Les risques de l’automédication

26 septembre 2019
Saviez-vous que l'automédication présente des risques ?

Il est de plus en plus facile de se procurer des médicaments. Soit en raison de la baisse des prix, soit en raison de la large gamme de médicaments disponibles sur internet. En bref, l’automédication consiste en la consommation de médicaments dont l’initiative est personnelle et donc sans aucune intervention médicale.

Lorsque nous disons « sans aucune intervention médicale », nous faisons référence au fait qu’aucun professionnel de la santé n’intervient ni dans le diagnostic de la maladie, ni dans la prescription, ni dans la supervision du traitement.

Aujourd’hui, dans la société dans laquelle nous vivons, cette habitude est de plus en plus répandue. Cependant, la plupart des personnes ne sont pas conscientes des risques de l’automédication. Aussi bien sur elles-mêmes que sur le reste de la population.

Toutefois, l’automédication peut parfois être pratique si on y a recours dans le but de traiter des symptômes mineurs comme les maux de tête, la fièvre ou un rhume, par exemple. Or, il s’agit d’une habitude qui ne doit pas durer car si les symptômes persistent, il faut consulter un médecin.

Parmi les médicaments les plus utilisés en cas d’automédication, nous trouvons les analgésiques et les antibiotiques.

Analgésiques pour l’automédication

On a souvent recours aux médicaments analgésiques dans le cadre de l'automédication

Les chiffres disponibles sur la consommation de ces médicaments nous indiquent une exposition massive de la population aux analgésiques dans toutes les tranches d’âge et pour un large éventail de maladies.

Lorsque ces médicaments sont consommés de façon abusive, sans discernement ou sans contrôle médical, ils peuvent engendrer des effets indésirables graves en lien avec l’appareil digestif ou les reins. Par exemple, les ulcères gastriques ou les nécroses hépatiques.

Antibiotiques pour l’automédication

L'automédication consiste aussi en la consommation d'antibiotiques

Les antibiotiques sont sollicités en pharmacies par les patients eux-mêmes sans même qu’un diagnostic médical infectieux ne justifie leur usage. Dans d’autres cas, les personnes réutilisent un emballage et se rendent à la pharmacie pour demander une marque semblable.

Les antibiotiques ne doivent pas être ingérés sans ordonnance médicale préalable. En effet, l’usage aveugle de ces médicaments constitue un danger sérieux pour la santé de la population mondiale.

En plus de ces 2 groupes de médicaments, d’autres sont également consommés dans le cadre de l’automédication :

  • Antiseptiques topiques
  • Compléments de vitamines et de minéraux
  • Anti-grippe et antitussifs
  • Digestifs, laxatifs, antiacides et antiflatulents

Découvrez aussi : Comment traiter les maux de tête sans médicaments ?

Qu’est-ce que la résistance aux antibiotiques ?

 

La résistance aux antibiotiques est un problème majeur qui est présent aujourd’hui dans le domaine de la santé. Vous en avez peut-être déjà entendu parler mais cela n’est pas tout à fait clair. De plus, la plupart des consommateurs n’y accordent pas une grande importance.

En effet, le fait que les souches soient résistantes aux antibiotiques signifie, fondamentalement, que l’antibiotique n’est pas efficace contre la bactérie en question. Comment cela arrive-t-il ? Il existe divers mécanismes que ces micro-organismes développent pour se défendre contre les effets du médicaments.

D’autre part, vous pensez certainement que, si cet antibiotique n’est pas efficace contre la bactérie, il suffit d’en prendre un autre et le problème est réglé.

C’est effectivement la solution actuelle. Néanmoins, le problème est que nous abusons de ces antibiotiques et que les bactéries qui sont traitées avec un autre médicament peuvent également y devenir résistantes.

Par conséquent, il y a de moins en moins d’antibiotiques efficaces contre les bactéries pathogènes. Nous pouvons donc finir par être à court de traitement.

Le développement de nouveaux médicaments est un processus complexe, long et très coûteux. Pour cette raison, il est extrêmement important de ne pas avoir recours à l’automédication et de toujours suivre les conseils du médecin.

Lisez également : Les antibiotiques à large spectre: fonctions et résistances

Automédication : les risques pour la santé

L’automédication sans contrôle médical ou pharmaceutique comporte une série de risques pour la santé qui, dans la plupart des cas, sont méconnus des usagers. Parmi ces risques, nous pouvons mentionner :

  • Toxicité
  • Manque d’efficacité parce que ces médicaments sont utilisés dans des situations non indiquées : un cas très typique est l’administration d’antibactériens pour traiter des maladies virales
  • Dépendance ou addiction, comme c’est le cas avec les benzodiazépines
  • Dissimulation de processus cliniques graves
  • Résistance aux antibiotiques comme nous l’avons déjà mentionné

Conclusion…

Si vous avez le moindre doute au sujet des médicaments, demandez à votre médecin ou votre pharmacien. Ne prenez jamais de médicaments qui requièrent une ordonnance sans avoir reçu la prescription d’un médecin.

Enfin, dans les cas où l’automédication a lieu avec un médicament qui ne nécessite pas d’ordonnance, renseignez-vous toujours auprès d’un pharmacien pour son utilisation correcte.

 

  • Tobón Marulanda, F. Á. (2002). Estudio sobre automedicación en la Universidad de Antioquia, Medellín, Colombia. Iatreia.
  • Ras Vidal, E., & Moya Ortiz, P. (2005). Prescripción médica o automedicación. Atencion Primaria. https://doi.org/10.1157/13079153
  • Wirtz, V. J., Dreser, A., & Leyva, R. (2009). El debate sobre la automedicación. Salud Pública de México. https://doi.org/10.1590/s0036-36342009000300004
  • Galán, T. A. (1999). El rol del farmacéutico en automedicación . Uso de medicamentos : análisis desde la experiencia en España. Pharmaceutical Care España.