Les personnes atteintes du VIH sont-elles plus exposées au coronavirus ?

22 mai 2020
Bien qu'il n'y ait pas beaucoup d'informations à ce sujet, il semble que les personnes séropositives ne soient pas particulièrement vulnérables à l'infection par le coronavirus, et qu'elles ne figurent pas non plus parmi les patients qui ont tendance à souffrir de complications. Mais elles doivent prendre soin d'elles-mêmes, comme tout le monde.

Tandis que le monde fait face à la pandémie de coronavirus, la pandémie du syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA) reste également active. Actuellement, il y a environ 40 millions de personnes atteintes du VIH. Beaucoup d’entre elles se demandent si elles sont particulièrement exposées au risque de contracter le COVID-19. Ou si elles appartiennent au segment qui développe de graves complications.

Il n’y a pas beaucoup d’informations à ce sujet pour le moment. Toutefois, début mars, la 27e conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes (CROI 2020) s’est tenue virtuellement. C’est à ce moment que fut présenté le seul rapport de haut niveau connu à ce jour sur le sujet de la co-infection VIH/SARR-CoV2.

Les informations fournies par les experts indiquent que les personnes séropositives ne constituent pas un segment de risque particulier dans la pandémie de coronavirus. Cela signifie qu’ils ne sont pas plus susceptibles de subir une infection. Et qu’ils ne présentent pas plus de risques de complications que ceux qui n’ont pas le SIDA.

Les personnes atteintes du VIH ne sont pas plus à risque

Ce que l’on peut dire, c’est que, jusqu’à présent, il n’existe pas suffisamment de preuves que les personnes séropositives sont particulièrement exposées au coronavirus, par rapport aux autres personnes. Toutefois, il convient de souligner ici que l’on fait régulièrement de nouvelles découvertes et qu’il n’y a donc rien de concluant jusqu’à présent, si ce n’est l’expérience acquise.

En ce qui concerne les personnes atteintes du VIH et du coronavirus, un seul cas a été documenté en Chine. Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas eu d’autres cas, mais que c’est le seul qui a fait l’objet d’un suivi et a donné lieu à publication scientifique.

L’affaire concerne un Chinois de 61 ans à Wuhan. Diagnostiqué séropositif, il souffrait également de diabète de type 2 et était un fumeur chronique : il consommait entre 20 et 30 cigarettes par jour. Au moment de son admission à l’hôpital, son diagnostic de VIH a été confirmé et il s’est avéré être dans un état d’immunosuppression sévère.

L’homme a reçu un traitement de 12 jours de lopinavir/ritonavir pour traiter le COVID-19, ainsi que d’autres médicaments pour traiter d’autres affections.

Etonnamment, le patient s’est remis et a pu sortir. Il est resté en quarantaine pendant deux semaines supplémentaires et a finalement été testé négatif au coronavirus.

Un homme fait des tests en laboratoire sur le lien entre coronavirus et VIH

Lisez également : L’ibuprofène aggrave-t-il l’infection au coronavirus ?

Les précautions à prendre

Il convient de garder à l’esprit que l’on ne peut rien considérer comme acquis dans un seul cas. Cependant, comme aucune incidence particulière de COVID-19 n’a été signalée chez les personnes atteintes de VIH, il n’y a pas de risque particulier de contracter l’infection ou de complications.

Toutefois, les experts en la matière ont formulé quelques recommandations particulières. La première est que les personnes atteintes de VIH qui suivent un traitement antirétroviral doivent suivre précisément les directives de traitement. En particulier, les médicaments de l’une de ces personnes sont à leur usage exclusif. D’autre part, ils ne doivent être partagés avec personne.

Dans le cas contraire, on recommande de suivre les mêmes directives que celles données à tous les autres. En particulier, respecter les quarantaines décrétées, garder une distance sociale et se laver les mains fréquemment. Les personnes âgées et celles souffrant d’autres maladies chroniques doivent également être particulièrement prudentes.

Le traitement contre le VIH

Découvrez-en plus : Quelle est la durée de vie du coronavirus sur les surfaces ?

Mythes et vérités

Comme il n’y a pas eu d’incidence particulière de coronavirus chez les personnes atteintes de VIH, des rumeurs et des fausses informations ont commencé à circuler qui ne font qu’appeler à la confusion. On a par exemple entendu que le traitement antirétroviral empêche de contracter le COVID-19. Il n’existe aucune preuve de cela.

En outre, il n’existe pas non plus de preuve scientifique que les personnes qui prennent régulièrement du lopinavir/ritonavir, ou d’autres médicaments de la famille des inhibiteurs de protéase, présentent une résistance particulière au coronavirus.

Commencer ou changer un traitement sur la base de ces fausses informations ne permet pas de prévenir l’infection par le coronavirus. Mais cela peut aussi être contre-productif dans la gestion du VIH.

Il n’est pas non plus conseillé de prendre des doses de médicaments plus élevées que celles recommandées. Les personnes atteintes du VIH ne doivent suivre que le traitement qu’elles ont suivi jusqu’à présent. Et respecter les mêmes recommandations étape par étape que celles données à tout le monde.

Que doivent faire les personnes atteintes du VIH pendant la pandémie de coronavirus ?

En fin de compte, les recommandations pour les personnes atteintes du VIH pendant la pandémie de coronavirus sont de s’isoler, d’avoir une bonne hygiène et de maintenir le traitement antirétroviral qu’elles recevaient déjà.

Elles devraient veiller à disposer de médicaments pendant une longue période. En effet, nous ne savons pas quand les mesures de quarantaine prendront fin. Et face au moindre doute, la meilleure consultation sera celle du médecin généraliste chargé de leur suivi.

  • Valdes, M. Á. S. (2020). Infección respiratoria aguda por 2019-nCoV: una amenaza evidente. Revista Habanera de Ciencias Médicas, 19(1), 1-5.
  • Guo, Wei, et al. « A Survey for COVID-19 Among HIV/AIDS Patients in Two Districts of Wuhan, China. » AIDS Patients in Two Districts of Wuhan, China (3/4/2020) (2020).
  • Remor, Eduardo. « Valoración de la adhesión al tratamiento antirretroviral en pacientes VIH+. » Psicothema 14.2 (2002): 262-267.
  • Ayouba, Ahidjo, and Martine Peeters. « Reply to Zhang et al. » The Journal of Infectious Diseases (2020).
  • Chakraborty, Sandeep, and Gautam Das. « Why re-purposing HIV drugs Lopinavir/ritonavir to inhibit the SARS-Cov2 protease probably wont work-but re-purposing Ribavirin might since it has a very similar binding site within the RNA-polymerase. » OSF Preprints. March 22 (2020).