Peut-on prévenir une cardiopathie ?

18 avril 2021
Être atteint d'une maladie cardiaque est une chose que les gens redoutent. C'est pour cela que beaucoup s'intéressent à la façon dont il est possible de prévenir une cardiopathie. Nous allons vous en parler dans cet article.

Prévenir une cardiopathie est possible, dans une certaine mesure. Nous ne pouvons jamais éliminer le risque à 100 % mais nous pouvons cependant prendre certaines mesures qui contribuent à diminuer la possibilité de souffrir de maladies cardiovasculaires sévères.

La mortalité associée à ces pathologies a beaucoup baissé ces derniers temps, même s’il s’agit encore des causes les plus fréquentes de mort. Les deux entités les plus représentatives sont la maladie cérébrovasculaire et la cardiopathie ischémique.

Quelles sont les maladies cardiovasculaires ?

Pour savoir comment prévenir une cardiopathie, nous devons d’abord les identifier. Les cardiopathies sont un ensemble de pathologies regroupées dans la catégorie des maladies cardiovasculaires. Les plus fréquentes sont :

  • Maladie cérébrovasculaire : les vaisseaux sanguins du cerveau sont touchés.
  • Cardiopathie coronarienne : localisée dans les vaisseaux qui irriguent le muscle du cœur. On la connaît aussi sous le nom de syndrome coronarien aigu.
  • Thrombose : il s’agit de la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins. Si le caillot reste en place, il s’agit d’un thrombus ; s’il se détache et va vers un autre endroit du système circulatoire, c’est une embolie.
  • Artériopathie : ce sont différents cadres cliniques qui affectent les artères des membres.
  • Autres cardiopathies : ici, nous retrouvons par exemple celles d’origine rhumatismales et les congénitales. Les premières sont des complications de la fièvre rhumatismale et les secondes sont présentes dès la naissance.
Une cardiopathie ischémique.

Poursuivez votre lecture : Classification des souffles au cœur

Facteurs de risque des cardiopathies

Comprendre comment prévenir les cardiopathies exige de savoir quels sont les facteurs de risque qui nous rendent susceptibles d’en être atteints. Ainsi, pour les maladies cardiovasculaires, les facteurs de risque se classent en non modifiables et modifiables.

Facteurs de risque non modifiables

Les facteurs de risque non modifiables sont ceux contre lesquels nous ne pouvons rien faire de spécifique. L’âge, par exemple, est un facteur non modifiable, tout comme le sexe et l’appartenance à un certain groupe ethnique.

Scientifiquement, il est démontré que les personnes de plus de quarante ans ont plus de risques. Les hommes ont aussi plus de risques que les femmes. Un autre facteur de risque non modifiable est l’héritage familial. Il s’agit des antécédents de maladies cardiaques des parents, des grands-parents et des frères/sœurs.

Facteurs de risque modifiables

Nous pouvons avoir une incidence sur ces facteurs avec des changements d’habitudes ou des médicaments qui aident à contrôler. Nous en parlerons un peu plus tard plus en détail. Il s’agit, par exemple, du tabac, du diabète et du cholestérol sanguin.

Comment prévenir une cardiopathie avec des mesures médicales ?

Certaines maladies et conditions physiques favorisent l’apparition des cardiopathies. Pour prévenir un événement cardiovasculaire majeur, il est parfois nécessaire d’établir un contrôle strict de ces situations préalables qui peuvent dériver vers une mortalité.

L’une de ces situations est l’hypertension artérielle. Il s’agit d’une maladie silencieuse qui, à long terme, diminue le flux sanguin vers le cœur en lui demandant de plus en plus de travail de contraction et de relâchement.

Le résultat final peut être un infarctus aigu du myocarde. En fait, pour les personnes atteintes d’hypertension, il est fondamental de maintenir les valeurs des chiffres de tension au niveau considéré comme normal.

