Pourquoi le changement de temps affecte-t-il la santé ?

Quelles sont les raisons pour lesquelles le changement de temps affecte la santé ? Il y a une partie de la science qui étudie la question et qui qualifie le phénomène de météosensibilité. Nous vous disons ici tout ce qu'il faut savoir à ce sujet.
Pourquoi le changement de temps affecte-t-il la santé ?

Dernière mise à jour : 22 septembre, 2022

Le changement de temps affecte la santé sous plusieurs aspects. La climatologie a des effets collatéraux sur divers domaines de la vie humaine, y compris le corps et son fonctionnement.

Par exemple, il est vrai qu’il y a plus d’infections respiratoires en hiver et qu’en été les cas de déshydratation augmentent. Cela répond aux changements climatiques qui modifient l’écosystème.

L’être humain vit inséré dans des environnements changeants. Sauf à l’exception de quelques endroits sur la planète où la stabilité de la température est constante, dans le reste des lieux, le temps oscille entre deux, trois ou quatre saisons.

La température de l’air, la pression atmosphérique et le degré de précipitations sont des éléments constitutifs du climat. Le jeu des forces entre eux augmente la circulation des micro-organismes ou le freine, améliore l’humeur ou favorise la déprime.

Nous allons voir, à travers trois exemples clairs, comment le changement de temps affecte la santé. Vous pourrez ainsi prendre des mesures pour prévenir certains troubles.

Le cas des douleurs articulaires dues au changement de temps

La douleur aux genoux avant le changement de temps est une souffrance classique, notamment chez les personnes âgées. Si le froid ou l’humidité ambiante augmente, les personnes souffrant d’arthrose et d’arthrite ont tendance à voir la maladie s’aggraver.

La rhumatologie connaît cette relation depuis longtemps et elle fait partie des protocoles pour renforcer les antalgiques en période hivernale par exemple. On suppose qu’il y aura plus de douleur et que la prise d’anti-inflammatoires sera nécessaire.

La véritable origine de cette exacerbation est la pression atmosphérique. On entend comme telle la force que l’air exerce sur un point de l’atmosphère. Cette pression externe affecte la pression interne du corps, y compris celle qui pourrait être mesurée à l’intérieur des articulations.

Le genou étant un espace presque fermé, une augmentation de la pression à l’intérieur provoquera des douleurs. Chez une personne sans pathologies articulaires, rien ne se passera, mais en cas d’arthrose, la douleur est inévitable.

L'arthrose est une maladie chronique.
Lorsqu’il y a une augmentation de la pression atmosphérique, les genoux des patients souffrant d’arthrose sont plus douloureux.



Des rhumes à tout moment de l’année

En termes épidémiologiques, les infections des voies respiratoires supérieures sont typiques de l’automne et de l’hiver, et sont associées à des températures ambiantes basses. Le froid réduit la mobilité des cils qui balayent le mucus de l’air et favorisent l’entrée des micro-organismes.

Cependant, le même effet est obtenu avec la climatisation, ce qui explique une grande partie des rhumes d’été. Ainsi, nous sommes confrontés à un changement de temps artificiel qui affecte la santé.

La climatisation assèche également l’environnement. Elle diminue l’humidité naturelle du nez et de la gorge, ce qui affecte la fonction de barrière contre les bactéries et les virus et entraîne un autre facteur d’infection.

Aussi, le climat modifie les habitudes de rencontres et de contacts sociaux, ajoutant ainsi de la contagiosité. En hiver, nous nous réunissons sous le même toit pendant de nombreuses heures avec peu de ventilation, les micro-organismes sont alors plus susceptibles de passer d’une personne à l’autre, en raison de la proximité.



Sautes d’humeur et changement de temps

aération de la pièce
Le climat modifie la composition des milieux, accélérant ou ralentissant la propagation des micro-organismes.

Des études scientifiques comparant des groupes de personnes plus exposées à l’extérieur à celles qui passent plus de temps à l’intérieur en raison du froid ont montré que l’humeur varie en fonction de la température. Dans les latitudes extrêmement froides, les personnes sont plus sujettes à la dépression.

La donnée n’est pas mineure si on la relie aux taux de suicide, qui sont plus élevés dans les pays et les régions géographiques froides. Cette situation pourrait être due à une faible exposition au rayonnement solaire, qui aurait des effets négatifs sur le moral des personnes.

Cependant, dans les climats très chauds, la bonne humeur n’est pas non plus tout le temps au rendez-vous. Les régions des Caraïbes, par exemple, sont sensibles aux ouragans et aux vents violents qui stimulent l’exacerbation des maladies psychiatriques à la suite des tempêtes.

Anticipez le changement de temps

Anticiper les changements de temps que vous connaissez déjà est une façon de prendre soin de votre santé. En hiver, par exemple, vous pouvez prendre des mesures préventives qui réduiront vos chances d’attraper la grippe.

L’exposition au soleil est un autre facteur dont vous devriez profiter. Soyez attentif aux prévisions météorologiques, afin de profiter du rayonnement solaire.

Certes, vous ne pouvez pas contrôler la météo, mais vous êtes en mesure d’anticiper pour agir en conséquence. Si vous voulez protéger votre santé, consultez les prévisions météorologiques.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment éviter le rhume et la grippe avec les changements climatiques
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Comment éviter le rhume et la grippe avec les changements climatiques

Compte tenu des changements climatiques constants auxquels nous sommes exposés, les rhumes et la grippe sont plus fréquents.



  • Keller, Matthew C., et al. “A warm heart and a clear head: The contingent effects of weather on mood and cognition.” Psychological science 16.9 (2005): 724-731.
  • Vergés, Josep, et al. “Influencia de las condiciones meteorológicas en la patología condral.” Apunts. Medicina de l’Esport 42.155 (2007): 145-148.
  • DE, MC, MA MOSSO ROSA, and C. Ullán. “El aire: hábitat y medio de transmisión de microorganismos.” Observatorio medioambiental 5.2002 (2002): 375-402.