Les marques de la violence psychologique sur le corps

En dépit de ne pas présenter de signes physiques qui prouvent l'abus, la violence psychologique peut avoir une portée importante dans notre vie que nous devons connaitre pour éviter de tomber dans cette situation.
Les marques de la violence psychologique sur le corps

Dernière mise à jour : 06 avril, 2021

La violence est un type d’interaction sociale ou personnelle dans laquelle il existe une intention claire de causer un préjudice à l’autre partie. Il existe plusieurs types et degrés de violence. Et ils peuvent être si subtils au point de passer inaperçus. La violence psychologique, même si elle n’est pas physique, laisse également des signaux sur le corps.

Nous vous dirons donc ci-après quels sont certains de ses effets sur le corps et les problèmes de santé qu’elle peut entraîner.

Qu’est-ce que la violence psychologique ?

La violence psychologique est un type de violence verbale (non physique) dans laquelle l’agresseur tente de soumettre une autre personne, abusant de son pouvoir sur elle. Elle se produit par humiliation, disqualification, humiliation, insultes, isolement ou harcèlement qui portent atteinte à la dignité de la victime.

L’absence de preuves physiques, telles que des bosses, des égratignures ou des ecchymoses, la rend parfois difficile à prouver. I s’agit en effet de la parole de l’un contre l’autre.

la violence psychologique

Signes que la violence psychologique laisse sur le corps

1. Troubles du sommeil

L’abus psychologique entraîne généralement des troubles du sommeil. Les fortes doses de pression et de violence verbale provoquent des états psychologiques d‘anxiété, de stress et d’insomnie. Recevoir différents types d’humiliations peut en effet provoquer des troubles nerveux et cardiaques.

Comme le souligne une étude de l’Institut néerlandais des neurosciencesces états d’alerte constants sont associés à des problèmes de sommeil qui, à leur tour, se répercutent sur le mal-être ressenti pendant la journée.

C’est-à-dire que dans ces circonstances, le sommeil ne répare pas la situation stressante vécue par la victime, laquelle s’affaiblit encore plus , sans possibilité de gérer efficacement cette douleur.

Ainsi, toute une chaîne d’altérations commence dans laquelle d’autres systèmes de l’organisme sont finalement impliqués. C’est le cas à la fois au niveau métabolique et cardiovasculaire, selon une revue récente menée par des chercheurs de l’Université de Séoul (Corée du Sud).

2. Hypertension

la violence psychologique

Par rapport à ce qui précède et comme l’indique également la publication que nous venons de citer, l’ hypertension est un autre des signes que la violence psychologique laisse sur le corps. Le fait de vivre dans un état d’alerte continu pour protéger sa vie fait en effet augmenter la tension artérielle.

Le cerveau envoie des signaux au corps pour lutter contre un risque ou un danger et, par conséquent, le corps augmente le pompage du sang. Cela arrive, par exemple, aux personnes qui vivent dans des lieux conflictuels ou menaçant. Dans le cas de la violence psychologique, des effets similaires se produisent.

3. Troubles de l’alimentation

Comme l’explique un travail du Dr Markus J. Rantala et de son équipeles troubles de l’alimentation sont  une réponse au stress.

Si la situation devient chronique, l’une des conséquences possibles est la variation des habitudes de base comme celle de l’alimentation. C’est ainsi que les victimes de violences psychologiques subissent des troubles tels que:

  • Perte d’appétit
  • Manque de contrôle
  • Insécurité et mépris pour ce que l’on mange

Certains facteurs peuvent mener à ces troubles de l’alimentation, tels que le sentiment de solitude, la frustration, la colère contenue ou la détresse émotionnelle. Ce sont des traits qui caractérisent souvent la douleur ressentie et qui rendent le stress émotionnel auquel la personne est soumise encore plus intense.

4. Dépression est un autre des signes que la violence psychologique laisse sur le corps

Nombreux sont les signes de violence psychologique qui se traduisent par une maladie ou des troubles mentaux :

  • Chantage
  • Jalousie incontrôlée
  • Privation de liberté et contrôle de l’argent
  • Surnoms insultants et humiliants
  • Contrôle total des relations sociales
  • Invasion de la vie privée
  • Cris, disqualifications et dénigrements
  • Contrôle des vêtements
  • Relations sexuelles non consensuelles
  • Dominance et soumission

Ces crises amène la victime à présenter certains des symptômes typiques de la dépression . Si ceux-ci se maintiennent pendant une longue période, la détérioration de l’estime de soi chez la victime peut être dévastatrice et conduire à des troubles de l’humeur importants.

