Méthode ROPA de procréation assistée : en quoi consiste-t-elle ?

La méthode ROPA est considérée comme l'une des techniques de procréation assistée les plus efficaces. Elle permet aux couples de femmes d'avoir un enfant qui présente leurs caractéristiques biologiques.
Méthode ROPA de procréation assistée : en quoi consiste-t-elle ?

Dernière mise à jour : 09 mai, 2022

La méthode ROPA est un traitement de procréation assistée pour les couples de femmes qui souhaitent avoir un enfant. C’est une variante de la fécondation in vitro (FIV) et c’est une procédure dans laquelle les deux femmes peuvent participer à la maternité.

Cette technique est devenue l’une des plus utilisées par les couples féminins. La méthode ROPA permet à l’une des femmes de fournir l’ovule ; l’autre sera inséminée et tombera enceinte. Les deux femmes jouent ainsi un rôle de premier plan.

En somme, la méthode ROPA permet à l’une des femmes d’être la mère biologique, puisqu’elle fournit l’ovule. L’autre est la mère porteuse, puisque c’est elle qui tombe enceinte. Le futur bébé est donc biologiquement issu des deux femmes.

Qu’est-ce que la méthode ROPA ?

12 premiers symptômes de la grossesse.
La méthode ROPA est un traitement de fécondation assistée destiné aux couples féminins.

La méthode ROPA est également connue sous le nom de “Maternité Partagée”. Le terme ROPA fait référence aux mots : Réception des Ovocytes de la Partenaire. Comme nous l’expliquions à l’instant, c’est une technique qui permet aux couples de femmes d’avoir un enfant biologique.

Ce traitement de procréation assistée s’adresse aux couples de femmes qui souhaitent avoir un enfant et qui souhaitent participer activement à ce processus. La probabilité de grossesse de ce traitement est très élevée.

Dans la méthode ROPA, l’ovule est prélevé sur l’une des femmes. Il est ensuite soumis à une fécondation in vitro avec du sperme d’un donneur anonyme. Ensuite, l’ovule fécondé est implanté chez l’autre femme qui fera l’expérience de la grossesse.

Comment fonctionne la méthode ROPA ?

Pour appliquer la méthode ROPA, une requête initiale est d’abord effectuée. Celle-ci renseigne sur la procédure et évalue si les deux femmes du couple sont aptes à la réaliser. Si tout est en ordre, le processus comprendra plusieurs phases que nous détaillons ci-dessous.

Stimulation ovarienne

Cette phase de la méthode ROPA concerne la femme qui va fournir l’ovule. La stimulation ovarienne comprend les étapes suivantes :

  • Il faut attendre le deuxième ou le troisième jour de la règle.
  • Les hormones sont injectées par voie sous-cutanée. Cela provoque la croissance simultanée de plus de follicules, de sorte que davantage d’ovocytes ou d’œufs peuvent être obtenus.
  • Des échographies de contrôle sont effectuées périodiquement, généralement toutes les 48 heures.
  • Des tests sanguins sont effectués pour mesurer les niveaux d’hormones de la femme. Cela est facultatif.
  • Une fois le moment idéal identifié, un nouveau médicament est injecté pour induire l’ovulation.
  • Une ponction folliculaire est réalisée pour récupérer les ovules entre 34 et 36 heures après l’ovulation et sous sédation.

Préparation du receveur 

Simultanément à la phase précédente, la préparation de l’endomètre a lieu chez la femme qui va recevoir l’embryon. L’objectif est qu’il soit dans des conditions optimales pour que l’embryon puisse s’implanter sans problème. Pour mener à bien cette phase de la méthode ROPA, les étapes suivantes doivent être suivies :

  • Traitement hormonal avec des oestrogènes par voie orale ou transdermique, le but étant que l’endomètre s’épaississe.
  • Mesure périodique de l’endomètre par échographie vaginale.
  • Administration supplémentaire d’œstrogènes et de progestérone ; cela a lieu le même jour que la ponction folliculaire. Les chances d’implantation augmentent ainsi.

Fertilisation

Les ovocytes obtenus par ponction folliculaire sont examinés : il faut vérifier s’ils sont matures Ils sont ensuite fécondés avec le sperme du donneur. Pendant les deux à cinq jours suivants, il faut suivre l’évolution des embryons.



