Ne vous inquiétez pas de vieillir, occupez-vous de grandir

· 5 août 2018

Loin de nous charger de grandir en tant que personnes, durant tout notre vie nous attendons que quelque chose de nouveau arrive. Occupez-vous de profiter du présent, qui est la seule chose sûre.

Ce serait mentir de dire que nous ne nous inquiétons pas de vieillir ; une pensée inculquée par la société qui provoque en nous un grand malaise.

Tout ceci est le fruit d’une publicité mensongère qui nous incite à tout faire pour paraître éternellement jeunes. Lorsqu’en réalité, grandir est le plus important.

Nous nous concentrons trop sur l’apparence, tandis que nous abandonnons notre intérieur.

Découvrez Apprendre à vivre, il n’y a que ça de vrai

Les années ne devraient pas nous peser, mais nous rendre heureux-ses. Pouvoir célébrer votre anniversaire un an de plus signifie que vous avez grandi. Vous vous rendez compte combien vous avez changé ? Vous n’êtes pas la même personne qu’avant.

Ne soyez pas pressé-e de vivre

le temps qui passe

La publicité, la télévision et toute l’information que nous recevons des moyens de communication ne sont pas les seuls à nous rabâcher à quel point il est négatif de vieillir. La manière dont nous vivons joue également un rôle important.

Cependant, cela ne date pas d’hier. Par exemple, il y a encore quelques années, une femme devait avoir des enfants jeunes, et elle profitait donc nettement moins de sa jeunesse. Elle devait aussi se marier jeune, car avec l’âge, plus personne ne la regarderait.

Des idées qui sont restées dans le passé, mais qui d’une manière ou d’une autre, se sont transformées.

Vous avez du temps pour vous ? Le travail nous empêche parfois de disposer du temps libre nécessaire pour prendre soin de nous, pour cultiver notre intérieur, pour aller nous promener dans la nature ou même seulement profiter de la lecture d’un bon livre.

Depuis notre plus jeune âge, on nous inscrit à d’innombrables cours extrascolaires pour pouvoir apprendre très tôt tout le nécessaire pour être compétents dans la vie.

Lisez : Vivre c’est bien plus qu’exister

femme-avec-horloge

 

contes-enfants-heureux

Ne ratez pas : Travaillez pour vivre, ne vivez pas pour travailler

Peut-être que le problème était celui-là. Plus rien n’est nouveau pour nous, et nous avons donc adopté des routines ennuyantes qui nous empêchent de freiner et de prendre du repos.

Cependant, cela ne veut pas dire que vous deviez abandonner ce que vous aimez faire ou ces responsabilités qui vous incombent.

Nous faisons référence ici au fait que vous devez apprendre à sentir, à grandir et à voir.

Sentez, essayez, vivez, grandissez…

Ne pensez pas au passé, ni au futur. Faites comme lorsque vous étiez enfant et concentrez-vous sur le présent. Si vous le faites, vous oublierez qu’il existe un lendemain et vous donnerez tout aujourd’hui.

Vous ne serez plus irrité pendant longtemps et vous vous sentirez très bien, plus productifs dans votre travail. Efforcez-vous de profiter de tout et de tous, pensez à ce que vous ressentez et respirez profondément.

Si vous avez envie d’aller faire un tour en sortant du travail, faites-le. Si vous avez envie d’une gourmandise, offrez-vous la.

Aujourd’hui existe, mais demain personne ne sait. Laisserez-vous passer l’opportunité de vivre ce jour au maximum ?

Nous oublions de le faire, la routine est comme notre zone de confort. Elle commence à annuler nos émotions et nos sentiments. Elle nous rend gris.

Ne ratez pas : Je veux un câlin qui fasse disparaître toutes mes peurs

femme-yeux-fermes

Cela ne nous aide pas à grandir, car cela ne nous enrichit pas, mais plutôt tout le contraire. Nous devenons des personnes superficielles, toujours mécontentes et tristes.

Si vieillir vous préoccupe, arrêtez vous et pensez à la manière dont vous vivez au quotidien. Que le temps passe lentement ou rapidement c’est une de nos perceptions. Lorsque nous sommes dans une queue il passe terriblement lentement et lorsque nous profitons il passe très vite.

Apprenez à apprécier tout ce que vous faites, même chaque pas que vous faites.

Car la peur, les précipitations et l’insouciance pour notre bien-être interne provoque en nous la peur de ce que nous désirions tant à un moment : être adultes, grandir…