Métastases cérébrales : qu’est-ce que c’est et comment les traiter ?

17 octobre 2019
Les métastases cérébrales se produisent habituellement par propagation hématogène, c'est-à-dire parce que les cellules cancéreuses de la tumeur primaire passent dans le sang et atteignent le cerveau, où elles se propagent.

Les métastases cérébrales constituent la forme de tumeur cérébrale la plus fréquente. Elles représentent un véritable défi pour les médecins. Elles représentent environ 90 % de tous les cas de tumeurs cérébrales.

On estime qu’entre 10 et 40 % des patients atteints de cancer présentent des métastases cérébrales. Leur incidence est en augmentation compte tenu de la survie moyenne plus élevée des patients atteints de cancer, grâce aux traitements actuels.

Les tumeurs ont une capacité différente à se métastaser dans le cerveau et doivent avoir la capacité de pénétrer la barrière hémato-encéphalique, qui est celle qui recouvre et protège le cerveau.

La métastase est une caractéristique des cellules cancéreuses qui consiste en la capacité d’envahir les tissus près et loin de la première tumeur. En d’autres termes, les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres parties du corps et causer une autre tumeur.

L’approche clinique des métastases cérébrales est variée et dépend de la zone touchée, ainsi que des risques associés aux crises.

Causes des métastases cérébrales

Une illustration des métastases cérébrales

Les métastases cérébrales se produisent habituellement par propagation hématogène. C’est-à-dire que les cellules cancéreuses de la tumeur primaire passent dans le sang, atteignent le cerveau et se propagent.

En ce sens, il est intéressant de noter que la répartition des métastases cérébrales est proportionnelle au débit sanguin dans la région en question, avec les pourcentages suivants :

  • 80% des lésions dans le cerveau
  • 15% dans le cervelet
  • 5 % dans le tronc cérébral

La première étape pour que les cellules se répandent à travers le cerveau est pour elles d’envahir la paroi artérielle au niveau de la première tumeur primaire. De cette façon, certaines cellules cancéreuses peuvent se libérer et pénétrer dans le sang.

Ensuite, la ou les cellules qui sont passées dans le sang doivent pouvoir adhérer aux vaisseaux du cerveau au-delà de la barrière hémato-encéphalique.

La barrière hémato-encéphalique et l’absence d’un système lymphatique offrent au cerveau une protection importante contre l’entrée de nombreux médicaments et micro-organismes, mais elle peut ne pas être en mesure d’empêcher l’entrée de certaines cellules.

Découvrez : Consommer régulièrement des fruits et des légumes prévient-il le cancer ?

Comment les cellules néoplasiques traversent-elles la barrière hémato-encéphalique ?

Les mécanismes utilisés par les cellules néoplasiques pour traverser la barrière hémato-encéphalique sont l’un des motifs d’étude principaux. Cependant, au moins deux mécanismes ont déjà fait leurs preuves :

  • Para-cellulaire, c’est-à-dire le croisement entre les cellules de la barrière. Pour cela, les cellules doivent détruire les liaisons entre les cellules et doivent avoir certaines protéines et médiateurs inflammatoires.
  • Trans-cellulaire ou, en d’autres termes, provoquant la mort directe des cellules barrières.

Que se passe-t-il après avoir le franchissement de la barrière hémato-encéphalique ?

Une fois à l’intérieur du cerveau, les cellules passent dans la cerveau et de là elles sont extravasées, c’est-à-dire qu’elles partent vers les tissus.

Leur survie et leur prolifération dépendent dès lors de la capacité à maintenir un apport adéquat en oxygène et en nutriments, ce qui explique pourquoi ces cellules malignes sont maintenues très près des vaisseaux sanguins.

Lire aussi : 7 symptômes du cancer de l’ovaire que chaque femme devrait connaître

Traitements des métastases cérébrales

Une IRM du cerveau est nécessaire pour diagnostiquer les métastases cérébrales

Dans le cadre du traitement habituel, si le patient souffre d’un mal de tête, une étude d’imagerie doit être effectuée afin d’écarter la possibilité de complications nécessitant une intervention chirurgicale.

En ce qui concerne le traitement spécifique des métastases cérébrales, nous pouvons mentionner les options suivantes :

  • Résection chirurgicale : elle consiste à enlever la tumeur par de petites incisions. On la réalise par vitrectomie. Cette méthode présente une série d’avantages tels que l’élimination de l’effet de masse, l’élimination de la source de l’œdème et l’amélioration de la survie globale par rapport à la radiothérapie pancérébrale seule.
  • Radiothérapie pancérébrale : historiquement, elle a été considérée comme le traitement de choix lorsque la charge tumorale est élevée. Elle s’est également révélée utile comme adjuvant au traitement chirurgical, diminuant significativement l’incidence des récidives après résection.
  • Radiochirurgie stéréotaxique : elle consiste à donner un rayonnement focal à la tumeur. Cette technique a montré une meilleure survie et moins de récidives chez les patients présentant une lésion, ainsi qu’un meilleur contrôle local, mais pas une différence significative de survie chez ceux présentant 2 ou 3 lésions.
  • Chimiothérapie : les métastases cérébrales sont habituellement réfractaires à la chimiothérapie. Cependant, l’intégration de nouvelles alternatives thérapeutiques, telles que les agents cibles et les inhibiteurs du point de contrôle immunitaire, a intensifié la recherche dans ce domaine.

Conclusion

Les métastases cérébrales représentent environ 90 % de tous les cas de cancer du cerveau. Il est essentiel d’établir un diagnostic le plus tôt possible afin d’essayer d’arrêter la progression de la maladie.

Aujourd’hui, il existe différents traitements qui sont de plus en plus améliorés. Cependant, les métastases cérébrales sont un cancer très agressif et il y a encore beaucoup de recherche à faire dans ce domaine.

 

  • Juan Matus-Santos, * Daniel Motola-Kuba*. (2012). Importancia de la detección de metástasis cerebrales en pacientes con carcinomas en estadios avanzados. Rev Invest Med Sur Mex.
  • Noris-García, E., & Escobar-Pérez, X. (2004). Metástasis cerebrales y antígeno carcinoembrionario. Revista de Neurologia.
  • Massot-Punyet, R., Almajano, J., & Camacho, J. M. (2000). Metástasis cerebrales. In Revista de Neurologia.
  • Marín, A., Renner, A., Itriago, L., & Álvarez, M. (2017). METÁSTASIS CEREBRALES: UNA MIRADA BIOLÓGICA Y CLÍNICA. Revista Médica Clínica Las Condes. https://doi.org/10.1016/j.rmclc.2017.05.010