Le syndrome de la femme battue : qu’est-ce que c’est et comment obtenir de l’aide ?

20 novembre 2020
Le syndrome de la femme battue est malheureusement une réalité pour de nombreuses femmes qui vivent une situation de violence depuis longtemps. Voyons ce que nous pouvons faire dans ces cas.

Qu’advient-il d’une femme qui a subi des abus physiques ou psychologiques dans une relation ? Celle-ci peut expérimenter le syndrome de la femme battue, terme crée par Lenore EA Walker dans son livre The Battered Woman Syndrome.

Ce livre traite de tous les symptômes physiques et des conséquences psychologiques à la suite de violences subies ou d’abus dans une relation. Par ailleurs, une mention particulière est faite de la situation dans laquelle les enfants se retrouvent, ce qui remet parfois leur garde en jeu.

Comment identifier le syndrome de la femme battue ?

Le syndrome de la femme battue présente des caractéristiques évidentes qu’il est important de savoir identifier. La solution ? Il est important de solliciter l’aide d’un professionnel dès que possible afin que cette symptomatologie ne se détériore pas et affecte la qualité de vie de la femme qui en souffre.

  • Symptômes corporels : insomnie, perte de poids, somatisation des émotions (eczéma, migraine, colique …)
  • Symptômes psychologiques : dépression, faible estime de soi, culpabilité, désespoir et peur
Une femme victime du syndrome de la femme battue

Ce sont quelques-uns des symptômes présents chez tous ceux qui souffrent du syndrome de la femme battue. Cependant, nous avons préféré traiter individuellement certains points importants. Voyons quelques-uns d’entre eux pour ensuite, voir les étapes à suivre pour commencer à chercher de l’aide.

Impuissance acquise chez les femmes victimes du syndrome de la femme battue

L’impuissance acquise est un état psychologique dont peuvent souffrir les femmes qui ont été victimes d’abus. C’est une pensée néfaste qui les empêche de prendre des décisions en leur faveur pour se sortir d’une situation dans laquelle elles sont violées ou maltraitées.

Elles considèrent que rien de ce qu’elles peuvent faire n’influencera le résultat. C’est extrêmement handicapant, sans espoir et c’est la raison pour laquelle beaucoup de femmes ne peuvent pas se sortir d’une situation de maltraitance. Même le fait de ne pas y remédier peut mener à une autre relation abusive.

Lire aussi : 5 signes qui caractérisent les femmes maltraitées

Stress post-traumatique

Lorsqu’une femme a été exposée à une situation de violence répétée pendant une longue période, cela signifie qu’elle a vécu dans un stress constant. Cela a provoqué le fait que, après la séparation ou le départ de cette situation, le stress persiste.

Cette réaction de combat et de fuite, qui est si importante pour notre survie, devient complètement inadaptée chez les personnes atteintes du syndrome de la femme battue. Le stress, la peur et l’anxiété apparaîtront dans des circonstances qui méritent d’être redoutées.

Parmi les moyens par lesquels nous pouvons identifier ce stress post-traumatique, nous analysons le comportement de la femme victime de violence :

  • Cauchemars et flashbacks provoquant des sueurs froides, de la peur et l’augmentation du rythme cardiaque
  • Comportements évasifs de ces lieux ou pensées qui rappellent la situation vécue
  • Hypervigilance, surtout dans la rue (la femme victime de violence pense être poursuivie)
  • Difficultés à se souvenir des caractéristiques ou des moments essentiels de l’événement traumatique
Une femme subissant le syndrome de la femme battue

Aide aux femmes battues victimes du syndrome de la femme battue

Bien que la victime d’abus pense qu’elle ne peut pas obtenir d’aide, ce n’est pas le cas. Certes, la personne qui l’a maltraitée ne peut être en liberté qu’avec une ordonnance restrictive. Cela peut engendrer beaucoup de peur et d’insécurité. Cependant, voyons ce que vous pouvez faire :

Aide financière

La femme victime de violence peut suspendre temporairement son contrat de travail et rester dans une situation juridique de chômage. Ainsi, vous pouvez recevoir des allocations chômage ou des subventions et vous remettre de la situation vécue.

Maisons d’accueil

Dans certains pays, des refuges permettent à une femme et à ses enfants (le cas échéant) d’échapper à la violence et de se préparer à commencer une nouvelle vie. C’est une opportunité de transition pour repartir de zéro.

Thérapie psychologique

Il est essentiel d’aller en thérapie psychologique avec un professionnel spécialisé dans ces cas. Le soutien de la famille dans cette situation sera fondamental. S’il y a des enfants, il est également important qu’ils consultent un psychologue.

Lisez aussi : Agression sexuelle et prévention d’une grossesse non désirée

Légalisation de la situation des enfants

Les problèmes de garde doivent être mis à jour, malgré les temps difficiles. Par conséquent, la famille devrait être impliquée et aider de toutes les manières possibles. Cacher les enfants pour éviter la garde partagée ou éviter que les enfants voient l’autre partenaire est un crime, qui peut être puni d’une peine de prison.

SOS Femmes Solidarité

C’est une ONG qui peut être appelée quand la personne ne va pas bien ou a besoin de quelqu’un pour se défouler. C’est un service gratuit et il peut être d’une grande aide dans les moments où la femme battue est détruite.

Dans toute situation d’abus, nous ne devrions pas hésiter à appeler le 3919. Il s’agit d’un numéro vert gratuit qui ne laisse aucune trace sur la facture et dans lequel des personnes formées vous diront quoi faire et où aller.

C’est une occasion de sortir d’une situation que personne ne devrait tolérer. Nous recommandons toujours de consulter un psychologue et nous encourageons les familles à ne pas éviter le traumatisme. Même s’il peut d’abord sembler plus simple de tourner la page, confronter la réalité permettra une meilleure guérison.

 

  • Aguirre D, Pamela, Cova S, Félix, Domarchi G, Ma. Paz, Garrido C, Carol, Mundaca Ll, Ivania, Rincón G, Paulina, Troncoso V, Pamela, & Vidal S, Paulina. (2010). Estrés postraumático en mujeres víctimas de violencia doméstica. Revista chilena de neuro-psiquiatría48(2), 114-122. https://dx.doi.org/10.4067/S0717-92272010000300004
  • Ordóñez Fernández, María del Prado, & González Sánchez, Patricio. (2012). Las víctimas invisibles de la Violencia de Género. Revista Clínica de Medicina de Familia5(1), 30-36. https://dx.doi.org/10.4321/S1699-695X2012000100006
  • RODRÍGUEZ HERNÁNDEZ, R., & ORTIZ AGUILAR, L. (2014). LAS FUENTES DE APOYO SOCIAL Y SU IMPACTO EN LA VIOLENCIA Y MALESTAR EN MUJERES MALTRATADAS. Revista Internacional de Ciencias Sociales y Humanidades, SOCIOTAM, XXIV (2), 199-218.
  • Seijas Gómez, Raquel. (2013). Trastorno por estrés postraumático y cerebro. Revista de la Asociación Española de Neuropsiquiatría33(119), 511-523. https://dx.doi.org/10.4321/S0211-57352013000300004
  • Sepúlveda García de la Torre, A.. (2006). La Violencia de Género como causa de Maltrato Infantil. Cuadernos de Medicina Forense, (43-44), 149-164. Recuperado en 19 de febrero de 2019, de http://scielo.isciii.es/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1135-76062006000100011&lng=es&tlng=es.
  • Yugueros García, A. (2015). Intervención con mujeres Víctimas de Violencia de género: Educar e informar para prevenir. Revista Historia de la Educación Latinoamericana, 17 (24), 191-216.