Les relations de domination et de soumission, sont-elles sûres ?

Parfois, les relations de domination et de soumission vont au-delà de la chambre à coucher et finissent par affecter la vie et le bien-être des membres du couple. On vous en dit plus ci-dessous.
Les relations de domination et de soumission, sont-elles sûres ?

Dernière mise à jour : 20 mai, 2022

Quand on parle de relations de domination et de soumission, on pense généralement à certaines pratiques sexuelles similaires à celles qui apparaissent dans le célèbre film « 50 Shades of Grey ». Cependant, parfois ces dynamiques dépassent les frontières de la chambre à coucher et finissent par imprégner complètement la vie du couple. Sont-ils sûrs, sont-ils adéquats ? Cela dépend de plusieurs facteurs dont nous parlons ci-dessous.

Les relations de dominance et de soumission sont basées sur un jeu de pouvoir. Si vous regardez attentivement, dans la plupart des couples, il y a cette composante dans une certaine mesure. En raison des caractéristiques de la personnalité de ses membres, il est courant que l’un soit plus extraverti, plus déterminé et enclin à prendre le contrôle, et l’autre plus passif et enclin à se laisser emporter par les décisions et les préférences du partenaire.

Cependant, le problème peut survenir lorsque ces rôles sont poussés à l’extrême, car ils peuvent mettre en danger l’intégrité et le bien-être psychologique de certaines personnes.

Les relations de domination et de soumission, en quoi consistent-elles ?

Les relations de domination et de soumission, sont-elles sûres ?
Une relation de domination et de soumission peut entraîner des blessures émotionnelles lorsqu’elle s’étend à l’extérieur de la chambre à coucher.

Dans une relation de domination et de soumission, chacun des peuples adopte un certain rôle. Le dominant protège, dirige et contrôle le soumis ; qui, à son tour, est serviable, accommodant et dévoué. Comme nous l’avons dit, ces pratiques sont courantes dans la sphère sexuelle, faisant partie d’une catégorie plus large connue sous le nom de BDSM.

Dans ces cas, les deux membres du couple décident consciemment et délibérément d’assumer ces rôles, avec un consensus entre eux et une grande communication concernant les attentes et les limites.

Tant qu’elles sont menées avec consentement et de manière sécuritaire, ces dynamiques menées entre adultes ne posent aucun problème, elles peuvent même être une incitation à la sexualité et à la jouissance.

Cependant, à de nombreuses reprises, cette dynamique de pouvoir imprègne la vie quotidienne de la relation de couple et le fait inconsciemment. C’est-à-dire que cette assomption des rôles n’a pas été discutée, qu’elle n’a pas été convenue ou que des limites ont été établies ; il a simplement surgi dans l’interaction du couple.

Dans cette situation, la personne soumise peut générer une grande dépendance affective, être personnellement limitée et abandonner ou nuire à divers pans de sa vie. Elle peut se sentir isolée, loin de ses amis et de sa famille, être contrôlée par son partenaire (sur le plan personnel, sexuel ou financier) et être victime d’humiliations et d’abus qui affectent son estime de soi.

Pourquoi s’engage-t-on dans des relations de domination et de soumission ?

Toute relation saine doit être équilibrée, réciproque et juste ; les deux membres doivent sentir qu’ils donnent et reçoivent dans des proportions similaires, qu’ils contribuent et bénéficient au même niveau. Lorsqu’un déséquilibre apparaît, lorsqu’une personne prend une position de supériorité et que l’autre se subordonne, la souffrance surgit.

On ne parle pas ici de pratiques sexuelles librement choisies, mais d’un mode de vie qui annule l’un des peuples pour exalter l’autre. Lorsque ces dynamiques apparaissent, nous avons tendance à victimiser la personne soumise. Cependant, nous devons être conscients que la relation est maintenue car les attitudes des deux se complètent et, par conséquent, la responsabilité est partagée.

Ainsi, il vaut la peine de se demander pourquoi certaines personnes se retrouvent plongées dans des relations de domination et de soumission, et pourquoi elles les maintiennent malgré la relation dysfonctionnelle et toxique. Ce sont quelques-uns des facteurs impliqués.

Style de pièce jointe

Le style d’attachement est la manière dont nous avons appris à créer des liens émotionnels avec les autres, la manière dont nous avons appris à penser à nous-mêmes et aux autres. Elle se forge dans l’enfance, dans les relations avec les principaux soignants, et se répète et se reflète dans nos liens d’adultes. Ainsi, ceux qui ont un attachement sécurisant cherchent à s’accoupler avec des personnes également équilibrées, ils savent donner et recevoir, ils peuvent s’impliquer émotionnellement sans en dépendre.

