Maltodrexine : quelle est son utilité ?

24 septembre 2020
Savez-vous à quoi correspond la maltodrexine ? Connaissez-vous ses conséquences sur la santé ? Nous répondons à ces questions dans cet article et vous proposons des alternatives à ce produit.

La maltodrexine est un glucide que l’on trouve couramment dans les compléments sportifs et les produits transformés. Cette substance appartient au groupe des sucres à indice glycémique élevé et peut parfois avoir une fonction épaississante.

Il s’agit d’un ingrédient commun dans les aliments industriels. C’est pourquoi, il est intéressant de connaître son implication dans l’organisme humain et savoir si sa consommation est sûre pour la santé. Dans cet article, nous vous présentons donc tous les détails nécessaires pour connaître la maltodrexine la prochaine fois que vous la rencontrerez sur un emballage alimentaire.

A quoi sert la maltodrexine ?

Les fonctions de la maltodrexine peuvent être variées en fonction du produit dans lequel elle se trouve. Dans les produits transformés, elle fonctionne comme épaississant. L’ajout de cet ingrédient est capable d’améliorer les caractéristiques organoleptiques de nombreux aliments.

Ce sucre se trouve également très fréquemment dans les boissons sportives. L’objectif principal étant de retarder l’apparition de la fatigue. La consommation de maltodrexine pendant la pratique d’un exercice physique est capable de stimuler la resynthèse de glycogène. Ce sont les données d’une recherche publiée dans Journal of Strenght and Conditioning Research.

Le maintien de niveaux adéquats de ces réserves de nutriments réduit la fatigue et améliore les performances. En effet, le glycogène est une sorte de réserve de glucose dont le foie peut disposer lorsqu’il a besoin d’augmenter sa production d’énergie.

Cuillère de sucre.

“La maltodrexine est un type de sucre, par conséquent, elle appartient au groupe des glucides.”

Comment obtient-on de la maltodrexine ?

En général, la maltodrexine se présente comme une poudre blanche et soluble qui peut être préparée à partir de divers aliments. Il s’agit notamment du riz, du maïs et du blé.

Pour obtenir cet ingrédient, il est nécessaire de soumettre les aliments mentionnés à un processus industriel qui altère leurs propriétés nutritionnelles. Les amidons sont cuits à haute température, puis des enzymes sont ajoutées afin d’accélérer leur décomposition. Enfin, un processus d’hydrolyse est effectué, à partir duquel on obtient la maltodrexine.

Le produit final présente un apport énergétique de 4 kilocalories par gramme, le même que celui de tout autre glucide. Cependant, ce qui différencie certains sucres des autres est leur indice glycémique (IG), connu comme la capacité du nutriment à augmenter les taux de glucose dans le sang.

En ce sens, la maltodrexine présente un IG supérieur à celui du sucre de table. Elle génère donc un stress pancréatique élevé après sa consommation. Un usage continu entraîne à la longue un épuisement de l’organe ainsi que des problèmes en lien avec l’insuline.

Découvrez également : Indice glycémique : de quoi s’agit-il ?

La maltodrexine est-elle sûre pour la santé ?

Bien que la maltodrexine soit considérée comme sûre par la Food and Drug Administration (FDA), son effet sur les personnes sédentaires est controversé. Il existe effectivement suffisamment de preuves scientifiques pour affirmer qu’une ingestion excessive de glucides augmente le risque de développer des pathologies métaboliques.

Par ailleurs, certaines recherches publiées dans Nutrients ont pu établir un lien entre la consommation de maltodrexine et autres additifs alimentaires et l’altération du microbiote intestinal. Ce phénomène augmente l’inflammation systémique de l’organisme et, avec elle, l’incidence de pathologies complexes et chroniques.

Toutefois, dans le cas des sportifs, la question change. En effet, un apport régulier de glucides est recommandé pour assurer la reconstitution des nutriments perdus pendant l’exercice. Cette pratique réduit l’incidence des lésions musculaires.

L’un des objectifs de la nutrition sportive est la restauration des réserves de glycogène. Pour cela, l’administration de glucides est nécessaire, selon une étude publiée également dans la revue Nutrients.