Le diabète mellitus est une autre maladie qui doit être contrôlée pour prévenir une cardiopathie. Avec le diabète, la quantité de glucose qui circule dans le sang devient plus importante. Cette augmentation soutenue endommage les artères avec, pour conséquence finale, une plus faible irrigation sanguine vers différents organes.

Les valeurs du cholestérol dans le sérum plasmatique requièrent une vigilance au moins annuelle chez des sujets adultes en bonne santé. Elle doit néanmoins être plus fréquente chez des personnes avec un risque cardiovasculaire.

Quand le cholestérol est élevé, il se dépose dans les artères en formant des plaques. Celles-ci réduisent l’oxygénation des tissus mais peuvent aussi se rompre. La rupture des plaques est connue sous le nom d’accident de plaques et se trouve à la base de la genèse des infarctus.

Pour toutes ces situations, une intervention médicale qui contrôle, soigne et réalise un suivi adéquat est requise. Parfois avec des médicaments et, d’autres fois, avec l’application de comportement et d’habitudes.

Niveau de cholestérol élevé.

Découvrez aussi : Guide pour le soin du cholestérol

Prévenir une cardiopathie avec des changements d’habitude

Il y a un point où les médicaments n’ont qu’un faible rôle à jouer, et ce point est le changement d’habitudes. Si la pharmacologie aide beaucoup à contrôler les maladies cardiovasculaires, il est essentiel que le patient s’engage à profondément changer de style de vie.

Les études scientifiques, au fil du temps, ont démontré que les mesures suivantes sont capables de réduire le risque cardiovasculaire de façon notable :

  • Abandonner le tabac : il est bien connu que le tabagisme génère une mortalité cardiovasculaire et pulmonaire.
  • Perdre du poids : l’obésité et le surpoids s’associent à l’hypertension artérielle, au diabète et à l’augmentation du cholestérol.
  • Faire de l’exercice : avec la régularité de trois séances par semaine, espacées d’un jour et d’environ quarante minutes chacun, on réduit notablement la possibilité d’une cardiopathie.
  • Alimentation saine : le célèbre régime méditerranéen est une option valide pour le contrôle de l’hypertension, du diabète et du cholestérol.

Prévenir les cardiopathies implique un changement d’habitudes au quotidien. S’il est vrai que certains facteurs ne peuvent pas être modifiés, comme l’âge et le sexe, il faut savoir que d’autres facteurs peuvent être changés. Arrêter de fumer, avoir une alimentation saine et faire de l’exercice de façon régulière sont des indications clés dans la prévention de ces pathologies.

  • Achiong Alemañy, Mercy, et al. “Riesgo cardiovascular global y edad vascular: herramientas claves en la prevención de enfermedades cardiovasculares.” Revista Médica Electrónica 38.2 (2016): 211-226.
  • Brotons, Carlos, et al. “Adaptación española de la Guía Europea de Prevención Cardivascular.” Revista Española de Salud Pública 78 (2004): 435-438.
  • Habibović, M., Broers, E., Piera-Jimenez, J., Wetzels, M., Ayoola, I., Denollet, J., & Widdershoven, J. (2018). Enhancing Lifestyle Change in Cardiac Patients Through the Do CHANGE System (“Do Cardiac Health: Advanced New Generation Ecosystem”): Randomized Controlled Trial Protocol. JMIR research protocols7(2), e40.
  • Revista Española de Cardiología. Epidemiología de las enfermedades cardiovasculares y factores de riesgo en atención primaria. Vol. 58. Núm. 4.páginas 367-373 (Abril 2005).
  • Vega Abascal, Jorge, Guimará Mosqueda, Mayra, & Vega Abascal, Luis. (2011). Cardiovascular risk, a useful tool for prevention of cardiovascular diseases. Revista Cubana de Medicina General Integral27(1), 91-97.
  • Vintró, Ignacio Balaguer. “Control y prevención de las enfermedades cardiovasculares en el mundo.” (2004): 487-494.