Transfert d’embryon

C’est la dernière phase de la méthode ROPA. Elle conduit à une grossesse effective. Les étapes sont les suivantes :

  • Sélection du meilleur embryon. Idéalement, choisissez-en un qui est au stade de blastocyste. Cela augmente les chances de réussite de l’implantation et réduit le risque de grossesse gémellaire.
  • Congélation d’autres embryons de bonne qualité. S’il existe d’autres embryons appropriés, ceux-ci sont congelés. Ils seront utilisés en cas d’échec de la première tentative ou pour les grossesses suivantes.
  • Transfert d’embryons. C’est une procédure indolore et rapide. Les embryons sont déposés dans l’utérus par une canule. Le processus est surveillé par ultrasons pour assurer un placement optimal.
  • Prise de sang. Entre 15 et 20 jours après le transfert, une analyse de sang est effectuée pour vérifier les niveaux de bêta-hCG. Cela permet de confirmer s’il y a grossesse.

Indications et efficacité

La méthode ROPA est indiquée pour les couples homosexuels féminins qui souhaitent vivre une maternité partagée et active. Ce choix peut être dû à la fois à une préférence du couple et à une condition médicale d’une des femmes.

Ces conditions médicales, qui limitent l’utilisation d’autres méthodes, peuvent être les suivantes :

  • Faible qualité des ovocytes
  • Absence d’ovocytes
  • Dysfonctionnement ovarien sévère ou absence de fonction ovarienne
  • Anomalies génétiques ou chromosomiques
  • Échec dans d’autres traitements de procréation assistée

On estime que la méthode ROPA est l’une des plus efficaces. Le taux de réussite s’élève à 60-70 %. Cette réussite dépend de plusieurs facteurs, tels que l’âge, l’état de l’utérus de la femme enceinte et la réserve ovarienne de la femme qui fournit l’ovocyte.

Les aspects légaux de la méthode ROPA

Deux femmes qui discutent autour d'un repas.
Si vous souhaitez réaliser la méthode ROPA avec votre partenaire, sachez que dans certains pays un mariage est requis pour accéder au traitement.

La méthode ROPA est légale dans la plupart des pays et est couverte par les lois sur la procréation assistée. Cependant, dans certains pays, le couple doit être marié. Il est possible que dans quelques années le mariage ne soit plus une exigence dans aucun pays.

Toutefois, la méthode ROPA ne permet pas d’enregistrer le futur bébé comme l’enfant des deux femmes, mais uniquement de celle qui a effectué la gestation.

Quant au donneur de sperme, il doit se conformer aux réglementations correspondantes de chaque pays. En général, il doit être anonyme, majeur et en bonne santé. Aussi, dans toute méthode de procréation assistée, le consentement écrit des personnes impliquées est requis.



Prendre soin de soi favorise l’implantation de l’embryon

Après le transfert d’embryons, il est préférable d’éviter les exercices à fort impact. La piscine, les jacuzzis et les douches vaginales sont également à éviter dans les jours qui suivent l’intervention.

Beaucoup de personnes qui suivent la méthode ROPA se demandent à quoi ressemblera le bébé qui naîtra. Il n’y a pas de réponse unique, mais généralement, celui-ci a les traits du donneur, de la femme qui a fourni l’ovule et de celle qui a vécu la grossesse.

Cela pourrait vous intéresser ...
La maladie cœliaque peut-elle causer une infertilité ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
La maladie cœliaque peut-elle causer une infertilité ?

Certaines études scientifiques associent la maladie coeliaque et l'infertilité. Quels sont les facteurs et les causes ? Comment le traiter ?



  • Arias, M. A. T. (2005). Reflexiones psicoanalíticas sobre la maternidad y la paternidad en parejas homosexuales. Debate Feminista, 32, 74-85.
  • Matute Jara, A. E. (2018). El derecho a la identidad de las personas concebidas por fecundación in vitro a través de donación de esperma (Bachelor’s thesis, Universidad del Azuay).
  • Saus Ortega, C. (2018). La maternidad biológica compartida en parejas lesbianas. La técnica de fertilización «in vitro» con el método de recepción de ovocitos de la pareja (ROPA): una revisión de la literatura. Matronas Profesion, 2018, vol. 19, num. 2.