À l’opposé, ceux qui ont un attachement ambivalent recherchent une proximité excessive, craignent l’abandon et sont capables de s’annuler pour gagner et conserver l’affection de l’autre.

Il est courant qu’ils choisissent des partenaires qui ont un style d’attachement évitant, caractérisé par la froideur émotionnelle et l’autosuffisance. Ainsi, naturellement cette personne prend une position de supériorité et le partenaire est obligé de se soumettre à ses volontés pour ne pas le perdre.

Estime de soi et sécurité personnelle

Faible estime de soi dans le syndrome de la bonne fille.
Les personnes ayant une faible estime de soi sont plus à risque de tomber dans des relations de domination et de soumission.

Nous pouvons clairement percevoir que les personnes dominantes ont une haute estime de soi (ou du moins c’est ce qu’elles projettent) et dégagent sécurité et confiance. Ce sont précisément ces caractéristiques qui manquent aux personnes soumises, généralement peu sûres d’elles et qui ont besoin d’approbation.

Ainsi naît une idéalisation qui conduit à percevoir le dominant comme naturellement supérieur. Il est prêt à protéger, enseigner, guider et contrôler, quelque chose dont le soumis sent qu’il a besoin.

Ainsi, les rôles se perpétuent : le dominant (généralement narcissique) obtient l’admiration et l’engagement qu’il estime mériter ; et le soumis (manquant de confiance en soi) peut céder sa volonté et sa responsabilité à un autre qui le prend en charge. Malgré les aspects négatifs de cette relation, tous deux s’y sentent à l’aise car elle répond aux manques et aux besoins de chacun.

Blessures infantiles

Les premières expériences que nous avons pendant l’enfance nous marquent parfois de manière négative. Plus précisément, 5 principales blessures de l’enfance ont été décrites qui marquent notre caractère et influencent nos relations les uns avec les autres. Dans le cas des relations de domination et de soumission, la blessure de l’humiliation est susceptible d’être présente (chez la personne soumise).

Cela conduit la personne à se sentir indigne, à considérer qu’elle ne mérite pas affection, respect et considération. Il a honte de qui il est et se considère incapable. Ainsi, il construit une personnalité dépendante et vit en sentant que sa valeur dépend de l’approbation extérieure. De cette façon, elle s’oublie pour se consacrer à répondre aux besoins et aux attentes du couple.

Sortez des relations de domination et de soumission, et apprenez à créer des liens sains

Dans le passé, ce sont les femmes qui étaient le plus souvent au pôle soumis des relations (les plus lésées). Cependant, aujourd’hui, cette distinction entre les sexes s’est estompée et de nombreux hommes sont éclipsés ou annulés dans leurs relations.

Quoi qu’il en soit, entretenir ces liens nuit profondément à l’estime de soi, génère de l’anxiété et de l’inconfort émotionnel et nous place dans une position vulnérable : celle de dépendre de l’autre.

Ainsi, si vous vous identifiez à cette dynamique, il est préférable de rechercher une aide professionnelle. Mettre fin à la relation actuelle n’est généralement pas suffisant. Si les schémas qui ont conduit une personne à choisir et à entretenir ce type de relation ne sont pas guéris, il est possible que cela se répète à l’avenir avec de futurs partenaires amoureux.

N’oubliez pas qu’une relation doit être un lieu sûr, un lieu fort d’amour et de respect et, surtout, un espace équilibré. La psychothérapie peut vous aider à reprendre votre pouvoir à cet égard et à apprendre à créer des liens de manière saine.

Cela pourrait vous intéresser ...
7 positions sexuelles pour une pénétration profonde
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
7 positions sexuelles pour une pénétration profonde

Si vous recherchez des positions sexuelles qui permettent une pénétration profonde, poursuivez donc votre lecture... Nous en parlons ici !



  • Benjamin, J. (1996). Los lazos de amor. Psicoanálisis, feminismo y el problema de la dominación. Gaceta universitaria16. https://sodepsi.cl/wp-content/uploads/2020/09/GU-2005-1.pdf#page=16
  • Bourbeau, L. (2011). Las cinco heridas que impiden ser uno mismo. OB STARE.
  • Castelló, J. (2000). Análisis del concepto dependencia emocional. En I Congreso Virtual de Psiquiatría (Vol. 5, No. 8).