Les mensonges à l’adolescence : le scénario redouté

7 mars 2020
L'adolescence est une période complexe qui s'accompagne de nombreux changements de comportement. C'est pourquoi le mensonge est souvent source de préoccupations. Que devez-vous savoir à ce sujet ?

Sans aucun doute, les mensonges à l’adolescence sont l’une des choses qui préoccupent le plus les parents. Si diverses raisons peuvent présider à ce phénomène, il s’agit en général d’un scénario redouté en raison de la complexité qu’il implique.

Les premières questions

Qu’est-ce que le mensonge ? Ne pas dire la vérité ou la cacher ? Doit-il y avoir une certaine animosité à ne pas dire la vérité pour que nous puissions nous considérer en présence d’un mensonge ? Que se passe-t-il lorsque ce sont les parents qui mentent ?

Y a-t-il de grands mensonges et de petits mensonges ? Tous les mensonges se valent-ils ? Les petits et les plus inoffensifs des mensonges ont-ils la même valeur que les plus importants ? Ces questions et d’autres encore sont celles que nous nous posons souvent lorsque nous sommes confrontés à un scénario où le mensonge est possible.

Parfois, ils nous apparaissent de manière plus voilée. A d’autres occasions, les mensonges à l’adolescence se produisent de manière frontale, dans l’espoir de les filtrer à travers un certain espace.

Les mensonges d'une fille envers sa mère

Rôle des parents

Les parents… peuvent-ils parler de cette question à leurs enfants ? Comment peuvent-ils empêcher le mensonge de sortir ? Tout comme les enfants ne naissent pas d’un chou, les mensonges non plus. Ils ont une histoire et une trajectoire.

Pendant l’enfance, les enfants peuvent confondre la réalité avec le fantasme et donner libre cours à leur imagination. Ces histoires peuvent être interprétées comme abritant certains espaces de repos, mais la motivation est innocente. A mesure que l’enfant grandira, ce genre de jeu disparaîtra.

Le problème se pose lorsque l’enfant comprend qu’en mentant, il peut obtenir quelque chose, par exemple un avantage secondaire.

Vous pouvez être intéressé par : 4 conseils pour communiquer avec votre adolescent

Les mensonges  à l’adolescence : scenarii possibles

Le mensonge peut également être présent lorsqu’il y a des restrictions très sévères concernant les autorisations délivrées par les parents. Mais aussi quand les parents apparaissent accablés par certains événements difficiles comme la remise des notes scolaires ou la « découverte accidentelle » d’une cigarette.

Susana Molina Martín (2010) le souligne :

« Comme dans toute étape de l’évolution, le comportement des adolescents est déterminé par des facteurs physiques, psychologiques et sociaux ».

Les écoles traversent une période d’adaptation aux nouvelles formes d’interaction qui se produisent dans la relation entre les élèves et leur environnement.

Dans ses recherches, l’auteure décrit le comportement de simulation ou de feinte pendant l’adolescence et analyse le comportement de simulation en fonction des besoins de survie de l’enfant dans la société dans laquelle il vit.

Découvrez : Je préfère gêner avec la vérité qu’éblouir avec des mensonges

A partir de quand les mensonges à l’adolescence deviennent-il préoccupants ?

Un adolescent pensant à ses mensonges

Les mensonges – lorsqu’ils sont occasionnels – ne devraient pas être une source de préoccupation, mais ils devraient déclencher certaines alertes afin qu’ils ne se cristallisent pas. Il est nécessaire d’intervenir lorsqu’ils deviennent une habitude.

Pourquoi l’adolescence ?

L’adolescence est une période de recherche de sa propre identité, de son autonomie, de son indépendance et de sa différenciation par rapport à ses parents. C’est pourquoi il arrive souvent que les désirs des adolescents ne coïncident pas avec ceux de leurs parents, et c’est un terrain fertile pour l’émergence de mensonges.

En résumé

  • Le mensonge à l’adolescence peut indiquer que le jeune n’a pas encore trouvé sa voie et que le mensonge lui donne ou semble lui donner une identité.
  • Il est essentiel de souligner que les raccourcis développés par le mensonge semblent souvent être des solutions faciles, mais ils sont éphémères et donc nuisibles.

 

  • Molina Martín, Susana, & Inda Caro, Ma de las Mercedes, & Fernández García, Carmen Ma (2010). ¿MENTIRA, SIMULACIÓN O ENGAÑO? UNA PERSPECTIVA DESDE LA ADOLESCENCIA.. Revista Española de Orientación y Psicopedagogía, 21(1),109-120.[fecha de Consulta 9 de Enero de 2020]. ISSN: 1139-7853. Disponible en: https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=3382/338230784010
  • Arvelo Arregui, L. (2003). Función paterna, pautas de crianza y desarrollo psicológico en adolescentes: Implicaciones psicoeducativas. Acción Pedagógica.
  • Santrock, J. W. (2003). Psicología del desarrollo en la adolescencia. In Psicología.