Les anti-inflammatoires non stéroïdiens

23 novembre 2020
Les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINS sont l'un des groupes de médicaments les plus utilisés, en raison de leur fort effet analgésique et la possibilité de les obtenir sans ordonnance.

Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens sont connus sous leur sigle AINS. Ce sont des médicaments qui, en raison de leur mécanisme d’action, présentent plusieurs indications telles qu’entraîner l’analgésie, réduire la fièvre et l’inflammation, ainsi qu’un effet antiplaquettaire.

Les AINS sont les médicaments les plus prescrits dans le monde. En raison de leur effet analgésique, on les utilise pour traiter les douleurs rhumatismales, les maladies inflammatoires et dégénératives. En outre, ils sont indiqués dans des maladies non-rhumatismales telles que la migraine, les douleurs dentaires et en règle générale, dans tout processus inflammatoire.

Leur utilisation est très étendue, y compris chez les personnes qui s’auto-médicamentent. En effet, ce sont des médicaments qui s’obtiennent sans ordonnance ni contrôle médical, avec le risque potentiel d’apparition d’effets secondaires qui en découle.

Il est également important de prendre en compte qu’aucun analgésique anti-inflammatoire AINS n’est mieux ou plus sûr qu’un autre. On ne doit pas en prendre si on prend déjà un autre médicament prescrit. Il peut en effet y avoir des interactions et des conséquences sur la santé.

Lisez également : Les risques de l’automédication

Comment agissent les analgésiques anti-inflammatoires non stéroïdiens ?

Un homme en train de prendre des médicaments.
Les AINS agissent en bloquant la production de substances qui participent à la réaction inflammatoire.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, une fois absorbés, et après leur passage par le foie, s’unissent en grande partie à une protéine plasmatique qui s’appelle albumine.

Ce fait est important. En effet, si le patient se trouve dans une situation d’hypoalbuminémie, on doit ajuster la dose du médicament puisqu’il y aura plus de médicament libre dans le sang qui n’est pas uni à des protéines. L’effet sera ainsi plus important.

Par conséquent, c’est la fraction libre du médicament qui va déclencher les effets des analgésiques anti-inflammatoires non stéroïdiens mais comment ?

Le mécanisme d’action de ces médicaments n’est pas unique. C’est pourquoi ils peuvent déclencher leur action de différentes manières :

  • En inhibant l’enzyme cyclooxygénase (COX). C’est le mécanisme principal. En inhibant cette enzyme, on inhibe la synthèse des prostaglandines, des substances qui agissent comme médiatrices de l’inflammation.
  • Effets non inhibés par des prostaglandines, comme peuvent l’être l’inhibition des neutrophiles dans l’inflammation ou l’inhibition des médiateurs pro-inflammatoires tel l’oxyde nitrique induit par des cytokines.
  • Apoptose : les prostaglandines inhibent l’apoptose. Ce fait peut expliquer, au moins en partie, que certains AINS sont liés à la réduction du risque de quelques types de cancer.

Classification des AINS

On peut classer les anti-inflammatoires non stéroïdiens selon s’ils sont sélectifs de la COX-2 ou non. Par conséquent, d’un côté, il y a les AINS non sélectifs et de l’autre, les sélectifs de la COX-2.

Parmi les non sélectifs, nous pouvons trouver les groupes suivants :

  • Salicylates : acide acétylsalicylique  ou aspirine.
  • Pyrazolones : métamizol.
  • Para aminophénol : paracétamol.
  • Acide propionique : ibuprofène.
  • Acide acétique : indométacine.
  • Oxycames : piroxicam.
  • Acide anthranilique : acide méclofénamique.

Quant aux AINS sélectifs de la COX-2, on trouve le méloxicam, la nimésulide, l’étodolaque et les coxibs comme peut l’être le célécoxib.

Pharmacocinétique des AINS

Ce sont des médicaments qui sont rapidement absorbés. La voie d’administration principale est la voie orale. Il existe également l’administration topique, l’intraveineuse et la rectale. Une fois absorbés, leur concentration dans le sang atteint son niveau maximum entre 2 à 3 heures.

En outre, on conseille d’administrer les AINS avec d’autres aliments. En effet, ces médicaments peuvent abîmer la muqueuse intestinale.

Ce sont des médicaments qui, dans la plupart des cas, s’unissent dans un pourcentage élevé (95-99 %) à la protéine plasmatique albumine. Ce fait est important, étant donné qu’en raison de cette union forte à l’albumine, il peut y avoir beaucoup d’interactions avec d’autres médicaments qui présentent également cette caractéristique.

Le métabolisme hépatique et d’autres organes ont des métabolites actifs. En outre, presque tous présentent un degré de circulation entérohépatique. Une fois métabolisés, ils sont excrétés par voie rénale. C’est pourquoi il faut être vigilant chez les patients qui présentent une insuffisance rénale. Il faudra ajuster les doses.

Une femme a mal au ventre.

Le principal effet secondaire des AINS concerne des douleurs stomacales, c’est pourquoi il faut les consommer avec des aliments. Tous les médicaments sont capables de développer des effets secondaires après une seule dose. Il est important de bien comprendre les risques et les bienfaits d’un médicament avant de le prendre.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens entraînent des effets secondaires au niveau gastro-intestinal. Cela peut causer des problèmes quant à l’administration de ces analgésiques anti-inflammatoires. En outre, ils sont néphrotoxiques. Autrement dit, ils peuvent produire des problèmes dans les reins.

D’autres réactions adverses fréquentes de ces médicaments sont :

Enfin, il ne faut pas oublier l’importance de consulter votre médecin avant de prendre ce type de médicaments. Connaître leurs effets secondaires et les appliquer correctement est la meilleure manière d’obtenir une réussite thérapeutique.