Nutrition pour augmenter la fertilité : que faut-il considérer ?

Votre alimentation influence-t-elle la fertilité ? La science dit oui. Nous vous disons pourquoi et comment vous devriez améliorer votre alimentation.
Nutrition pour augmenter la fertilité : que faut-il considérer ?
Maria Patricia Pinero Corredor

Rédigé et vérifié par la nutritionniste Maria Patricia Pinero Corredor.

Dernière mise à jour : 22 décembre, 2022

La nutrition pour augmenter la fertilité a été un sujet brûlant au fil des ans. On sait que de mauvaises habitudes alimentaires, une faible consommation de certains nutriments et l’ingestion de toxines peuvent affecter la capacité de reproduction des personnes.

Cela étant dit, ceux qui cherchent à concevoir, tant les femmes que les hommes, devraient changer leur alimentation, avec l’aide d’un spécialiste. Quoi qu’il en soit, il existe des recommandations générales que tout le monde peut appliquer. Dans l’espace suivant nous les détaillons.

Qu’est-ce que l’infertilité ?

L’Organisation mondiale de la santé définit l’infertilité comme une maladie de l’appareil reproducteur. Il peut s’agir d’un homme ou d’une femme, ce qui entraîne l’incapacité de concevoir.

Il existe deux degrés d’infertilité. Primaire, c’est-à-dire lorsque vous ne pouvez pas tomber enceinte. De son côté, le secondaire est de ne pas pouvoir tomber enceinte après une précédente conception.

Les causes peuvent être nombreuses, tant du côté féminin que masculin. Les facteurs environnementaux et de style de vie sont connus pour influencer ce problème. Parmi celles-ci, la nutrition joue un rôle clé. Et c’est que des états comme le surpoids, l’obésité ou un poids trop faible en sont des causes fréquentes.

Pourquoi la nutrition affecte-t-elle la fertilité ?

Les facteurs physiques qui conditionnent normalement la fertilité sont les suivants :

  • Âge avancé des parents.
  • Syndrome des ovaires polykystiques.
  • Obésité.
  • Troubles du système reproducteur.
  • Problèmes hormonaux.
  • Suivi des régimes déséquilibrés en nutriments.
  • Stress.
  • Mode de vie sédentaire.
  • Consommation de drogues, de tabac et d’alcool.

Une étude publiée dans la revue Nutrición Hospitalaria a conclu qu’une consommation excessive de graisses saturées, d’acides gras trans et de protéines animales peut nuire à la fertilité. À l’inverse, une consommation régulière de glucides complexes, de fibres, de graisses monoinsaturées et d’acides gras oméga-3 peut être bénéfique.

Concernant l’apport abondant de graisses et l’apparition de tissu adipeux qui provoque l’obésité, celle-ci est causée par un manque de contrôle hormonal. En particulier, chez les femmes, la leptine augmente et les concentrations de testostérone augmentent, ce qui diminue la progestérone.

L’inverse se produit chez les hommes. Il augmente la progestérone et diminue la testostérone, deux hormones associées à votre fertilité. À son tour, un problème supplémentaire se produit ; résistance à l’insuline.

Lorsque le glucose ne peut pas pénétrer dans les cellules, le pancréas sécrète plus d’insuline. Par conséquent, il y a une baisse de la production d’ovules et leur qualité diminue. En revanche, chez les hommes, la qualité des spermatozoïdes diminue.

Saumon et légumes verts pour l'anxiété.
La consommation d’aliments sources d’oméga 3, d’antioxydants et de micronutriments a des effets positifs sur la santé reproductive.

Le rôle des micro et macronutriments

La malnutrition peut aussi causer l’infertilité. C’est parce qu’un faible poids cause des problèmes pendant le processus d’ovulation, selon une étude publiée dans le Journal colombien d’obstétrique et de gynécologie.

Les carences en micronutriments et macronutriments, ainsi qu’une alimentation pauvre en antioxydants, peuvent être un facteur influent de l’infertilité. À ce sujet, une étude animale a déterminé qu’un régime riche en graisses, appliqué pendant 9 semaines, réduisait la motilité des spermatozoïdes.

En effet, leur capacité de reproduction était compromise car ils présentaient une plus grande fragmentation de l’ADN. Les résultats ont également montré une plus grande présence de radicaux libres.

Pour cette raison, les chercheurs ont conclu qu’une mauvaise alimentation entraîne un stress oxydatif et des dommages à l’ADN. Cependant, davantage de recherches chez l’homme sont nécessaires.

Quel type de régime favorise la fertilité ?

La consommation de glucides, le remplacement des protéines d’origine animale par celles d’origine végétale et la consommation de graisses monoinsaturées sont bénéfiques pour la santé reproductive. De même, la consommation de vitamines comme l’acide folique, B12, D, C, E et A favorise la fertilité.

Concernant les glucides, il est évident que ceux à index glycémique bas sont les plus efficaces à cet effet. Pendant ce temps, la recherche suggère que les protéines végétales réduisent le risque de problèmes liés à l’ovulation.

Il a également été constaté que les hommes qui ont une concentration sérique plus élevée d’oméga 3 ont une meilleure qualité de sperme. La supplémentation en oméga 3 peut également réduire les niveaux de testostérone et améliorer la résistance à l’insuline chez les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques.

Micronutriments essentiels

En ce qui concerne les vitamines, on sait que l’acide folique peut aider à prévenir les problèmes pendant la grossesse, mais il est également prouvé qu’il contribue à la quantité et à la qualité du sperme. Il en va de même pour la vitamine B12, comme l’indiquent certaines études.