En effet, même sans montrer de signes physiques, elle tombe dans un état de désolation si profond dans lequel il est même possible d’envisager le suicide comme seul moyen de s’échapper.

De plus, le facteur aggravant est que, la plupart du temps, l’agresseur est habituellement au sein du couple ou un proche de la famille.

la violence psychologique

Que faire, alors, face aux signes que la violence psychologique laisse derrière elle?

Les signes que la violence psychologique laisse peuvent ne pas être évidents à l’œil nu. Mais si vous y prêtez un peu d’attention, vous pouvez voir qu’ils sont là et qu’ils affectent la qualité de vie de la personne.

Par conséquent, si vous détectez que vous êtes dans une situation de ce type et identifiez certains signes comme ceux dont nous avons discuté, demander de l’aide est une priorité.


Cela pourrait vous intéresser ...
8 signes que votre relation de couple peut encore être sauvée
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
8 signes que votre relation de couple peut encore être sauvée

Quand votre relation de couple commence à se fissurer, la chose la plus simple à considérer est d'y mettre fin. Même si ce n'est pas toujours ce qu...



  • Coker, A. L., Davis, K. E., Arias, I., Desai, S., Sanderson, M., Brandt, H. M., & Smith, P. H. (2002). Physical and mental health effects of intimate partner violence for men and women. American Journal of Preventive Medicine, 23(4), 260–268. https://doi.org/10.1016/s0749-3797(02)00514-7
  • Dokkedahl, S., Kok, R. N., Murphy, S., Kristensen, T. R., Bech-Hansen, D., & Elklit, A. (2019). The psychological subtype of intimate partner violence and its effect on mental health: protocol for a systematic review and meta-analysis. Systematic Reviews8(1), 198. https://doi.org/10.1186/s13643-019-1118-1
  • Kimber, M., McTavish, J. R., Couturier, J., Boven, A., Gill, S., Dimitropoulos, G., & MacMillan, H. L. (2017). Consequences of child emotional abuse, emotional neglect and exposure to intimate partner violence for eating disorders: a systematic critical review. BMC Psychology, 5(1), 33. https://doi.org/10.1186/s40359-017-0202-3
  • Koo, D. L., Nam, H., Thomas, R. J., & Yun, C. H. (2018). Sleep Disturbances as a Risk Factor for Stroke. Journal of Stroke20(1), 12–32. https://doi.org/10.5853/jos.2017.02887
  • Mwakanyamale, A. A., & Yizhen, Y. (2019). Psychological maltreatment and its relationship with self-esteem and psychological stress among adolescents in Tanzania: a community based, cross-sectional study. BMC Psychiatry19(1), 176. https://doi.org/10.1186/s12888-019-2139-y
  • Rantala, M. J., Luoto, S., Krama, T., & Krams, I. (2019). Eating Disorders: An Evolutionary Psychoneuroimmunological Approach. Frontiers in Psychology, 10, 2200. https://doi.org/10.3389/fpsyg.2019.02200
  • Rivera, P. M., Fincham, F. D., & Bray, B. C. (2018). Latent Classes of Maltreatment: A Systematic Review and Critique. Child Maltreatment23(1), 3–24. https://doi.org/10.1177/1077559517728125
  • Simmons, J., Wijma, B., & Swahnberg, K. (2015). Lifetime co-occurrence of violence victimisation and symptoms of psychological ill health: a cross-sectional study of Swedish male and female clinical and population samples. BMC Public Health15, 979. https://doi.org/10.1186/s12889-015-2311-3
  • Wassing, R., Benjamins, J. S., Dekker, K., Moens, S., Spiegelhalder, K., Feige, B., Riemann, D., van der Sluis, S., Van Der Werf, Y. D., Talamini, L. M., Walker, M. P., Schalkwijk, F., & Van Someren, E. J. (2016). Slow dissolving of emotional distress contributes to hyperarousal. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America113(9), 2538–2543. https://doi.org/10.1073/pnas.1522520113
  • Wilkins, N., Myers, L., Kuehl, T., Bauman, A., & Hertz, M. (2018). Connecting the Dots: State Health Department Approaches to Addressing Shared Risk and Protective Factors Across Multiple Forms of Violence. Journal of Public Health Management and Practice, 24, S32–S41. https://doi.org/10.1097/phh.0000000000000669; texto completo