pratique pour les personnes souffrant de troubles de la coagulation ou prenant des anticoagulants.
  • Réduction du séjour à l’hôpital. Il s’agit généralement d’une procédure ambulatoire qui ne nécessite qu’une nuit à l’hôpital.
  • Récupération plus rapide.
  • Moins besoin d’un cathéter. Généralement, seul un cathéter de 24 heures est nécessaire après l’opération
  • Résultats immédiats.

Comment se déroule la procédure ?

Les lasers utilisent une lumière concentrée qui génère une chaleur intense et précise. Il existe plusieurs types de chirurgie au laser, parmi lesquels trois se distinguent :

  • Vaporisation photosélective de la prostate (PVP). Dans ce cas, le laser dissout ou vaporise l’excès de tissu.
  • Ablation de la prostate au laser Holmium. Elle est similaire à la précédente, mais elle utilise un type de laser différent.
  • Énucléation de la prostate au laser Holmium. Elle permet de couper l’excès de tissu, puis le tissu de la prostate est coupé en petits morceaux qui sont retirés. Elle convient lorsque la taille de la prostate est très importante.

Dans tous les cas, l’intervention commence par un bilan de santé pour voir si le patient est en forme. Si c’est le cas, la chirurgie au laser est réalisée dans une salle d’opération, où une anesthésie péridurale est d’abord appliquée. Une fibre est ensuite insérée à travers l’urètre et la lumière est propulsée à travers un dispositif optique.

Le même laser exerce un effet de photocoagulation qui ferme la plaie pour éviter les saignements, la nécrose profonde et l’irritation. La récupération est rapide, au point qu’elle ne prend quasiment jamais plus de 24 heures.

Intervention laser.
L’intervention est relativement rapide, et la période postopératoire est courte.

Risques et autres informations d’intérêt sur le laser pour la chirurgie de la prostate

Dans seulement 5 % des cas, des symptômes d’irritation apparaissent, tels que des démangeaisons ou une fréquence accrue des mictions, mais ces symptômes disparaissent généralement en peu de temps avec un traitement anti-inflammatoire. Dans 3 % des cas, il y a du sang dans les urines, ce qui peut être résolu en buvant plus de liquide.

L’éjaculation rétrograde touche entre 21 et 45 % des hommes qui ont subi une intervention au laser. Avec des méthodes plus conventionnelles, l’incidence se situe entre 70 et 90 %.

En moyenne, le débit urinaire augmente de 200 % chez ceux qui subissent cette intervention. Le degré de satisfaction estimé des patients est de 95 %. Normalement, il ne faut que deux ou trois jours aux patients pour reprendre leurs activités normales.

En somme, cette intervention s’avère être une procédure plus confortable que la chirurgie conventionnelle. Si vous souffrez de problèmes de prostate, un professionnel de santé vous donnera les indications précises.

Cela pourrait vous intéresser ...
L’immunothérapie contre le cancer
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
L’immunothérapie contre le cancer

De nouvelles modalités thérapeutiques contre le cancels, telles que l'immunothérapie, ont vu le jour. Nous vous en disons davantage ici sur cette d...



  • Escudero, J., Ulises, J., López Alcina, E., Ordoño Domínguez, F., Fabuel Deltoro, M., Serrano de la Cruz Torrijos, F., … & Navalón Verdejo, P. (2007). Foto vaporización prostática con Láser Verde-KTP: Experiencia inicial en un hospital público. Archivos Españoles de Urología (Ed. impresa), 60(9), 1105-1110.
  • Carrero-López, V. M., J. M. Cózar-Olmo, and B. Miñana-López. “Hiperplasia prostática benigna y síntomas del tracto urinario inferior. Revisión de las evidencias actuales.” Actas Urologicas Españolas 40.5 (2016): 288-294.
  • Durán-Rivera, Andrea, et al. “Vaporización con láser tulio de alta potencia: eficacia y seguridad a medio plazo.” Archivos españoles de urología 70.9 (2017): 751-758.