Le traitement de l’atonie vésicale post-partum

4 août 2019
La cause la plus fréquente de l'atonie vésicale post-partum est le manque de relaxation du plancher pelvien. Pour cela, il existe un traitement approprié basé sur le cathétérisme pour cette pathologie.

L’atonie vésicale post-partum est l’incapacité d’uriner spontanément dans les 6 à 12 heures suivant l’accouchement vaginal. La cause la plus fréquente de l’atonie vésicale post-partum est le manque de relaxation du plancher pelvien après l’accouchement. Ceci peut s’aggraver du fait d’une épisiotomie particulièrement douloureuse ou par un accouchement instrumental.

Pour cette raison, il est très important de maintenir une bonne analgésie et de prendre les mesures appropriées. De cette façon, la récupération correcte du relâchement et du tonus du plancher pelvien, ainsi que le retour à une miction correcte seront plus aisés.

Les types d’atonie vésicale post-partum

Qu'est-ce que l'atonie vésicale post-partum ?

On peut classer l’atonie vésicale post-partum comme :

  • Découverte ou symptomatique : elle s’identifie par l’incapacité à expulser l’urine sans douleur.
  • Cachée ou asymptomatique : dans ce cas, la rétention urinaire post-partum s’identifie par un volume élevé d’urine résiduelle. Le volume sera égal ou supérieur à 150 ml après une miction spontanée le premier jour post-partum.

Facteurs de risque d’atonie vésicale post-partum

Voici un certain nombre de facteurs de risque qui contribuent à l’apparition de la maladie. Le fait que la patiente présente l’une ou l’autre de ces conditions ne signifie pas qu’elle souffrira de rétention urinaire post-partum, mais simplement qu’elle aura plus de chances de le faire.

  • Durée prolongée de la première et de la deuxième phase du travail
  • Accouchement instrumental ou assisté
  • Anesthésie péridurale
  • Être une mère primipare

De plus, les facteurs de risque de rétention urinaire asymptomatique comprennent l’épisiotomie et le poids du nouveau-né. La détection précoce des facteurs de risque est très importante, car elle permet de prendre des mesures préventives pour réduire les effets néfastes de l’accouchement. Elle aide également à établir des traitements appropriés pour le rétablissement de la fonction vésicale.

Découvrez-le : Est-il possible de guérir une infection urinaire naturellement et rapidement ?

Diagnostic

Dans la plupart des cas, le diagnostic d’atonie vésicale post-partum n’est que symptomatique. Lorsque la patiente est incapable d’expulser spontanément l’urine après 6 à 12 h post-partum.

Prise en charge des patientes présentant une atonie vésicale post-partum

L'atonie vésicale après l'accouchement

Dans les 12 premières heures suivant l’accouchement, la première miction devrait se produire chez les patientes qui ont eu un accouchement vaginal normal et après un accouchement instrumental. Chez les patientes ayant subi une césarienne, la première miction doit avoir lieu dans les premières heures suivant le retrait du cathéter, c’est-à-dire environ 12 heures après l’opération.

Si cela ne se produit pas dans les délais prescrits, il faut optimiser le traitement avec des analgésiques/anti-inflammatoires. Un cathétérisme avec un cathéter jetable doit d’abord être effectué. Grâce à cela, il sera possible de vérifier et d’évaluer le volume de diurèse de la patiente et d’ajuster ainsi la consommation d’eau nécessaire.

Si la patiente n’a pas uriné spontanément dans les 3-4 heures qui suivent, il faut effectuer un autre cathétérisme avec un autre cathéter jetable pour la deuxième fois. Et si, après cette deuxième opération, le patient ne se rend toujours pas volontairement aux toilettes, un troisième cathétérisme sera nécessaire. Cependant, ce troisième cathétérisme sera effectué avec un cathéter à demeure ou Foley. Il sera maintenu pendant une semaine.

La patiente doit porter la sonde clampée et l’enlever chaque fois qu’elle ressent le besoin d’uriner. Cependant, il se peut qu’elle ne ressente pas le besoin d’uriner, il est donc important d’enlever le cathéter toutes les 3 heures environ pour vider la vessie. La patiente sera libérée avec ce cathéter à demeure.

Vous pourriez également être intéressé par : Altérations de l’urine : les aspects à prendre en compte

Traitement pharmacologique

Les patientes placées sous cathéter à demeure recevront une série de médicaments pour prévenir les complications. Il peut s’agir notamment

  • Fosfomycine 3g : ce sont des enveloppes qui doivent être administrées toutes les 72 heures pendant que le cathéter est en place.
  • Anti-inflammatoires pour améliorer le facteur local d’inflammation.

Conclusion

Au moment de l’accouchement, il est essentiel d’administrer et de maintenir une bonne analgésie, ainsi que d’adopter des mesures appropriées pour éviter l’atonie vésicale post-partum ou d’autres complications.

Aujourd’hui, nous disposons d’un traitement efficace pour inverser cette incapacité à expulser spontanément l’urine après l’accouchement vaginal grâce au cathétérisme. Discutez avec votre médecin des risques associés à ce problème lors de l’accouchement et des différentes options disponibles pour l’inverser.

 

  • Arcay-Ferreiro, E., Ferro-Castaño, A. M., Fernández-González, B., García-Rodríguez, B., Gonález-Gómez, J. M., Rodriguez-Del Amo, M. D., & Viaño-López, C. (2012). Sondaje vesical. Protocolo de enfermería. Asociación Española de Enfermería En Urología.
  • Kanashiro, A., Nervo, N., Salas, D., wong, A., Capell, M., Younes, S., & Villavicencio, H. (2013). Retención de orina en el embarazo y el postparto TT – Retention of urine in pregnancy and postpartum. Actas Fund. Puigvert.
  • Barakat, Ruben; Bueno, Clara; Díaz de Durana, Alfonso; Coterón, Javier; Montejo, R. (2013). Efecto de un programa de ejercicio físico en la recuperación post-parto. Estudio piloto. Archivos de Medicina Del Deporte.