Pourquoi les fers à cheval sont considérés comme des porte-bonheurs

· 8 janvier 2019
Depuis les temps anciens, les fers à cheval sont considérés comme des porte-bonheur.

Les fers à cheval sont les plus anciens porte-bonheur de l’Histoire. Les effets qu’on lui attribut vont de la chance à la dissipation de doutes, voire même de conflits. Les fers à cheval ne sont pourtant rien de plus que des morceaux de métal, dont la particularité réside dans leur forme en U. Ils sont avant tout utilisés sur les chevaux pour réduire l’usure de leurs sabots.

A cela, il faut ajouter les effets de la position du fer à cheval. Cette position produira différents effets :

  • Dirigé vers le bas, il apportera la protection
  • S’il est dirigé versle haut, il portera chance

L’origine du fer à cheval comme porte-bonheur

fer à cheval porte-bonheur

 

Le fer à cheval a commencé à devenir un porte-bonheur lorsque nos ancêtres ont réalisé que sa forme en U ou ovale ressemblait à celle du croissant de lune. Ainsi, déjà dans les premières civilisations, les étoiles telles que le Soleil ou la Lune étaient considérés comme porteur de chance et on pensait qu’ils rendaient les femmes fertiles.

Par conséquent, l’idée selon laquelle les fers pouvaient porter bonheur, s’est étendue. C’est-à-dire que ce sont les Grecs anciens qui ont introduit le fer à cheval dans la civilisation occidentale. Depuis lors, on a considéré le fer à cheval comme étant un porte-bonheur. Mais c’est au Xe siècle, à travers la figure de Saint-Dunstan, qu’on a commencé à accrocher les fers à cheval aux portes pour protéger les maisons.

La légende de Saint-Dunstan

Dunstan était un forgeron qui, grâce à sa foi, devint l’archevêque de Cantorbéry. Mais pourquoi des fers à cheval et pas un autre objet fabriqué par ce forgeron ? La légende raconte que l’archevêque a reçu un jour la visite d’un homme qui l’a supplié pour des fers à cheval. Ces fers à cheval n’étaient pour ses propres pieds. Ceux-ci auraient ressemblés étrangement aux sabots d’un animal.

C’est à ce moment-là que Dunstan a compris la réalité : c’était le diable. Saint Dunstan, astucieusement, a accepté de donner suite à la demande de Satan, sans lui dire qu’il savait qui il était.

Pour cela, il lui dit que la seule façon de mettre de tels fers à cheval était de les accrocher au mur. Satan, surpris, a accepté. C’est à ce moment que la pénitence a commencé. San Dunstan a commencé à clouer les fers à cheval avec des clous, alors le diable a exigé sa clémence.

Saint Dunstan a profité de la demande de grâce du diable pour exigé quelque chose en retour. Il lui a alors demandé ne pas entrer chez des gens qui avaient un fer à cheval accroché à leur porte. Satan, blessé, accepta.

Cette histoire s’est rapidement propagée parmi la communauté catholique. Le bouche à oreille a modifié l’histoire aucours du temps, mais l’idée de protection, voire chance, a perduré.

Découvrez : Derrière chaque personne se cache une histoire qui l’a rendue forte

Histoire du fer à cheval

histoire du fer à cheval en guise de porte-bonheur

 

Comme nous l’avons déjà mentionné, le fer à cheval était déjà utilisé comme porte-bonheur bien avant le Xe siècle. Concernant les non-chrétiens, pour quelles raisons ont-ils utilisés des fers à cheval pour attirer la chance ?

Il semblerait que les Grecs croyaient que le métal était un matériau qui effrayait le mal. Cela est peut-être dû à son utilisation dans les combats, ceux-ci étaient habitués à gagner avec des armes faites en métal. Par ailleurs, comme indiqué ci-dessus, sa forme en demi-lune invitait à réfléchir aux civilisations anciennes que cette étoile, à travers cet objet, apportait fertilité et bonne chance.

A tout cela, il faut ajouter le chiffre magique : le 7. Et c’est par coïncidence qu’il y a juste 7 clous nécessaires pour enfoncer le fer à cheval jusqu’aux sabots d’un cheval.

Enfin, les fers à cheval ont été utilisés comme objets pour se protéger de la magie des sorcières au Moyen Âge. En effet, la sagesse populaire croyait que les sorcières montaient sur un balai parce que les chevaux avaient peur d’elles. Par conséquent, en Russie, on considéré les forgerons comme des hommes de magie blanche. Ceux-ci auraient eu le pouvoir d’effrayer les sorcières.

Cela peut aussi vous intéresser : Les attitudes qui vous maintiennent attachés à des pensées négatives

En conclusion

Cette légende était si répandue que les forgerons ont même commencé à célébrer des mariages et à utiliser les fers comme symbole de l’union. De plus, les enclumes sont devenues les seuls endroits où des bagues pouvaient être forgées ; parce que celles-ci recevaient une partie de la « magie » qui a ensuite été transférée à d’autres objets.

En définitive, l’histoire des fers à cheval est longue, ancienne et parfois confuse ; ce qui est certains, c’est que de nombreuses civilisations, pour une raison ou pour une autre, ont considéré cet objet comme un porte-bonheur. Ce qui est intéressant, c’est de noter ce même symbolisme que l’on retouve chez divers peuples, parfois très éloignés les uns des autres.