Métabolisme hépatique : antibiotiques et alcool

6 décembre 2019
L'alcool et les antibiotiques sont des substances toxiques qui sont éliminées par le métabolisme hépatique. La combinaison des deux substances peut compromettre le bon fonctionnement de cet organe.

Avez-vous déjà entendu dire que vous ne devriez pas boire d’alcool lorsque vous prenez des médicaments ? Les précautions sont d’autant plus extrêmes lorsque ces médicaments sont des antibiotiques. La raison pour laquelle le mélange d’alcool et d’antibiotiques est nocif pour la santé réside dans le métabolisme hépatique, un processus qui a lieu dans le foie. Cependant, afin d’expliquer ce processus, il est important de clarifier certains concepts.

Métabolisme hépatique : qu’est-ce qu’un antibiotique ?

L'effet des antibiotiques sur le métabolisme hépatique

Un antibiotique est une substance chimique produite par un être vivant ou un dérivé synthétique qui tue ou empêche la croissance de certaines classes de micro-organismes sensibles. Ce sont des médicaments auxquels on a recours dans le cadre du traitement des infections bactériennes, d’où leur nom d’antibactériens.

Les antibiotiques aident généralement les défenses d’un individu jusqu’à ce que les réponses locales soient suffisantes pour contrôler l’infection. Un antibiotique est bactériostatique s’il empêche la croissance des bactéries, et bactéricide s’il les détruit, et peut également générer les deux effets, selon les cas.

Métabolisme hépatique : qu’est-ce que l’alcool ?

L’alcool est un dépresseur du système nerveux central qui inhibe progressivement les fonctions cérébrales. Il se caractérise par l’apparition de symptômes d’intoxication qui affectent l’activité cérébrale, génèrent un manque de coordination motrice et produisent des changements de comportement.

La consommation régulière et prolongée de cette substance provoque l’inflammation et la destruction des cellules hépatiques (cellules du foie). Il en résulte une cirrhose.

Découvrez : Comment éviter le foie gras en consommant 5 boissons saines

Quelle est la fonction du foie ? Le métabolisme hépatique

Le foie est un organe essentiel qui remplit de multiples fonctions pour l’organisme.

Qu'est-ce que le métabolisme hépatique ?

Le foie est l’un des organes les plus importants de notre corps. Ceci est principalement dû au grand nombre de fonctions importantes qu’il remplit tout au long de la journée.

Parmi les fonctions auxquelles il participe, on peut mentionner son rôle dans le métabolisme, le contrôle des protéines sanguines et la distribution de certains nutriments tels que le fer, la régulation du cholestérol et des triglycérides et l’élimination des toxines.

L’une des principales fonctions du foie est de filtrer les matières toxiques de l’organisme. Comme les antibiotiques et l’alcool sont toxiques, c’est dans le foie que leur métabolisme a lieu.

Lorsqu’il y a accumulation de cette matière toxique, on parlera d’hépatite toxique. Afin de déterminer si le métabolisme hépatique fonctionne correctement, nous pouvons avoir recours aux tests de la fonction hépatique. Ces tests sont des tests analytiques utilisés pour évaluer l’activité du foie.

Tests de la fonction hépatique

Les tests de la fonction hépatique, pour déterminer la fonction hépatique, mesurent certaines protéines, enzymes et substances, y compris :

  • La bilirubine : il s’agit d’une substance jaune qui fait partie de la bile. Cette substance se forme lorsque les globules rouges se décomposent. Les tests détectent la bilirubine dans l’urine et le sang ; dans le cas de la bilirubine dans le sang, un excès de bilirubine peut causer une jaunisse
  • Les aminotransférases : des enzymes qui reflètent l’intégrité de l’hépatocyte. De cette façon, ils augmentent la nécrose hépatocellulaire, c’est-à-dire lorsque les cellules hépatiques meurent
  • Le phosphate alcalin (Fa) : le marqueur  le plus sensible de la cholestase, bien qu’il ne soit pas spécifique à une seule maladie

Lisez aussi : Les risques des antibiotiques

Hépatite toxique

 

L’hépatite toxique est un terme qui désigne l’inflammation du foie. Les causes de cette inflammation peuvent être très diverses, les plus fréquentes étant les causes infectieuses. Cependant, il y a aussi d’autres causes telles qu’une réaction anormale à la consommation d’un médicament ou l’exposition à des substances toxiques de la nature.

Outre les causes susmentionnées, l’hépatite toxique peut également être causée par le mélange d’antibiotiques avec de l’alcool. Ceci s’explique par le fait que ce sont deux substances toxiques et que lorsqu’elles sont combinées, elles interagissent. Lorsque cela se produit, nous pouvons distinguer deux mécanismes :

  • Toxicité directe ou intrinsèque : l’alcool et les antibiotiques sont tous deux toxiques et métabolisés dans le foie. Ainsi, si le métabolisme hépatique est surchargé, il ne sera pas en mesure de gérer la demande de travail et un hépatite en résultera
  • Toxicité idiosyncrasique : certains antibiotiques interagissent avec l’alcool et s’inactivent. Ils cessent alors de fonctionner et ne remplissent plus leur fonction de destruction des bactéries. Le gros problème dans ce cas-ci, c’est que la bactérie qui devait être éliminée devient résistante à l’antibiotique, de sorte qu’il sera beaucoup plus difficile de l’éliminer

Pour illustrer l’hépatite toxique idiosyncrasique, on peut mentionner l’antibiotique : amoxicilline-clavulanique. Ce médicament est actuellement la cause la plus fréquente d’hépatite toxique idiosyncrasique en Occident. Mélangé à de l’alcool, il s’inactive, ce qui rend les bactéries résistantes. Ainsi, à l’avenir, cette bactérie ne pourra pas être éliminée par l’utilisation de l’amoxicilline-clavulanique.

Le risque de résistance

Aujourd’hui, la résistance bactérienne aux antibiotiques augmente et constitue un grave problème de santé publique dans la population mondiale. Pour éviter cela, nous devons suivre correctement les directives sur les médicaments, ne pas nous automédicamenter ou prendre des antibiotiques pour traiter des maladies virales comme la grippe ou le rhume, et éviter l’utilisation d’antibiotiques avec d’autres substances comme l’alcool.

 

  • Andrade, R. J., Lucena, M. I., Fernández, M. C., Pelaez, G., Pachkoria, K., García-Ruiz, E., … & Jiménez, M. (2005). Drug-induced liver injury: an analysis of 461 incidences submitted to the Spanish registry over a 10-year period. Gastroenterology, 129(2), 512-521.
  • Bleibel, W., Kim, S., D’Silva, K., & Lemmer, E. R. (2007). Drug-induced liver injury. Digestive diseases and sciences, 52(10), 2463-2471.
  • Hussaini, S. H., & Farrington, E. A. (2007). Idiosyncratic drug-induced liver injury: an overview. Expert opinion on drug safety, 6(6), 673-684.