Dans le cas de la vitamine A, les études indiquent les bienfaits suivants :

  • Aide à synthétiser les hormones sexuelles.
  • Participe à la formation des spermatozoïdes.
  • Protège l’ovule et le sperme des dommages oxydatifs.
  • Facilite l’implantation de l’œuf fécondé.

La vitamine D, selon les recherches, favorise la synthèse de l’hormone reproductive anti-müllérienne, qui sert à mesurer la fertilité féminine, puisqu’elle est impliquée dans la réserve ovarienne. Chez l’homme, lorsqu’elle est déficiente, elle est associée à un faible taux de testostérone.

En fin de compte, les vitamines C et E aident à combattre l’oxydation des spermatozoïdes et des ovules, selon des études.

Que prendre en compte en nutrition pour augmenter la fertilité ?

Comme l’a montré la recherche dans Frontiers in Public Health, l’apport alimentaire et la santé reproductive sont étroitement liés. De ce fait, les recommandations suivantes doivent être mises en pratique :

  • Augmentez la consommation d’aliments sources d’antioxydants, comme les fruits et légumes jaunes, rouges et violets. Au moins 5 portions par jour ou 400 grammes sont recommandées.
  • Renforcez avec des noix, l’apport de vitamine E et d’acide folique. Une poignée ou 30 grammes par jour suffisent.
  • Augmentez la consommation de protéines végétales. Environ 3 ou 4 portions hebdomadaires de légumineuses comme le soja, les haricots, les lentilles, les pois chiches, entre autres. Chaque portion représente entre 60 à 80 grammes crus.
  • Consommez des glucides à index glycémique bas, comme les légumineuses et les grains entiers.
  • Mangez 2 ou 3 portions de poisson comme le saumon, le maquereau, les sardines et le thon, qui contiennent des oméga 3. Chaque portion représente 230 grammes.
  • Consommez un supplément d’acide folique suivi par un spécialiste.
  • Mangez de la truite, du foie de bœuf et des œufs, surtout le jaune, qui sont des sources de vitamine D
  • Renforcez avec des suppléments de vitamine C, de vitamine E et de vitamine A, selon les indications des spécialistes.

De même, il est recommandé de réduire la consommation de gras trans, d’acides gras saturés et de protéines d’origine animale. Bien sûr, toujours sous la supervision d’un professionnel de la santé.

Que prendre en compte en nutrition pour augmenter la fertilité ?
Les protéines végétales, comme les glucides à faible indice glycémique, sont associées à une fertilité accrue.

Il est possible d’augmenter la fertilité par la nutrition

Les problèmes de fertilité ont des origines multiples qui doivent être évaluées par le médecin. Pourtant, il est prouvé que la nutrition intervient pour le meilleur ou pour le pire dans cette condition.

Il est donc conseillé de consulter un nutritionniste et de mettre en place une alimentation qui favorise l’équilibre hormonal et les autres facteurs liés à la santé reproductive.

Cela pourrait vous intéresser ...
Quelles sont les 4 maladies infectieuses les plus courantes ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Quelles sont les 4 maladies infectieuses les plus courantes ?

Les maladies infectieuses sont celles développées par des micro-organismes pathogènes : virus, bactéries, champignons et parasites.

 



  • Brewer CJ, Balen AH. The adverse effects of obesity on conception and implantation. Reproduction 2010;140(3):347-64.
  • Santiago Brugo-Olmedo, M.D.*, Claudio Chillik, M.D., Susana Kopelman, M.D. Definición y causas de la infertilidad. Rev Colomb Obstet Ginecol vol.54 no.4 Bogotá Oct./Dec. 2003
  • Chavarro JE, Rich-Edwards JW, Rosner BA, Willett WC. Protein intake and ovulatory infertility. Am J Obstet Gynecol 2008;198(2):210.e1-210.e7
  • Panth N, Gavarkovs A, Tamez M, Mattei J. The Influence of Diet on Fertility and the Implications for Public Health Nutrition in the United States. Front Public Health. 2018 Jul 31;6:211. doi: 10.3389/fpubh.2018.00211. PMID: 30109221; PMCID: PMC6079277.
  • Delimaris I, Piperakis S. The importance of nutritional factors on human male fertility: A toxicological approach. Journal of Translational Toxicology 2014;1:52-9.
  • Mendiola J, Torres-Cantero AM, Vioque J, Moreno-Grau JM, Ten J, Roca M, et al. A low intake of antioxidant nutrients is associated with poor semen quality in patients attending fertility clinics. Fertil Steril 2010;93(4):1128-33.
  • Najafipour R, Moghbelinejad S, Aleyasin A, Jalilvand A. Effect of B9 and B12 vitamin intake on semen parameters and fertility of men with MTHFR polymorphisms. Andrology 2017;5(4):704-10.
  •  Pludowski P, Holick MF, Pilz S, Wagner CL, Hollis BW, Grant WB, et al. Vitamin D effects on musculoskeletal health, immunity, autoimmunity, cardiovascular disease, cancer, fertility, pregnancy, dementia and mortality-a review of recent evidence. Autoimmun Rev 2013;12(10):976-89.
  • Bakos HW, Mitchell M, Setchell BP, Lane M. The effect of paternal diet-induced obesity on sperm function and fertilization in a mouse model. Inter J Androl 2011;34(5):402-10ieta-y-fertilidad/
  • Kinga Skoracka, Alicja Ewa Ratajczak, Anna Maria Rychter, Agnieszka Dobrowolska, Iwona Krela-Kaźmierczak, Female Fertility and the Nutritional Approach: The Most Essential Aspects, Advances in Nutrition, Volume 12, Issue 6, November 2021, Pages 2372–2386, https://doi.org/10.1093/advances/nmab068

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.