Les calories et les protéines de chaque coupe de poulet

Découvrez ici quelles sont les différences en matière de protéines et de calories des différentes coupes de poulet, afin d'optimiser au maximum votre alimentation.
Les calories et les protéines de chaque coupe de poulet
Saúl Sánchez Arias

Rédigé et vérifié par le nutritionniste Saúl Sánchez Arias.

Dernière mise à jour : 10 août, 2022

Chaque coupe de poulet diffère en matière de calories et de teneur en protéines. Toutes les zones de l’animal n’ont pas le même pourcentage de graisses, pourcentage qui détermine la valeur énergétique. Il s’agit tout de même d’un aliment de qualité devant faire partie d’une alimentation équilibrée et variée, quelle que soit la partie choisie. Ce qui compte, en fin de compte, c’est d’optimiser les modes de cuisson.

Avant de commencer, il convient de noter que la consommation de viande n’est pas du tout liée à un mauvais état de santé, comme certains le prétendent. Plutôt tout le contraire. La viande apporte des protéines de haute valeur biologique nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme, évitant ainsi le catabolisme de la masse musculaire.

Les calories et protéines de chaque coupe de poulet

Nous vous disons ci-dessous quelles sont les différentes coupes de poulet, ainsi que leur valeur nutritive. Vous connaîtrez ainsi les différences et vous saurez ce qui est le plus intéressant selon les circonstances et les objectifs.

Blanc de poulet

100 grammes de poitrine de poulet cuite fournissent environ 165 calories, une quantité assez faible. En ce qui concerne les protéines, 100 grammes de cette coupe en contiennent 31 grammes.

Ce sont des protéines de haute valeur biologique ; c’est-à-dire qu’elles ont tous les acides aminés essentiels et un bon score en matière de digestibilité. Elles se sont avérées décisives pour favoriser une bonne récupération après un effort intense.

Riz au poulet colombien : recette saine, riche et économique.
Le poulet est un aliment sain qui fournit des protéines de haute valeur biologique, bien que sa teneur dépende de la partie de l’animal qui est consommée.

100 grammes de blanc de poulet contiennent environ 3,6 grammes de graisse. Le profil lipidique dépendra de l’alimentation de l’animal lui-même. Il est toujours préférable d’opter pour ceux qui ont été élevés en liberté et qui n’ont pas subi de processus d’engraissement accéléré.



Cuisse de poulet

La cuisse de poulet est un peu plus grasse que le blanc de poulet. 100 grammes contiennent 10,9 grammes de matières grasses, la teneur énergétique est donc de 209 calories. Les protéines, quant à elles, sont plus réduites : 100 grammes contiennent 26 grammes de protéines. Dans tous les cas, c’est toujours un aliment fortement recommandé à inclure dans presque tous les régimes, en particulier dans le cas des athlètes.

De plus, les cuisses de poulet sont moins chères que les blancs. C’est l’une des meilleures alternatives pour accéder à des protéines de la plus haute qualité à un prix réduit.

Encore une fois, le régime alimentaire de l’animal jouera un rôle. Le poulet biologique, par exemple, contient une proportion plus élevée d’oméga-3. Ce nutriment est essentiel pour contrôler l’inflammation dans l’environnement interne, comme en témoigne une étude publiée sur Biochemical Society Transactions.

Riz au poulet et brocoli.
Optez, si vous le pouvez, pour la poitrine, une zone du poulet qui contient plus de protéines et moins de matières grasses.

Aile de poulet

Les ailes de poulet sont des produits également recommandés du point de vue de la valeur nutritionnelle. En ce qui concerne les calories, 100 grammes en fournissent 203. La même portion fournit 30,5 grammes de protéines et 8,1 grammes de matières grasses.

Cependant, les ailes de poulet sont généralement consommées avec des sauces. Beaucoup de ces élaborations sont de type industriel.

Dans ce cas, la présence de sucres simples et de gras trans est presque certaine. Ces éléments sont capables d’augmenter les niveaux d’inflammation dans le corps, impactant ainsi le risque de développer des pathologies chroniques et complexes, comme en témoigne une étude publiée dans le magazine BMJ.



Attention à la peau de poulet !

Il est important de noter que la peau de poulet contient également des calories et des matières grasses. Nous avons commenté la valeur énergétique et nutritionnelle des différentes coupes sans tenir compte de la peau.

Dans le cas d’une poitrine de poulet avec la peau, par exemple, on pourrait parler d’une augmentation de 100 calories et de 7 grammes de matières grasses. Ainsi, si l’objectif est d’améliorer l’état de la composition corporelle, la meilleure alternative est peut-être d’éviter la peau des aliments.

La méthode de cuisson aura également son importance. Il faudra privilégier les préparations peu grasses comme le gril, le four et la cuisson à l’eau.

La friture n’est généralement pas une bonne idée. Non seulement des calories sont ajoutées, mais des gras trans et d’autres composés toxiques se forment également au cours du processus.

Les différences en matière de calories et de protéines des différentes coupes de poulet

Comme vous l’avez vu, bien qu’elles proviennent du même animal, les différentes coupes de poulet peuvent avoir un profil nutritionnel différent. Il est important d’en tenir compte lors de l’optimisation de l’alimentation.

Enfin, rappelons que le mode de vie de l’animal influence les apports nutritionnels des aliments qui en dérivent. Les versions bio sont généralement plus chères mais, dans ces cas, leur prix peut justifier une plus grande quantité d’acides gras de la série oméga-3. Équilibrer l’apport de ce nutriment à celui des oméga-6 sera très avantageux pour préserver une bonne santé dans le temps.

Cela pourrait vous intéresser ...
Viande de poulet : propriétés et avantages
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Viande de poulet : propriétés et avantages

On y découvre quelles sont les valeurs nutritionnelles de la viande de poulet et les bienfaits d'une consommation équilibrée et saine.



  • McGlory, C., Devries, M. C., & Phillips, S. M. (2017). Skeletal muscle and resistance exercise training; the role of protein synthesis in recovery and remodeling. Journal of applied physiology (Bethesda, Md. : 1985)122(3), 541–548. https://doi.org/10.1152/japplphysiol.00613.2016
  • de Souza, R. J., Mente, A., Maroleanu, A., Cozma, A. I., Ha, V., Kishibe, T., Uleryk, E., Budylowski, P., Schünemann, H., Beyene, J., & Anand, S. S. (2015). Intake of saturated and trans unsaturated fatty acids and risk of all cause mortality, cardiovascular disease, and type 2 diabetes: systematic review and meta-analysis of observational studies. BMJ (Clinical research ed.)351, h3978. https://doi.org/10.1136/bmj.h3978
  • Calder P. C. (2017). Omega-3 fatty acids and inflammatory processes: from molecules to man. Biochemical Society transactions45(5), 1105–1115. https://doi.org/10.1042/BST20160474