Ponction sèche : qu'est-ce que c'est et quand est-elle recommandée ?

En raison de l'augmentation des problèmes musculaires au sein de la population générale, de nombreux chercheurs s'accordent sur l'importance d'étudier de nouvelles façons d'améliorer notre santé à cet égard. De nouvelles techniques sont ainsi apparues, dont la ponction sèche.
Ponction sèche : qu'est-ce que c'est et quand est-elle recommandée ?
Leonardo Biolatto

Rédigé et vérifié par le médecin Leonardo Biolatto.

Dernière mise à jour : 15 novembre, 2022

Au sein de la physiothérapie, il existe de nombreuses thérapies pour traiter les maux de notre corps. Tout au long de l’histoire, des techniques nouvelles et innovantes sont apparues, comme, dans ce cas, la ponction sèche.

La ponction sèche est une technique fondée sur des données probantes pour améliorer les douleurs musculaires. Dans cet espace, vous en apprendrez plus sur cette nouvelle thérapie, notamment sur son utilité comme traitement pour d’innombrables problèmes musculaires.

Pour comprendre ce qu’est la ponction sèche et comment elle fonctionne, nous devons d’abord clarifier deux concepts : le point trigger et la douleur myofasciale.

Qu’est-ce qu’un point trigger ?

Un point trigger est un point hyperirritable à l’intérieur d’une bande tendue d’un certain muscle. Cette bande tendue est un groupe de fibres musculaires qui présentent une tension anormale, formant une bande de consistance élevée. C’est ce qu’on appelle communément la contracture.

Cette bande serrée est douloureuse et son point déclencheur est un nodule qui, à la palpation, génère une douleur très vive qui pousse la personne à se retirer. De plus, cette douleur irradie vers d’autres zones qui n’incluent pas le point trigger ; c’est ce qu’on appelle la douleur projetée ou irradiée. Elle peut s’accompagner d’un dysfonctionnement moteur, de vertiges et de nausées.

Les points trigger d’un muscle rayonnent généralement vers certaines zones qui donnent un indice aux kinésithérapeutes sur l’origine du problème. Par exemple, les maux de tête peuvent provenir d’un point trigger situé dans le trapèze supérieur, le muscle élévateur de la scapula ou le sternocléidomastoïdien.

On voit donc que la douleur peut n’avoir rien à voir avec la région où elle prend naissance. Les points trigger peuvent être actifs ou latents. Si le point trigger est actif, la douleur irradie vers d’autres zones ; s’il est latent, la douleur n’irradie pas.

Les points trigger peuvent être activés par une surcharge musculaire aiguë ou chronique, un traumatisme direct et un refroidissement. Le facteur déclenchant le plus fréquent est généralement la surcharge chronique due à des problèmes posturaux.

Exercices pour guérir les douleurs du nerf sciatique, de la hanche et du dos.



Qu’est-ce que la douleur myofasciale ?

La douleur myofasciale est un processus musculaire régional qui peut être aigu ou chronique. Elle est invalidante et très fréquente dans la population, mais elle est généralement méconnue. Elle ne s’accompagne pas d’anomalies dans les tests d’imagerie ou d’analyse, elle est donc sous-diagnostiquée et sous-traitée.

Cette douleur se caractérise par une série de symptômes liés à un point trigger :

  • Symptômes sensoriels : il y a une altération de la sensation du toucher. Par exemple, si nous sommes frappés par quelque chose qui ne fait normalement pas mal, nous ressentirons plus de douleur.
  • Symptômes moteurs : diminution de la force, difficulté à bouger le muscle affecté, entre autres.
  • Symptômes autonomes : rhinite, larmoiement, salivation, changements de température, transpiration, horripilation, étourdissements, nausées et rougeur de la peau.

On pourrait dire que la douleur myofasciale a trois composantes :

  • Une bande tendue palpable dans le muscle squelettique affecté ou contracture.
  • Un point trigger.
  • Un schéma caractéristique de douleur référée ; ce point trigger irradie la douleur vers une zone caractéristique.

Qu’est-ce qu’une ponction sèche et à quoi sert-elle ?

L’aiguilletage à sec est une technique physiothérapeutique principalement utilisée pour les douleurs dites myofasciales. Une fois que nous avons trouvé le point de déclenchement qui cause la douleur myofasciale, nous devons le désactiver à l’aide d’une aiguille. Cette aiguille est similaire aux aiguilles d’acupuncture mais plus longue pour atteindre le muscle.

L’ensemble du processus nécessite de nettoyer la zone et le kinésithérapeute à l’aide de gants, de désinfectant et de gaze, car la pointe sèche est une technique semi-invasive car elle traverse la peau du patient. De plus, les aiguilles sont livrées en emballages individuels et ne sont pas réutilisables.

L’aiguille est insérée dans le point de déclenchement sans anesthésie et est déplacée de l’intérieur vers l’extérieur jusqu’à ce qu’un spasme local soit atteint, c’est-à-dire une contraction involontaire du muscle. Cela se fait sans retirer l’aiguille de la peau.

