Leucorrhée physiologique, en quoi consiste-t-elle ?

La leucorrhée physiologique peut s'aggraver avec l'utilisation de tampons ou avec une hygiène excessive de la zone. Comment la réduire ? Quand s'inquiéter ? Trouvez toutes les réponses à vos questions !
Leucorrhée physiologique, en quoi consiste-t-elle ?

Dernière mise à jour : 28 décembre, 2020

La leucorrhée physiologique est une situation très courante chez les femmes. Elle consiste essentiellement en une augmentation des pertes vaginales. Cependant, bien que cela puisse être très inconfortable, elle n’est généralement pas causée par un problème de santé.

Il est pratique de distinguer la leucorrhée physiologique de la leucorrhée pathologique, car elle peut parfois être due à une infection ou à un objet à l’intérieur du vagin. Normalement, la leucorrhée physiologique survient juste avant la menstruation.

Le flux peut être très important. Dans certains cas, la vulve peut s’irriter ou la femme peut se sentir gênée. Par conséquent, dans cet article, nous vous expliquons en quoi consiste la leucorrhée physiologique et comment y remédier.

Que sont les pertes vaginales ?

Le flux vaginal chez une femme.
Dans des conditions normales, les pertes vaginales sont de couleur blanchâtre ou transparente ; cependant, lorsqu’il y a des infections, leur couleur et leur odeur varient.

Les pertes vaginales sont un liquide sécrété dans le système reproducteur féminin, en particulier les parois du vagin. Leurs fonctions sont très diverses, comme agir comme lubrifiant pour rendre possible les rapports sexuels et la grossesse.

Le débit varie en permanence au cours du cycle menstruel en fonction de l’activité hormonale. Dans des conditions normales, il est transparent ou blanchâtre. Cependant, il y a des moments où ces sécrétions peuvent varier considérablement.

Lorsque les pertes vaginales changent de couleur (jaunâtre ou légèrement vert), d’odeur ou de consistance, cela peut être dû à un problème, comme une infection. La même chose se produit lorsque les quantités augmentent ou diminuent trop fortement.

Par conséquent, il est nécessaire de prêter attention à votre flux et à ses caractéristiques. Tout changement peut être le signe d’une infection et peut même être une maladie sexuellement transmissible. Si vous avez des questions, vous devriez consulter un gynécologue.

Qu’est-ce que la leucorrhée physiologique ?

Le terme leucorrhée fait référence à une augmentation de la quantité de pertes vaginales sécrétées. Comme nous l’avons déjà mentionné, cela peut être dû à une infection ou à un problème de santé. Cependant, cela peut aussi être une condition normale.

La leucorrhée physiologique est donc une augmentation des pertes vaginales qui n’est due à aucune pathologie ni à aucun problème de santé. Dans ce cas, le flux est généralement clair ou légèrement blanc. De plus, l’odeur est généralement normale.

Le problème est que la leucorrhée physiologique peut inquiéter les femmes. Il peut même être très inconfortable en raison de son abondance ou parce que, dans certains cas, il irrite la vulve de la femme.

On ne sait pas très bien quelle est la cause de cette situation. On pense que les changements hormonaux pendant le cycle menstruel sont la principale raison pour laquelle le flux augmente tellement.

D’autre part, elle a été liée au stress ou à un excès d’hygiène dans la zone. De même, elle pourrait avoir un rapport avec l’excitation sexuelle et la grossesse. Mais en réalité, cela peut se produire même chez les bébés ou les filles.

Cet article pourrait aussi vous intéresser : Astuces pour gérer le stress pendant la grossesse

Que peut-on faire contre la leucorrhée physiologique ?

Hygiène intime chez une femme.
Le maintien d’une bonne hygiène intime aidera à réduire l’inconfort causé par la leucorrhée physiologique.

L’essentiel est que vous vous rendiez chez votre médecin généraliste ou votre gynécologue. Face à la leucorrhée, il est nécessaire d’exclure que la cause soit une infection ou la présence d’un corps étranger dans votre vagin.

Pour ce faire, le médecin prélèvera un échantillon de vos pertes vaginales. C’est un test simple et indolore. Vous ne devriez pas avoir honte ou peur en allant chez le gynécologue. Une fois l’échantillon prélevé, il est envoyé dans un laboratoire.

Là, ils effectueront une culture pour exclure la présence de bactéries pathologiques dans votre vagin. Ce test peut donner de faux négatifs, mais il est facile à répéter, et d’autres symptômes sont souvent pris en compte. S’il n’y a pas de mauvaise odeur ou autre inconfort, il s’agit généralement d’une leucorrhée physiologique.

Une fois établi qu’il s’agit d’une leucorrhée physiologique et qu’il n’y a pas de maladie, vous pouvez suivre un certain nombre de mesures simples pour réduire votre inconfort :

  • Essayez de maintenir une bonne hygiène. Cela ne veut pas dire qu’elle doit être excessive, bien au contraire. Il est préférable que vous laviez votre zone intime uniquement avec de l’eau.
  • De plus, vous devez bien sécher la zone. Attention, vous devez le faire doucement pour ne pas augmenter l’irritation.
  • Portez des sous-vêtements en coton qui ne sont pas trop serrés.
  • Si vous avez vos règles, choisissez bien la protection que vous utilisez . L’utilisation de tampons peut favoriser l’infection et les protège-slips peuvent irriter la zone.

En conclusion

La leucorrhée physiologique fait référence à une augmentation des pertes vaginales sans cause pathologique. Si vous constatez des changements dans votre flux, l’idéal est que vous vous rendiez chez le médecin le plus tôt possible pour écarter toute éventuelle maladie et établir les mesures nécessaires.

Cela pourrait vous intéresser ...
Sécrétions vaginales pendant la grossesse : causes et traitements
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Sécrétions vaginales pendant la grossesse : causes et traitements

Pendant la grossesse, les changements au niveau des sécrétions vaginales peuvent susciter des inquiétudes. Sachez-en plus ici.



  • Instituto Superior de Ciencias Médicas (Villa Clara, C., & Pestana Pérez, N. (1997). Revista Medicentro electrónica. Medicentro Electrónica (Vol. 21). Instituto Superior de Ciencias Médicas de VC. Retrieved from http://scielo.sld.cu/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1029-30432017000200007
  • Spence D, Melville C. Vaginal discharge. BMJ. 2007;335(7630):1147–1151. doi:10.1136/bmj.39378.633287.80
  • López–Olmos, J. (2012). Leucorreas líquidas y cremosas: diferencias clínicas y microbiológicas (estudio prospectivo de 1 año). Clínica e Investigación En Ginecología y Obstetricia, 39(2), 57–63. https://doi.org/10.1016/j.gine.2011.11.005
  • McCathie, R. (2006). Vaginal discharge: common causes and management. Current Obstetrics and Gynaecology16(4), 211–217. https://doi.org/10.1016/j.curobgyn.2006.05.004