Les symptômes du trouble neurocognitif majeur

6 octobre 2019
Les troubles neurocognitifs, en tant que concept générique, affectent souvent la mémoire, la perception ou la résolution de problèmes. Il n'existe aucun remède contre cette maladie, mais les symptômes peuvent être traités.

Le trouble neurocognitif majeur est une maladie dans laquelle les fonctions cérébrales supérieures sont affectées à la suite d’un dommage neuronal. Avec le temps, le patient verra son autonomie affectée, même dans les activités les plus quotidiennes.

Les troubles neurocognitifs, en tant que concept générique, affectent souvent la mémoire, la perception ou la résolution de problèmes. C’est-à-dire, ce qu’on appelle les fonctions neurocognitives.

Les troubles neurocognitifs les plus directs sont l’amnésie, la démence et le délire. Le trouble neurocognitif majeur, en particulier, touche les personnes âgées, généralement de plus de 60 ans. Selon les données de l’Organisation mondiale de la santé, il y a environ 4,7 millions de cas dans le monde.

Aujourd’hui, alors que l’espérance de vie augmente et que la population vieillit, les troubles neurocognitifs majeurs sont devenus comme un problème mondial. Il n’existe aucun remède contre cette maladie, mais les symptômes peuvent se traiter.

Trouble neurocognitif majeur

Symptômes et étapes

Les symptômes du trouble neurocognitif majeur

Les principaux symptômes du trouble neurocognitif majeur se manifestent par des affections dans différents domaines de la fonction mentale. Le patient vit un processus dégénératif dans son autonomie et sa capacité à réaliser des activités. Voici les principaux :

  • Comportement émotionnel ou personnalité du patient
  • Langage et perception
  • Mémoire, pensée ou jugement

En outre, il existe un certain nombre de symptômes liés au trouble dont le patient peut souffrir. Il s’agit d’hallucinations, de dépression, d’agressivité ou de délires. Dans le processus évolutif du trouble neurocognitif majeur, on peut distinguer 3 stades, que nous décrivons ci-dessous.

Vous pourriez aussi être intéressé par : Comment détecter un début d’Alzheimer ?

Stade précoce de la maladie

Les premiers symptômes consistent en des manifestations légères et graduelles. Le patient éprouve surtout des oublis peu fréquents et des épisodes de désorientation dans le temps ou dans l’espace.

Stade intermédiaire d’un trouble neurocognitif majeur

Au fur et à mesure que la maladie se développe, les manifestations deviendront plus évidentes. Le patient commence à avoir besoin d’aide même pour des activités normales comme la toilette, les courses ou le paiement des factures.

De plus, les pertes de mémoire deviennent plus graves et plus fréquentes. Les patients peuvent devenir désorientés dans leur propre maison avec de légers épisodes d’amnésie. Ils peuvent également rencontrer des difficultés de communication.

Stade avancé d’un trouble neurocognitif majeur

Au stade plus avancé du trouble neurocognitif majeur, à mesure qu’il s’aggrave, le patient éprouve de plus en plus de difficultés à réaliser ses activités. Il peut même avoir un comportement agressif. En fin de compte, la dépendance et l’inactivité totales peuvent donc survenir.

Maladie d’Alzheimer, une forme du trouble neurocognitif majeur

Une patiente atteinte du trouble neurocognitif majeur

La maladie d’Alzheimer est la forme la plus courante de la démence. En fait, cette maladie apparaît dans 60 à 80% des cas où le trouble neurocognitif majeur est diagnostiqué.

À l’heure actuelle, il n’existe pas de traitement pour guérir la maladie d’Alzheimer, tout comme il n’existe pas de traitement contre les troubles neurocognitifs majeurs.

Par contre, il existe un certain nombre de traitements qui se concentrent sur les symptômes et améliorent la qualité de vie du patient. En outre, ils permettent de ralentir le développement de la maladie. Aujourd’hui, la maladie d’Alzheimer est l’une des priorités de la recherche biomédicale.

Lisez aussi : Les types de démences qui ne sont pas Alzheimer

Traitement du trouble neurocognitif majeur

Il ne faut pas oublier  que le trouble neurocognitif majeur, à ce jour, est incurable. Le développement progressif de la maladie est donc inévitable. Le traitement est plutôt axé sur l’amélioration de la qualité de vie du patient.

Tout d’abord, il faut souligner l’importance du travail d’équipe des infirmiers, des médecins et des travailleurs sociaux, car il s’agit d’un trouble multi-factoriel.

Dans le traitement de ce trouble, le rôle de l’aidant principal est fondamental. En effet, car c’est l’aidant qui contrôle l’évolution de la maladie. Il est très important d’éviter les complications, l’observance du traitement ou les effets secondaires des médicaments.

Le soutien de la famille sera essentiel pour que le patient soit toujours accompagné. De plus, les ergothérapies et les réseaux de soutien peuvent être d’un grand secours pour le patient.

Dans de nombreux cas, il est intéressant de prévenir certaines causes secondaires de la maladie comme l’hypertension, le cholestérol ou l’obésité. L’idée est d’agir contre les facteurs de risque qui peuvent les prédisposer.

Il existe un certain nombre de traitements utilisés pour certains symptômes qui peuvent être associés à une déficience cognitive majeure.

Ces symptômes sont entre autres les suivants : hallucinations, délires, dépression ou agressivité. Les médicaments utilisés dans ces cas sont des anti-psychotiques, des antidépresseurs et des anti-convulsifs.