La ponction du muscle stimule le récepteur musculaire, produisant une relaxation après le spasme et une augmentation de l’élasticité et une diminution de la douleur dans la région.

La ponction sèche et l’acupuncture sont-elles équivalentes ?

L’aiguilletage à sec est une technique scientifique dans laquelle le muscle est ponctionné pour contrôler la douleur myofasciale. Elle dure entre 2 et 5 minutes, peut être douloureuse et n’est pratiquée que par des kinésithérapeutes formés.

Au lieu de cela, l’acupuncture est basée sur la médecine traditionnelle chinoise et les points énergétiques sont ponctionnés à un niveau superficiel, sans entrer en contact avec le muscle. La durée est d’environ 20 minutes, elle n’est pas douloureuse, elle traite de nombreuses maladies et peut être pratiquée par n’importe quel thérapeute.

Thérapies complémentaires : de quoi s'agit-il ?



Les risques de la ponction sèche

Bien que les risques de la ponction sèche soient minimes, il peut y en avoir. Cependant, ils sont pour la plupart évitables si les précautions appropriées sont prises et exécutées par un physiothérapeute expérimenté :

  • L’aiguille traverse la peau pour atteindre le muscle et peut rencontrer sur son chemin de petits vaisseaux sanguins. Le risque le plus courant est la perforation d’un vaisseau et l’apparition d’une petite ecchymose, qui dure environ une journée. Ce risque est plus fréquent chez les patients anticoagulés, qui ont un sang moins épais.
  • Une branche nerveuse peut également être perforée sur le chemin. Cette perforation peut provoquer une sensation de picotement qui s’arrêtera après un court laps de temps.
  • Des étourdissements peuvent survenir pendant la procédure, ce qui est techniquement appelé une réponse vasovagale. Ce risque est moins fréquent.
  • Il y a peu de cas rapportés, mais si le kinésithérapeute n’est pas très expérimenté, un pneumothorax peut survenir.
  • Gonflement musculaire ou myœdème.
  • Dermatite post-ponction : réaction cutanée au site de ponction.
  • Il y a un risque d’infection si des mesures de nettoyage adéquates n’ont pas été appliquées sur la zone ou si le kinésithérapeute n’a pas utilisé de gants ou d’aiguilles stériles.

D’autre part, après la ponction sèche, nous pouvons nous retrouver avec une sensation similaire à celle d’un massage très intense et avec une légère raideur. Ces sensations disparaissent après 1 ou 2 jours.

Les contre-indications

La plupart des contre-indications sont relatives. Parmi elles, figurent les suivantes :

  • Peur insurmontable des aiguilles
  • Troubles de la coagulation et traitement anticoagulant (risque hémorragique)
  • Système immunitaire affaibi (risque d’infections)
  • Personnes lymphadénéctomisées (risque de lymphœdème)
    • La zone où la ponction sèche est effectuée peut se remplir de liquide qui ne sera pas filtré, car les ganglions lymphatiques de la région ont été retirés.
  • Hypothyroïdie (risque de myoedème ou d’inflammation du muscle)

La ponction sèche est-elle efficace ?

Selon plusieurs études, la ponction sèche est efficace pour :

  • Réduire la douleur subjective et objective, à la fois locale et dans la zone de la douleur référée, et la douleur de pression aux points de déclenchement.
  • Améliorer la mobilité des articulations liées au muscle qui abrite le point trigger.
  • Éventuellement améliorer la dépression chez les patients qui présentent une douleur myofasciale.

De plus, il a été observé que la ponction sèche peut être affectée par d’autres facteurs liés au patient, tels que la douleur prolongée, le manque de sommeil ou le travail musculaire répétitif.

Cela pourrait vous intéresser ...
Boule dans le dos : 7 causes possibles
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Boule dans le dos : 7 causes possibles

La plupart des causes d'une boule dans le dos ne sont pas préoccupantes. Découvrez ci-desosus les principales.



  • Mayoral-del-Moral, O., & Torres-Lacomba, M. (2009). Fisioterapia invasiva y punción seca. Informe sobre la eficacia de la punción seca en el tratamiento del síndrome de dolor miofascial y sobre su uso en Fisioterapia. Cuest. Fisioter.
  • Fernández de las Peñas, C., & Dommerholt, J. (2013). Punción seca de los puntos gatillo. Una estrategia clínica basada en la evidencia. In Punción seca de los puntos gatillo. https://doi.org/10.1016/B978-84-9022-387-1.00010-3
  • Mayoral del Moral, Orlando; Salvat, I. (2017). Fisioterapia invasiva del síndrome de Dolor Miofascial. Manual de punción seca de puntos gatillo. In Fisioterapia invasiva del síndrome de Dolor Miofascial. Manual de punción seca de puntos gatillo.
  • “EVIDENCIA DE LA PUNCIÓN SECA COMO TRATAMIENTO DE LOS PUNTOS GATILLO.” (n.d.).