Les marques de la violence psychologique sur le corps

20 février 2019
En dépit de ne pas présenter de signes physiques qui prouvent l'abus, la violence psychologique peut avoir une portée importante dans notre vie que nous devons connaitre pour éviter de tomber dans cette situation.

La violence est un type d’interaction sociale ou personnelle dans laquelle il existe une intention claire de causer un préjudice à l’autre partie. Il existe plusieurs types et degrés de violence. Et ils peuvent être si subtils au point de passer inaperçus. La violence psychologique, même si elle n’est pas physique, laisse également des signaux sur le corps.

Découvrez donc, ci-après, les effets de la violence psychologique sur notre corps. Comment elle peut affecter notre qualité de vie. Quels sont les moyens de prévenir cet abus s’il est malheureusement prolongé. Ce fléau social fait que la souffrance psychologique de ces personnes entraîne de graves problèmes de santé à long terme.

Qu’est-ce que la violence psychologique ?

La violence psychologique est un type d’abus verbal (non physique) fondé sur l’humiliation, la disqualification,  les insultes, l’isolement ou l’intimidation.

L’absence de preuves physiques, telles que des bosses, des égratignures ou des ecchymoses, la rend parfois difficile à prouver. I s’agit en effet de la parole de l’un contre l’autre.

C’est un type d’abus dans lequel il s’agit de soumettre la personne et de la maîtriser par une pression constante. Cela passe par des cris ou des humiliations discriminatoires à l’égard de la dignité de la victime.la violence psychologique

Signes laissés sur le corps

1. Troubles du sommeil

L’abus psychologique entraîne généralement des troubles du sommeil. Les fortes doses de pression et de violence verbale provoquent des états psychologiques d‘anxiété, de stress et d’insomnie. Recevoir différents types d’humiliations peut en effet provoquer des troubles nerveux et cardiaques.

La peur de l’agresseur génère une insomnie qui affaiblit encore plus la victime. Elle ajoute également une moindre résistance à l’abus de pouvoir. En effet, sans heures de sommeil suffisantes, le corps s’affaiblit et est plus enclin à tomber malade.

Lisez également : 6 conseils qui vous aideront à bien dormir après une journée de travail

2. Troubles de l’alimentation

En général, les victimes de violence psychologique souffrent de troubles de l’alimentation. En réduisant son estime de soi, la personne pense qu’elle ne mérite rien, que tout est de sa faute. Cette déformation de la réalité produit donc :

  • Perte d’appétit
  • Manque de contrôle
  • Insécurité et mépris pour ce que l’on mange

Un trouble de l’alimentation est une maladie caractérisée par une distorsion de l’image corporelle. Certains facteurs peuvent mener à ces troubles de l’alimentation, tels que le sentiment de solitude, la frustration, la colère contenue ou la détresse émotionnelle.

  • Chez les victimes de violence psychologique, il est également très fréquent de voir apparaître une gastrite (douleurs abdominales aiguës, brûlures d’estomac).

3. Hypertension

La pression est également un signe de la violence psychologique sur le corps. Le fait de vivre dans un état d’alerte continu pour protéger sa vie fait en effet augmenter la tension artérielle. L’esprit envoie des signaux au corps pour lutter contre un risque ou un danger et, par conséquent, le corps augmente le pompage du sang.

Lisez également : Comment le yoga peut-il aider à contrôler l’hypertension artérielle ?

Les personnes qui se trouvent dans des situations difficiles ou dans lesquelles leur vie est exposée à une menace constante ont en effet tendance à développer de l’hypertension. En bref, c’est une stratégie de défense du corps étroitement associée à des personnes qui souffrent de violence psychologique.

4. Dépression

La violence psychologique fait entrer la victime dans un état de dépression et d’angoisse totale. Nombreux sont les signes de violence psychologique qui se traduisent par une maladie ou des troubles mentaux :

  • Chantage
  • Jalousie incontrôlée
  • Privation de liberté et contrôle de l’argent
  • Surnoms insultants et humiliants
  • Contrôle total des relations sociales
  • Invasion de la vie privée
  • Cris, disqualifications et dénigrements
  • Contrôle des vêtements
  • Relations sexuelles non consensuelles
  • Dominance et soumission

Pour autant, il n’est pas étrange que la victime, même sans présenter de symptômes de violence physique, tombe ensuite dans un état de désolation. Même au point de devenir suicidaire ou également de ne plus se soucier de ce qui se passe dans sa vie.

De plus, le facteur aggravant est que, la plupart du temps, l’agresseur est habituellement au sein du couple ou un proche de la famille.la violence psychologique

Conseils pour prévenir la violence psychologique

Gardez ces conseils à l’esprit pour éviter d’être victime de violence psychologique :

  • Quelqu’un qui vous aime ne doit pas vous faire pleurer
  • Il ne faut pas accepter ou normaliser les cris et les manifestations de colère
  • Ne permettez jamais les insultes, la disqualification ou le mépris
  • Votre opinion vaut autant que la sienne
  • Personne ne possède une autre personne
  • Ne justifiez pas ou ne défendez également pas un comportement violent
  • Vous ne pouvez pas toujours pardonner
  • Si vous avez peur de votre partenaire, ce n’est pas de l’amour

Si c’est votre cas, réfléchissez, armez-vous de courage et demandez ensuite de l’aide.


  • Bernon, J., Hirigoyen, M.-F., & Mahieu, L. (2015). La violence psychologique au travail. Humanisme et Entreprise. https://doi.org/10.3917/hume.296.0001
  • Gagn+a, M., Melan+§on, C., Pouliot-Lapointe, J., Lavoie, F., & Roy, M. (2010). Violence psychologique des parents rapport+ae par des jeunes + un service d’aide anonyme. Canadian Journal of Community Mental Health.
  • Barudy, J. (2007). La violence individuelle comme organisatrice de la subjectivité individuelle , familiale et sociale : l ’ approche systémique de la maltraitance d ’ enfants. Yapaka.Be.
  • Lindsay, J., & Clément, M. (2012). La violence psychologique : sa définition et sa représentation selon le sexe. Recherches Féministes. https://doi.org/10.7202/058008ar