Les mythes des régimes contre le cholestérol

21 décembre 2019
Manger moins de gras ou ne pas manger d'aliments contenant du cholestérol sont quelques-uns des mythes sur les régimes alimentaires contre le cholestérol expliqués dans cet article.

L’hypercholestérolémie est de plus en plus fréquente dans notre société. C’est pourquoi il est facile de faire naître des mythes et des erreurs lorsqu’on fait des recommandations sur la façon dont nous devrions l’abaisser. C’est pourquoi, dans cet article, nous allons vous révéler les mythes les plus fréquents sur les régimes contre le cholestérol.

Quels sont les mythes sur les régimes contre le cholestérol ?

Pour savoir d’abord comment ces mythes sont générés, il est bon de savoir ce qu’est l’hypercholestérolémie et ce qu’elle peut causer à notre santé.

Qu’est-ce que l’hypercholestérolémie ?

L’hypercholestérolémie est la maladie qu’une personne a lorsque son taux de cholestérol sanguin élevé. Cela peut la prédisposer aux maladies cardiovasculaires, car elle facilite la formation de la plaque d’athérome.

Un taux élevé de « mauvais » cholestérol (LDL) permet aux molécules qui le transportent dans le sang de pénétrer plus facilement dans la paroi vasculaire des artères. Là, elles s’oxydent et provoquent une réaction inflammatoire dans notre corps.

Mais le cholestérol n’est qu’un indicateur parmi tant d’autres du risque cardiovasculaire. Dans l’analyse, en plus d’examiner le « bon cholestérol » et le « mauvais cholestérol », nous devons également examiner les valeurs de l’inflammation et déterminer si ces molécules de cholestérol sont grandes ou petites.

Le cholestérol bouchant une artère

Lire aussi : 4 recommandations diététiques pour réguler le cholestérol

Faut-il suivre un régime pauvre en graisses ?

Ce mythe est récurrent. Si le cholestérol est transporté par les lipides, il semble logique que si nous diminuons son absorption par l’alimentation, nous le réduisions également, surtout avec les graisses saturées.

Cependant, des études récentes ont démystifié ce fait, car il semble que les graisses saturées augmentent le HDL plus que le LDL. De plus, on n’a pas constaté que les graisses saturées augmentent les maladies coronariennes.

Souvent, nous remplaçons ces graisses saturées par des céréales raffinées et ce n’est pas la bonne solution Par conséquent, l’alimentation doit être saine, avec une quantité suffisante de matières grasses.

Les meilleurs types de graisses se trouvent dans :

  • Le poisson bleu
  • Les fruits secs
  • L’huile d’olive extra vierge
  • L’avocat

Les mythes sur les régimes contre le cholestérol : est-ce que manger du cholestérol augmente le cholestérol ?

Ce mythe est principalement ancré dans les œufs, car on pensait que, comme les œufs sont riches en cholestérol, si nous en consommions beaucoup, le taux présent dans notre sang augmenterait. Mais aujourd’hui, il a été prouvé que ce n’est pas vrai. En fait, la consommation fréquente d’œufs dans le cadre d’une alimentation saine peut augmenter le « bon » cholestérol, comme le montre certaines études.

La plupart des études ne trouvent aucun lien entre l’apport en cholestérol et celui présent dans le sang. Notre corps possède un système de régulation, qui ajuste la synthèse du cholestérol pour produire le celui dont il a besoin. Plus vous en incluez dans votre régime, moins il en produit, et vice versa.

Les régimes contre le cholestérol peuvent être efficaces

C’est intéressant : Combien d’oeufs pouvons-nous manger dans la semaine ?

Devrions-nous manger plus de graisse végétale et moins de graisse animale ?

Cette question doit être nuancée, car elle dépendra du type de graisse de chaque aliment.

Les graisses végétales, telles que l’huile de palme, qui est surtout présente dans les pâtisseries et les aliments transformés, sont nocives pour le risque cardiovasculaire. De plus, les huiles de graines hautement raffinées qui contiennent beaucoup d’oméga-6 peuvent être pro-inflammatoires.

Les graisses trans ou hydrogénées, également présentes dans les aliments transformés, sont plus nocives que les graisses animales. Devrions-nous donc remplacer le beurre par de la margarine ? Pas nécessairement,car la margarine contient habituellement ce type de graisses hydrogénées ; le beurre, par contre, contient des graisses saturées.

En ce qui concerne les graisses animales, il faut distinguer les graisses de poisson (polyinsaturées) et les graisses de viande (saturées), surtout si ces dernières sont transformées.

Recommandations diététiques pour la réduction du cholestérol

  • Le type de graisses que nous devrions surtout consommer sont les graisses de : fruits secs et graines, poisson (surtout bleu) et huile d’olive extra vierge. Alors que la consommation de graisse provenant de la viande transformée et des produits laitiers devrait être réduite
  • Diminuer la consommation de pâtisseries et d’aliments ultra-traités, car ils contiennent des graisses trans ou hydrogénées, des farines raffinées, des huiles raffinées et une grande quantité de sucre
  • Augmenter la consommation de fibres solubles, car elles empêchent l’absorption intestinale du cholestérol et des graisses. On le trouve dans les grains entiers, les légumes et les légumes secs

 

  • Mayurasakorn, K., Srisura, W., Sitphahul, P., & Hongto, P. O. (2008). High-density lipoprotein cholesterol changes after continuous egg consumption in healthy adults. Medical journal of the Medical Association of Thailand91(3), 400.
  • Siri-Tarino, P. W., Sun, Q., Hu, F. B., & Krauss, R. M. (2010). Meta-analysis of prospective cohort studies evaluating the association of saturated fat with cardiovascular disease. The American journal of clinical nutrition91(3), 535-546.
  • Toth, P. P. (2005). The “good cholesterol” high-density lipoprotein. Circulation111(5), e89-e91.