Les mères ont aussi le droit de pleurer de fatigue

6 mai 2019
Il est compréhensible de voir pleurer une mère d'épuisement. Pour éviter cette situation, vous devez apprendre à déléguer certaines responsabilités à d'autres membres de la famille.

Les mères peuvent pleurer de fatigue. Lors de l’accouchement, les sacrifices que la naissance implique tout au long de la vie sont inconnus. Être une mère est le travail le plus important d’une femme. Donnez le meilleur de vous-même dans chacune de vos tâches pour rendre vos enfants heureux et réaliser leurs rêves.

Pour ce travail, vous devez être active 24 heures par jour, 7 jours par semaine et vous aurez très peu de repos. Vous assumez habituellement en intégralité toute la charge familiale sans penser que cela pourrait nuire à votre santé émotionnelle, physique et psychologique.

Super maman

Lorsque vous combinez être une mère, une femme et avoir un travail, vous acquérez le titre de super maman. Cela se traduit par des nuits blanches pour s’occuper des petits quand ils en ont besoin et par des journées épuisantes à développer efficacement votre travail pour obtenir de bons résultats.

Vous pouvez également choisir d’exécuter les tâches ménagères à la hâte et ainsi avoir du temps pour votre partenaire et pour aider vos enfants dans les tâches scolaires. Tout cela fait qu’à un moment, vous ne tolérez plus la pression, et à cet instant, vous fondez en larmes.

Cela est dû à la fatigue extrême provoquée par les surcharges que vous transportez. C’est le moment où vous sentez que vous ne pouvez plus assumer toutes les responsabilités et tous les engagements et que vous pensez que vous allez échouer dans votre environnement familial.

pleurer de fatigue : les causes

Qu’est-ce que pleurer ?

Pleurer est une manifestation de notre corps généré par des raisons différentes. Celles-ci incluent généralement la fatigue, la tristesse, le désespoir, l’impuissance, la frustration, la colère ou la douleur. Dans certains cas, vous pouvez aussi pleurer de joie ou de bonheur.

Normalement, les mères pleurent de fatigue parce qu’elles sont débordées et que le corps réagit au stress. Pleurer réduit le niveau d’hormones de stress, c’est donc un mécanisme du corps qui aide à éliminer efficacement ces hormones quand elles sont très élevées.

Certaines mères peuvent pleurer de fatigue

Habituellement, vous ne voulez pas exprimer l’épuisement que vous connaissez, mais il arrive que vous commenciez à pleurer sans pouvoir vous contenir. Cela se produit parce que le corps doit libérer la fatigue contenue. Après ce moment, vous vous sentez triste parce que vous considérez que vous n’êtes pas capable de vous épanouir avec vos enfants.

Ne vous inquiétez pas, parfois les mères pleurent de fatigue. Vous vous sentirez mieux et même si vous n’y croyez pas, quelle que soit la raison pour laquelle cela a commencé, cela doit arriver. De cette façon, vous pouvez vous débarrasser de toutes les pensées et émotions que vous avez accumulées.

Découvrez cet article : Avantages de la bande abdominale pendant la grossesse

Montrer son bonheur devant les enfants

Le bonheur est un sentiment très important que vous devez souvent exprimer à vos enfants, car il est essentiel pour la famille de rester ensemble.

Penser à des choses qui ne se sont pas produites n’est pas bénéfique, car cela vous inquiète et vous réagissez avec des pleurs spontanés. C’est pourquoi vous devez vivre le moment, le partager avec votre famille et profiter de chaque instant.

une maman peut pleurer de fatigue

Les mères peuvent pleurer de fatigue secrètement

Quand vous pleurez, ne vous cachez pas. Expliquez à vos enfants que pleurer n’est pas une chose dont il faut avoir honte, c’est simplement une réaction du corps. De cette façon, ils comprendront ce qui est bon et apprendront à exprimer leurs émotions en pleurant, que ce soit de tristesse ou de bonheur.

En bref : expliquez-leur que les mères pleurent de fatigue. Les pleurs indiquent que quelque chose se passe et doit être modifié. En le modifiant, vous vous sentirez mieux et avec beaucoup plus de force pour faire face aux engagements et aux responsabilités.

Conseils pour minimiser la fatigue et éviter de pleurer de fatigue

Organiser les tâches

Faites une liste des tâches quotidiennes en établissant un ordre de priorité. Commencez par le plus urgent et terminez avec ce que vous pouvez faire plus tard. La liste des tâches vous aidera à ne pas en oublier. Avec cela, vous éviterez de vous sentir dépassées en les commençant toutes en même temps.

Lisez également : Douleurs de l’accouchement : 5 techniques de relaxation

Ne pas vous verrouiller

Rassemblez-vous avec d’autres mères qui vivent la même situation. Organisez une réunion où vous racontez vos expériences. Lors de ces réunions, vous pouvez partager des conseils pour améliorer la situation.

 

Demander de l’aide

Parlez à votre mari, à votre mère, à votre belle-mère et aux membres de votre famille avec lesquels vous vivez. Exprimez-leur ce que vous ressentez, dites-leur que vous avez besoin d’aide. Déléguez des tâches pour alléger la charge que vous portez à ce moment.

Organiser un moment pour vous

Consacrez-vous quelques heures de temps en temps. Demandez à un membre de la famille de s’occuper des petits pendant quelques heures et faites des activités que vous aimez, comme marcher dans le parc, faire du shopping ou tout simplement lire un livre.

Pour certaines femmes, être mère est un engagement acquis pour la vie. Cela génère des sentiments mitigés au point de provoquer un épuisement physique ou psychologique.

Lorsque les mères pleurent de fatigue, c’est parce que leur corps manifeste que quelque chose se passe. Bien qu’elles se débrouillent bien, elles devraient faire une pause et chercher le soutien du groupe familial qui les entoure.

 

  • Carro García, T., Sierra Manzano, J.M., Hernández Gómez, M.J., Ladrón Moreno, E. y Antolín Barrio, E. Trastornos del estado de ánimo en el postparto. Medicina General, 2000: 452 – 456.
  • Martín, Ramos Campos y Contador Castillo. Resiliencia y el modelo Burnout-Engagement en cuidadores formales de ancianos. Psicothema, 2006; 18 (4): 791-796.
  • Montoya Zuluaga, P.A. y Moreno Moreno, S. Relación entre Síndrome de Burnout, estrategias de afrontamiento y engagement. Psicología desde el Caribe, 2012; 29 (1): 204-227.
  • Ortunio Calabres, M., Herrera Leonet, E. y Guevara Rivas, H. Síndrome de carga y calidad de vida del cuidador de pacientes pediátricos. Rev Bioet Latinoam 2016; 17: 1-17