Classification des souffles au cœur

29 janvier 2020
Il existe plusieurs catégories de souffles au cœur ou souffles cardiaques selon leur intensité, leur tonalité et leur emplacement. Quoi qu'il en soit, ils sont généralement bénins même s'il convient de les surveiller.

Les souffles au cœur proviennent de vibrations causées par des turbulences du flux sanguin lors du passage dans le cœur ou les gros vaisseaux. Autrement dit, ce sont des bruits qui apparaissent pendant le cycle de battements du cœur et qui sont produits par une circulation sanguine turbulente dans le cœur ou à proximité. Ces bruits des souffles au cœur s’entendent grâce à un stéthoscope.

Par ailleurs, cette altération peut être présente dès la naissance ou apparaître tout au long du cycle de la vie. Lorsqu’elle est de naissance, les souffles au cœur sont dits congénitaux. Il convient dès à présent de clarifier que les souffles au cœur ne sont aucunement des maladies, mais il est fortement recommandé de les surveiller car ils peuvent favoriser l’apparition de problèmes cardiaques non diagnostiqués.

Caractéristiques des souffles au cœur

Que sont les souffles au cœur ?

Les caractéristiques des souffles au cœur sont définies en fonction de leur intensité, de la fréquence du bruit, de la zone de localisation dans le thorax et dans le cycle cardiaque, c’est-à-dire s’ils se produisent pendant la systole ou la diastole.

De plus, le degré d’intensité du souffle est déterminé par le volume de sang responsable de la turbulence dans le flux sanguin ou du gradient de pression que provoque cette turbulence. Il est important de noter que le degré d’intensité du souffle n’a pas de lien direct avec la gravité de la lésion cardiaque.

Comment classifier les souffles au cœur ?

C’est Levine qui introduit en 1933 la classification que l’on utilise aujourd’hui. Ce professionnel base alors la classification sur l’intensité, comme expliqué auparavant. Selon Levine, il existe 6 classes de souffles cardiaques en fonction de leur intensité. Il existe différents grades :

  • 1 :  Faibles et difficiles à discerner. Pour pouvoir les entendre, une auscultation des cycles cardiaques du patient est nécessaire
  • 2 : Faibles et faciles à ausculter
  • 3 : Modérés, sans accompagnement de frémissement, c’est-à-dire sans vibration tangible dans la cage thoracique au passage du sang
  • 4 : Forts et accompagnés de frémissements
  • 5 : Très forts. On peut les entendre avec le stéthoscope situé à distance du thorax
  • 6 : Si intenses qu’on peut les entendre à distance, sans stéthoscope

Cet article peut vous intéresser : Un cœur artificiel qui promet d’aider ceux qui n’ont pas de donneur

Les autres classifications des souffles au cœur

Un coeur et un stéthoscope

 

En dehors de la classification selon le degré d’intensité, il est également possible de regrouper les souffles au cœur selon leurs autres caractéristiques. Si l’on prend en compte leur durée, nous pouvons les classifier comme diastoliques ou systoliques.

Par ailleurs, si nous nous référons à la forme des souffles, ils peuvent être chantants, croissants, décroissants, ou une combinaison des deux derniers aspects. Quant à la localisation, elle fait référence à l’endroit où le souffle est le plus intense. Ainsi, il y a 6 aires d’auscultation dans la paroi antérieure du thorax pour identifier un souffle :

  • Le deuxième espace intercostal droit
  • Entre le deuxième et le cinquième espace intercostal gauche.
  • Le cinquième espace intercostal au niveau de la clavicule gauche

Il est également possible de classifier les souffles en fonction de leur irradiation. Cette caractéristique fait référence à la zone touchée par le souffle. En règle générale, il prend la direction du flux sanguin. Toutefois, selon sa tonalité, il peut être bas ou haut.La qualité est une caractéristique propre que peut avoir chaque souffle, c’est-à-dire qu’il peut être, entre autres, musical, soufflant ou ronflant.

À lire également : Les parties du cœur et leurs fonctions

Traitement

En règle générale, les souffles au cœur sont bénins et ne nécessitent donc pas de traitement. Parfois, il convient de faire des tests de suivi pour s’assurer qu’ils ne provoquent pas de troubles cardiaques graves non diagnostiqués.

Au cas où un traitement est nécessaire, il visera à traiter la cause du souffle. Par exemple, si les souffles sont fonctionnels et provoqués par une maladie comme la fièvre ou l’hyperthyroïdie, ils disparaîtront une fois l’affection traitée.

Dans d’autres cas, les souffles au cœur ne peuvent pas être soignés avec des médicaments et il faut recourir à la chirurgie. Selon l’affection, le médecin recommandera une de ces options pour traiter une valve abîmée ou perforée :

  • Valvuloplastie
  • Annuloplastie
  • Réparation du support structurel
  • Opération à cœur ouvert
  • Réparation de la valve

En tout état de cause, avant de suspecter un souffle au cœur, il est préférable de demander l’avis d’un médecin. Lui seul est en mesure d’évaluer la situation et, le cas échéant, de savoir comment traiter le problème.

 

  • Tamariz-Martel Moreno, R. (2008). Los soplos cardíacos en la infancia. Pediatria Integral.
  • Díaz, H. S., Danglot-Banck, C., & Gómez, M. G. (2002). Soplos cardíacos patológicos en los niños. Revista Mexicana de Pediatria.
  • Ruiz-Berdejo Iznardi, C. (2015). Soplo sistólico inocente: importancia diagnóstica. Cardiología Pediátrica y Cardiopatías Congénitas Del Niño y Del Adolescente.