Contre-indications

Les personnes diabétiques ou souffrant de problèmes métaboliques doivent éviter d’ingérer ce type de sucre à indice glycémique élevé. Sinon leur santé peut être affectée. En effet, ces patients réagissent mieux à une alimentation pauvre en glucides qu’à la consommation de ce type de sucres -même de façon contrôlée- selon les experts.

Il n’est pas non plus recommandé aux personnes souffrant de dysbiose intestinale de consommer régulièrement des additifs tels que la maltodrexine. Son pouvoir d’altérer le microbiote, ou de favoriser la surcroissance bactérienne dans la zone proche de l’intestin grêle, conduit à des états pathologiques.

Lisez aussi : Les additifs alimentaires : comment agissent-ils sur notre organisme ?

Les alternatives

Une femme sportive qui s'hydrate.

“Les boissons sportives contiennent généralement de la maltodrexine afin d’augmenter la disponibilité énergétique des athlètes.”

L’industrie alimentaire utilise souvent des produits alternatifs à la maltodrexine, dans l’objectif de garantir quelques caractéristiques organoleptiques adéquates dans les aliments. Les plus courants sont le sucre, le miel et la mélasse.

Cela ne veut pas dire que les alternatives sont plus saines que la maltodrexine car leur consommation régulière est également déconseillée. Il est largement préférable de réguler et de réduire l’apport en glucides dans le but d’améliorer la santé. Cette prémisse est en tout cas utile pour les personnes sédentaires.

Chez les sportifs, la question est différente. En effet, les sucres constituent le principal substrat pour la production d’énergie. Quoi qu’il en soit, un certain contrôle est également nécessaire afin d’être sûr que les effets ne deviennent pas nocifs.

La maltodrexine, un additif courant

Comme nous venons de le détailler, la maltodrexine remplit un certain nombre de fonctions au sein de l’industrie alimentaire. Mais dans l’ensemble, elle n’est pas bénéfique pour la santé, bien au contraire. 

Il n’est peut-être pas nécessaire de restreindre complètement sa consommation. Toutefois, il est important de connaître les produits qui contiennent cet ingrédient afin de ne pas les ingérer trop souvent. Pour détecter la présence de maltodrexine, il suffit de lire les étiquettes des emballages alimentaires.

Cependant, si vous êtes un sportif, vous pouvez bénéficier de ce glucide s’il est ajouté à vos boissons énergétiques. Enfin, au moindre doute, consulter un professionnel de la nutrition.

  • Wilson PB., Does carbohydrate intake during endurance running improve performance? A critical review. J Strength Cond Res, 2016. 30: 3539-3559.
  • Lee YJ., Song S., Song Y., High carbohydrate diets and food patterns and their associations with metabolic disease in the korean population. Yonsei Med J, 2018. 59 (7): 834-842.
  • Alghannam AF., Gonzalez JT., Betts JA., Restoration of muscle glycogen and functional capacity role of post exercise carbohydrate and protein co ingestion. Nutrients, 2018.
  • Laudisi F., Stolfi C., Monteleone G., Impact of food additives on gut homeostasis. Nutrients, 2019.
  • Westman EC., Tondt J., Maguire E., Yancy WS., Implementing a low carbohydrate, ketogenic diet to manage type 2 diabetes mellitus. Expert Rev Endocrinol Metab, 2018. 13 (5): 263-272.
  • Ortega, Ana Baquero. ALIMENTOS ULTRAPROCESADOS Y SU IMPACTO EN LA DIETA ACTUAL. Diss. UNIVERSIDAD COMPLUTENSE DE MADRID, 2018.
  • Urdampilleta, A., et al. “Protocolo de hidratación antes, durante y después de la actividad físico-deportiva.” Motricidad. European Journal of Human Movement 31 (2013): 57-76.
  • Soca, Pedro Enrique Miguel. “El síndrome metabólico: un alto riesgo para individuos sedentarios.” Revista Cubana de Información en Ciencias de la Salud (ACIMED) 20.2 (2009): 1-8.
  • Martinez-Sanz, J. M., and A. Urdampilleta. “Necesidades nutricionales y planificación dietética en deportes de fuerza.” Motricidad. European Journal of Human Movement 29 (2012): 95-114.